Facebook
Bizarre de tendinite !   
03/10/2014

Cet après midi, sur mon lit, j’ai consulté un médecin, une femme traumatologue. «Docteur, je souffre un peu de douleurs au niveau de l’épaule droite», lui dis-je. Pendant quelques moments agréables, d’examen, de scrutation…



 je sentais la douceur de ses doigts que j’observais, enveloppés dans des gants blancs et minces. Je suivais tous ses gestes de mon regard attentif, quand j’ai eu comme impression bizarre qu’elle me caressait amoureusement l’articulation, les muscles, la peau… avant de me faire une radio.
 
 Puis, elle conclut : « Manifestement, vous avez développé une tendinite ».
Me sentant un peu surpris par le diagnostic, elle essaya de me rassurer.  Rien de mieux pour cela que de pousser à fond l’échange en vue de me fournir des éléments d’explication, personnels et simples, puisés dans ma vie.
Elle me demanda : « Qu’est ce que vous faites, comme travail manuel ?».
Et moi de répondre : « Pas grand-chose, mises à part mes activités de ’’ facebookien ’’. En tout cas, peu d’effort manuel, sauf écrire ».
Me voyant toujours perplexe, elle expliqua :  « Un clavier d’ordinateur, ça peut provoquer une tendinite quand on écrit beaucoup, surtout des textes longs... ».
 
Là, je l’interrompis, un peu brusquement:  « Moi, je me limite généralement à des commentaires souvent brefs, très brefs même, comme ’’ like ’’.
Se montrant nullement offusquée par le ton catégorique que je lui opposais, elle ne désarme pas. Bien au contraire : elle réagit doucement … lentement… comme si elle cherchait ses mots, mais avec une assurance plaisante. Elle me répond, toute en sourire, jouant sur la traduction française de ’’ like ’’, sur le mot ’’ j’aime ’’ : « L’amour… Ça peut faire mal… Parfois très mal ».
 
Immédiatement, j’ai senti des douleurs terribles : mon épaule, bien sur ; mais tout mon corps est souffrance. Torturé, tourmenté, peiné...
Je me réveille en sursaut.  « Heureusement que ce n’était qu’un cauchemar passager », me dis-je, avant de quitter mon lit.
Puis, je me lève serein : sans douleur, sans peine…Rien que les sensations de soulagement, de bonheur, que l’on ressent habituellement après un cauchemar.
 
Pour autant, même éveillé, lucide et heureux, les paroles de cette traumatologue fictive, croisée dans mon sommeil, me suivent toujours.
 Et voilà qu’une question me hante: « Comment est ce que ’’ j’aime ’’ peut faire mal ? ».
 
El Boukhary Mohamed Mouemel
  Mai 2014


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés