Facebook
Culture: Î’Islam vu par les Canariens    

Les Canariens ne sont pas uniquement inquiétés par les conséquences sociales de l´immigration en provenance de l´Afrique. L’idée que des radicaux islamistes puissent s’infiltrer dans l’envahissant cortége des immigrés donne de plus en plus des soucis aux habitants de l’archipel.
Associant, malheureusement, par « un délit d´ignorance» (comme l’a si bien dit l’un des conférenciers) le phénomène de l’immigration de l´Afrique Occidentale a une confusion erronée entre l´Islam et le terrorisme. Une certaine opinion relayée par des medias pressés s’enlise dans l’ombre des simples clichés et des regrettables préjugés.



C´est pour cette raison et pour jeter la lumière sur une réalité aussi inconnue que génératrice de malentendus que la Casa África ; créée en 2006 afin de promouvoir et rapprocher les intérêts culturels, juridiques, sociologiques, anthropologiques... entre les Canaries et l´Afrique ; a organisé pendant deux jours : le 19 et 20 novembre 2007 un séminaire portant sur le thème : «Une vision de l´Islam en Afrique depuis les Canaries. Histoire d´une frontière».
Neuf conférenciers, experts en la matière, venus de plusieurs parties de l´Afrique Occidentale ont exposé leurs opinions sur la religion rendant la rencontre plus multiculturelle. La conception de la thématique pluridisciplinaire a été élaborée par le directeur de l´Université à distance espagnole (UNED) M.Victor Morales , coordinateur académique du symposium lequel a attiré un public bien attentif .
L´inauguration s’est déroulée en présence d’éminentes personnalités ;tels que M. Alfonso Ortiz directeur de la Maison Afrique, le secrétaire général de cette institution Luis Padilla, ; le Maire de las Palmas, Jerónimo Saavedra, des hauts responsables de l’université de Las Palmas et M Pablo Martín-Carbajal González, Directeur Général de relations avec l´Afrique. 
Ce dernier, chargé d´ouvrir officiellement ce séminaire, a indiqué qu’en voulant préparer son mot par le biais d’ Internet, il a constaté que nombreux sont les sites qui associent l´Islam au terrorisme, et que pour éviter cette malheureuse confusion, il a dû plonger dans la lecture du livre de TAHAR BEN JELLOUN , « l’Islam expliqué à nos enfants».
Parmi les participants, le premier à présenter sa conférence fut M.Dr Abdoul Azize Kebe professeur de la faculté de lettres et sciences humaines de l´Université Cheikh Anta Diop de Dakar. En parlant de l´Islam au Sénégal, ce professeur a brossé une histoire de l´Islamisation du Sénégal en mettant en exergue le rôle des confréries ainsi que les rapports entre l’islam et la sécularisation dans son pays.
Le deuxième conférencier était M.Rafael Valencia, expert et professeur d´études Islamiques de l´Université de Sevilla qui a exposé à travers plusieurs images la richesse de l´Islam Occidental et qui a mis l’accent sur les relations de voisinage plutôt rassurantes, d’un point de vue historique, ente les Canaries et l´Afrique

Abdel Kader Ould Mohamed, consul général de Mauritanie aux Canaries et juriste distingué a abordé un thème plutôt académique : «l´influence du droit Musulman sur le système juridique mauritanien». Il a d’emblée soulevé la question de savoir, comment adopter le Droit des autres tout en restant nous mêmes ? Après avoir parlé du choc que l´indépendance de Mauritanie a occasionné pour le pays en 1960, dans le sens où, il fallait bien, précisait-il , édifier, un Etat moderne en conservant les piliers d´un système de la pensée traditionnelle dans lequel la religion exerçait et exerce encore une grande influence, il a exposé une définition limpide du Droit musulman ou Fiqh , sa signification, , son contenu , ses sources et sa méthodologie. Il a, par la suite dressé un inventaire des domaines d’application des règles du Droit musulman ainsi que celles qui s’inspirent du Droit occidental , notamment français. Des règles, en apparence opposées, mais qui, en fait, se complètent dans le cadre d’un Droit mauritanien unifié. Une juxtaposition qui traduit, selon le conférencier «le poids de la tradition et l’exigence de la modernité».

Bien que différents les deux Droits (musulman et occidental) se basent sur une haute conception de l´idée de justice laquelle, au final, fonde l’ensemble des systèmes juridiques.

Le quatrième conférencier fut José Collado, parlant du thème de l´Islam au Niger, il a souligné l’activisme des radicaux islamiques dans ce pays.
Le vice- consul du Maroc, Moustapha Al Horr, a mis sur la table la multi culturalité des Musulmans sur les Iles, et a précisé , à travers plusieurs données , les préoccupations quotidiennes de la communauté musulmane aux Canaries ainsi que l´évolution de l´immigration.
M, le directeur du célèbre journal La Provincia/Diario de Las Palmas a fait un plaidoyer en faveur de la laïcité en évoquant «l’obligation» qui incombe aux pays pratiquant l’islam de séparer la politique et la religion.
Le lendemain, au cours de la deuxième journée,, M. José Antonio Gonzalez Alcantud, professeur d´anthropologie à l´Université de Grenade, a fait un brillant exposé sur la culture de l´Islam et son influence sur l’ Espagne.

D. Fernando Estévez González, professeur d anthropologie à l´Université de La Laguna a dressé le schéma comparatif entre le phénomène islamique et la construction de l´identité canarienne en s´appuyant sur la culture des berberes et des guanches.

Rafael Esparza Machín, professeur de sociologie de l´Université de las Palmas (ULPGC) parla de la vision du point de vue sociologique des autres, Canaries-Afrique.
Plusieurs interventions tout au long des deux journées ont été faites par les divers participants au symposium ainsi que les représentants de la Casa África.

Maria Cardenes Perera,
Association des juristes des universités Panthéon-Sorbone et
Complutense ( A.J.P.S.C
)


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés