Facebook
Cheikhna Ould Lejwad se dit déporté de ses terres agricoles   
12/12/2007

Le vieux Cheikhna Ould Lejwad originaire de l’arrondissement de Hamod (Moughataa de Kankossa) est à Nouakchott pour exposer les développements du litige foncier qui l’oppose sur des terres agricoles avec un certain Sidi Dwe de la localité Soninké de Tafra Poudre (arrondissement de Hamod). Les terres agricoles en question que Cheikhna Ould Lejwad appelle «CHIVA» et que les Soninkés appèlent «DJOUMAGHRA» ont déjà fait l’objet d’un jugement en 1973 qui avait été rendu en faveur Cheikhna Ould Lejwad.



Mais les choses ont évolué autrement depuis les élections municipales de 2006 suite auxquelles -déclare Ould Lejwad-, la justice aurait rendue un deuxième verdict qui l’a privé de ses terres au profit des Soninkés.
Selon lui, ce verdict du Tribunal de Kankossa et de la cour d’Appel de Kiffa est lié à «l’intervention de Kaba Ould Elewa dans l’affaire qui a voulu ainsi faire un cadeau aux Soninkés pour qu’ils votent en sa faveur».Ould Lejwad a déclaré qu’il a été expulsé de ses terres sur lesquelles «1000 jujubiers, 50 arbres «Awarwar» et 200 arbres «Henné» ont été coupés». Très remonté, il a ajouté dans une déclaration faite à Tahalil Hebdo:«L’administration de Kankossa m’a mis en arrestation durant 4 jours et exécuté la décision au profit des Kwars. Mes palmiers, je les ai planté avec des noix de dattes que j’avais obtenues en vendant une vache. J’ai patiemment planté les noix de dattes pour avoir des palmiers. Et voila, qu’ils me chassent de mes terres. Je me sens comme déporté au moment où la Mauritanie dit qu’elle va amener les déportés. Je ne comprends pas pourquoi on amène des déportés alors qu’on est en train de nous déporter, chez nous».

 

Des brigands fils à papa déferrés pour razzias
Les Gendarmes ont arrêté en fin de semaine écoulée un groupe de 5 jeunes hommes issus des milieux aisés et conservateurs qui s’adonnaient à de véritables razzias (comme leur ancêtres?) aux alentours de Nouakchott et à l’intérieur du pays.
Equipés d’un véhicule, ces jeunes opéraient à Nouakchott, mais également en Inchiri, en Adrar, au Brakna et avaient un rayon d’action qui se prolongeait jusqu’à Moudjeria au Tagant.
Ils dévalisaient les boutiques, volaient les petits ruminants, les voitures et les panneaux solaires, spécialement ceux, des opérateurs de téléphonie mobile, notamment de la Chinguitel et de Mauritel Mobiles.
Les prévenus dont plusieurs récidivistes ont été déferrés devant le parquet le lundi 10 décembre. Plus de quinze plaintes ont déjà été déposées contre eux. Espérons que leurs patronymes ne plaideront pas pour eux, mais qu’au contraire, ils constitueront pour eux, des circonstances aggravantes.

 

Un Sud Africain pris en flagrant délit de trafic de cocaïne

Un Sud Africain coiffeur à Tevragh Zeina et dealer de cocaïne de surcroît, a été arrêté par les services de la Gendarmerie Nationale la nuit du dimanche 9 décembre au cours d’une opération spéctaculaire.
Le coiffeur dealer présent en Mauritanie depuis 7 mois, a été arrêté suite à une «transaction» dans laquelle il a vendu deux grammes de cocaïne .Pris en filature par les services de sécurité, il a arrêté à son domicile, où une perquisition a permis de retrouver 150 grammes de cocaïne cachés dans le disque dur d’un ordinateur, et les hauts parleurs d’un magnétophone. Le dealer a déclaré s’être approvisionné au Sénégal.

 


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés