Facebook
Le recouvrement des impôts ou comment l’Etat a retrouvé sa crédibilité   
09/10/2014

Il n’est un secret pour personne que la tache des agents en charge du recouvrement des impôts fut toujours chez nous particulièrement difficile, voire quasi impossible. Les entrepreneurs, prestataires de services refusaient parfois carrément de payer et menaçaient même les agents ainsi que les responsables des services compétents.



Certains agents malheureusement jouaient le jeu à travers soit par un comportement fataliste soit par une compromission au détriment des intérêts de la collectivité nationale.
Depuis quatre ou cinq ans on peut dire sans exagérer qu’on en a fort heureusement fini.

Désormais, les personnes morales et physiques devant payer les impôts dûment établis s’en acquittent volontiers. Et à temps pour éviter les pénalités. Le devoir fiscal rentre dans les habitudes. La mission des agents des impôts en est évidement, grandement facilitée. Ainsi l’Etat voit une dimension importante de sa mission permanente garantie et réussie. C’est que les recettes en question permettent au Trésor Public de faire face aux charges de l’Etat et pas seulement pour les salaires, les pensions et les bourses des étudiants qui ne sont du reste très important. L’Etat a en effet pu compter ces dernières années sur les recettes des impôts et des douanes pour initier et exécuter des projets importants et dans des domaines vitaux comme la santé, l’éducation et les infrastructures routières et autres.

Grâce à la bonne santé financière retrouvée -finie la planche habillée, et au revoir l’inflation- dans une large mesure-le gouvernement s’est appuyé sur ces fonds propres et n’a pas attendu les investissements étrangers pourtant disponibles mais coûteux et contraignants à long terme. Des ouvrages et des réalisations importantes ont vu le jour dans les grands centres urbains ainsi que dans des villes et villages de taille moyenne ou encore dans le triangle de l’espoir oublié  de toujours et dont la situation était dramatique.

Les impôts, tout le monde le sait, c’est maintenant devenu un devoir pour tous et toutes et chacun sait aujourd’hui qu’on ne badine pas avec.
Les fonctionnaires et agents de l’Etat ne sont ils pas les premiers à s’en acquitter (ITS), retenu du reste à la source ? Les rares récalcitrants parmi les tenants des entreprises voient les activités suspendues jusqu’au paiement des impôts dus.

Pourtant, les services des impôts sont ouverts au dialogue et privilégient l’approche pédagogique et comptent surtout sur le patriotisme et le civisme de tous. Les pouvoirs publics, grâce à la volonté politique forte du Président de la République ont incontestablement gagné cette bataille. Mais à y réfléchir de près, c’est tout le pays qui s’en est bien sorti avec des entreprises respectueuses de la loi, des citoyens conscients de leurs devoirs et l’autorité de l’Etat bien établie, ou plutôt rétablie à l’honneur de tous. La discipline retrouvée est en réalité dans l’intérêt de tout en chacun. Par ailleurs, les employeurs du privé et du para public sont devenus plus sensibles à la question cruciale du reversement des cotisations obligatoires de la CNAM et de la CNSS ainsi que les impôts sur le traitement des salaires. En réalité, c’est une dynamique globale de régularisation, d’assainissement et de redynamisation qui a été ainsi engagée et bien menée jusqu’ici dans un secteur fondamental. L’Etat en est sorti crédibilisé et la solidarité nationale s’en est renforcée.


Dahmane Ould Beyrouk


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés