Facebook
Lettres ouvertes de Sidy Ould Ahmed Ely   
08/12/2007

Sidy Ould Ahmed Ely a adressé trois lettres ouvertes respectivement au Président de la République, à la Ministre déléguée chargée de l’Environnement ainsi qu’à un anonyme qui écrit souvent sur CRIDEM. org sous le pseudonyme : Ecolo-rim. Nous publions ci-dessous les trois lettres ouvertes en question.



 

A
Monsieur le Président de la République Islamique de Mauritanie

J’ai l’honneur de vous informer, qu’il a été mis fin à mon contrat de travail, sans aucune raison valable, par une équipe en place au niveau du département de l’Environnement et constituée de Madame la Ministre, de son Secrétaire Général et de son inspecteur général.
Aucune faute professionnelle ne m’est reprochée, cette prise de décision de la dite équipe, intervient pour le simple fait, que j’ai voulu attirer l’attention de l’opinion et de la haute sphère, qui gère le pays, sur les dangers que court notre patrimoine forestier et cynégétique.
En effet, Monsieur le Président, qu’on le veuille ou non, la faune et la flore mauritaniennes sont en danger, car la persistance d’une surexploitation, particulièrement illicite et cautionnée ont placé ce patrimoine, devant une situation très alarmante, se traduisant par une dégradation galopante.
La grande faune fait partie aujourd’hui de l’histoire du pays, la petite faune sauvage quant à elle, fait l’objet d’un carnage soutenu et cautionné par le Département de l’Environnement.
La couverture végétale se dégrade de jour en jour et toujours sous la bénédiction de ce Ministère, dont les préoccupations sont loin d’être salutaires pour notre fragile environnement.
Les activités de ce Département sont à cent pour cent, axées sur des séminaires bidons et sur des voyages en bonne compagnie, sur le détournement des deniers publics (voir rapport I.G.E), au détriment de la protection et de la sauvegarde de notre maigre et fragile nature.
Aucune action ou intervention positive, directe sur le terrain, visant à juguler cet état de fait, n’est entreprise.
L’exploitation forestière illicite et abusive persiste et beaucoup plus grave la gestion frauduleuse de la chasse se traduisant par l’octroi d’autorisations gratuites pour la destruction de l’outarde, des gazelles dorcas et rufifron (espèces fauniques intégralement protégées), à des étrangers en provenance du Golf.
Plus spectaculaire encore, l’utilisation de documents erronés et non conforme à la législation en vigueur relative à la chasse, établis sur des critères bidons et distribués par un Diplomatique arabe, à des braconniers du Golf de nationalité différente.
Par quel canal ce diplomate Qatari se procure ces documents et les distribue à une vingtaine de fauconniers Emiratis ? Il revient au Secrétariat du Cabinet de Madame la Ministre, de répondre à cette énigmatique question !
Des stratégies, dont les objectifs n’échappent à personne et dont le but est tout simplement de créer une plate forme de manœuvre, afin d’assouvir la soif du gain illicite.
En exemple la Loi 97 006 portant code de la chasse stipule qu’il y’a deux sortes de permis de chasse : le permis sportif de petite chasse et le permis scientifique.
Afin de mieux manœuvrer et profiter le maximum possible de l’aubaine que procure la chasse particulièrement au niveau des fauconniers du Golf, le permis sportif de petite chasse se voit morcelé en (3) permis, dont le n°3 est octroyé gratuitement par la Ministre.
Dès l’approbation du Décret et Tard dans la même journée, quatre permis de chasse gratuits, ont été remis à une horde de fauconniers et autorisés à effectuer le massacre de la faune au niveau du Hodh Chargui loin du biotope des espèces fauniques partiellement protégées, faisant l’objet de l’ouverture saisonnière de la chasse et qui se limite au niveau des zones humides du pays et non dans les dhars de Néma et Oualata.
Personnellement, je considère Monsieur le Président, que la complaisance dans la gestion d’un patrimoine national quel qu’il en soit, est tout simplement un acte de trahison et les auteurs dépourvus de tout civisme.
Monsieur le Président, la Mauritanie après presque un demi siècle de liberté, est-elle condamnée à rester victime, d’une composante dépourvue de patriotisme ?
Y’a-t-il des critères impératifs, d’ordre tribaux, parentaux, amicaux ou simplement de bon voisinage, pour garantir, l’impartialité à une espèce de citoyens, la plaçant ainsi au-dessus de la loi, au détriment des intérêts de la nation ?
Aveeu Lahou ann mae seleve, cette célèbre phrase, est-elle devenue dans l’esprit de ces déprédateurs, un encouragement à persévérer dans l’anarchie et un antidote sécurisant ?
Ceux qui ne gouvernent pas et évoluent, loin de la haute sphère politico-militaro-administrative, sont-ils des citoyens de seconde zone, dont bannis et à ne pas écouter ?
Monsieur le Président, vous êtes le garant de la Constitution et il est inadmissible qu’un citoyen tirant une sonnette d’alarme et ce, dans l’intérêt national, se voit mis hors circuit arbitrairement, par un groupe agissant uniquement pour son intérêt personnel, au détriment de la Nation.
Ce qui me pousse à vous écrire, c’est surtout l’espoir de vous voir mettre fin à cette anarchie et cette impunité qui apparemment est de rigueur dans le pays.
Je souhaiterais vous voir marqué votre passage à la tête de la nation, en mettant hors jeu, ceux qui le méritent et en arrêtant cette anarchie, qui entrave la marche vers le progrès et ainsi, le peuple qui vous a élu, vous en sera reconnaissant.
Theuriet a dit, au plus profond du bois, la patrie a son cœur, un peuple sans forêts est un peuple, qui meurt et la Mauritanie doit impérativement sauver son environnement forestier et cynégétique, qui est généralement, bien de l’humanité.

Nouakchott, le 5 Décembre 2007

Sidy Ould Ahmed Ely

 

 

A
Madame la Ministre Déléguée à l’Environnement

J’ai l’honneur d’accuser réception de votre lettre le 4 Novembre 2007, n°423/MDE en date du 30 Novembre 2007, dénonçant le contrat, qui me lie avec votre Département.
Ce n’est, une surprise pour personne, car annoncée d’avance et préméditée par votre Inspecteur Général à travers le Net, sous le pseudonyme Ecolo…rim.
Je savais et tous savaient, que la décision de mettre fin à ce contrat, attendait l’arrivée du Sénégal de cet Inspecteur, le pourquoi est connu.
Cette dénonciation est une preuve irréfutable, de l’anarchie qui sévit dans le Ministère délégué à l’Environnement et particulièrement, met en exergue l’incapacité de vos satellites rapprochés, de gérer la situation de désastre instaurée.
Ce qui est certain Madame la Ministre, ni vous, ni votre entourage, ne seraient en mesure, de me museler ou de juguler mes activités, tendant à dénoncer, les actions de sabotage néfastes à la pérennité de notre environnement.
Ce dont, je suis absolument convaincu et qui me réconforte, est que dans votre fort intérieur, vous savez que mes écrits, reflètent une vérité certes amère, mais indispensable pour déclancher une prise de conscience de nos citoyens, sur le danger que court notre patrimoine forestier et cynégétique national.
Ma conscience professionnelle est également tranquille, car depuis votre avènement à la tête di Département, je vous avais remis une bonne dizaine de rapports, dont les contenus vous permettaient de mieux gérer les volets forestiers et cynégétiques.
Je vous informe, que la rupture de ce contrat, me place dans une position confortable pour la continuation de mes activités d’information et vous signale par ailleurs, que je ne ménagerai aucun effort, pour rentrer dans mes droits.
Car pour moi, la protection de l’environnement, n’est pas synonyme de l’envi du ronronnement permanent avec les déstructures de la culture.
La vie, madame la Ministre, ne s’arrête pas à la résiliation d’un minuscule contrat.
Les chiens aboient et la caravane passe, nul n’est éternel et le fauteuil ministériel est généralement imprévisible et a la mauvaise manie de se transformer sans sommation, en siège éjectable.
Je vous souhaite bonne chance et merci encore pour la cohabitation tumultueuse.

Nouakchott, le 5 Décembre 2007

Sidy Ould Ahmed Ely

 

         Lettre ouverte à Charlie Juliette alias Ecolo-rim

Je m’adresse au très honorable, Charlie Juliette alias Ecolo rim , mon cher ami, j’ai l’impression que mal grès moi, je suis devenu pour vous, ce qu’était le loup pour la belle au bois dormant et je suis sincèrement sidéré par votre acharnement contre ma personne .

Vous dites dans votre écrit, Juge et partie, des délits d’initiés sont commis quotidiennement à l’égard de nos ressources naturelles sans que nul ne s’en inquiète, ici vous me rejoignez et vous confirmez mon cri d’alarme, je vous en remercie, mais ce retournement de veste, de la part d’un grand spécialiste des manœuvres de diversion, est à prendre avec prudence.

Je vous pose les questions suivantes, relatives à des actions, que vous avez menées, dans l’optique de protéger des délinquants forestiers et ce, en connivence, avec le forestier le plus véreux du territoire national.

Pourquoi avez-vous intervenu à une heure très avancée de la nuit en compagnie de l’ancien chef de l’unité mobile de l’environnement à la Brigade de Gendarmerie de Nouakchott et à bord du véhicule de ce dernier, pour libérer des camions transportant des produits forestiers illicites, convoyés avec de faux documents ?

Pourquoi avez-vous voulu traduire en conseille de discipline, le Forestier auteur de cette immobilisation, sous prétexte que ce dernier, a convoqué le Ministère à travers votre personne, à cette Brigade de Gendarmerie et ce mal grés les démentis écrits du Procureur de la République et du commandant de Brigade?

A cette deuxième question, la réponse est facile, vous avez voulu neutraliser le seul forestier intègre capable de vous barrer la route, à vous et à votre acolyte véreux, vos objectifs tournés autour de l’arnaque des fauconniers du Golf et des délinquants forestiers.

Pourquoi, ce forestier véreux (ancien chef de brigade mobile) a-t-il écrit à la suite d’une demande d’explication et annoncé publiquement, que c’est sur vos instructions, qu’il a agit en arnaquant, les premiers groupes de fauconniers Arabes du Golf.

Pourquoi à la découverte du scandale fauconnier et de retour d’Afrique du Sud, votre escale à Dakar, s’est elle prolongée au delà du temps reparti à votre mission, était ce, donner du temps à ce scandale de se calmer ?

Pourquoi la grande majorité des cadres et le personnel du Département, soutiennent que vous êtes, la cause de tous les maux, dont souffre le Ministère 

A la lumière de ces questions et Dieu sait qu’elles sont innombrables, un citoyen averti peut il encore croire à vos élucubrations, mon cher ami Rigolo rim, particulièrement quant vous parler de protection de l’environnement.

Je vous serai grès monsieur, de bien vouloir prendre votre courage, à deux mains et de répondre à travers le Net, aux questions ci haut- citées, dévoiler votre identité, est devenue pour les navigateurs de l’Internet inutile car vous êtes depuis belle lurette, localisé. 

En ce qui concerne, vos soupçons à mon égard pour l’article de EL khalil ould Ahmed, cela démontre votre faiblesse à gérer la situation actuelle, vous donnez l’impression, de vous débattre dans une toile d’araignée.

Oui Charlie Juliette, Aicha mint Sidy Bouna est une composante de ma tribu, mais pas forcement ma cousine, car si elle l’était vraiment, elle ne vous aurait pas approché et à plus forte raison vous écouter, mais l’envoûtement dont elle est sujette, risque d’assombrir son avenir professionnel et vous serez le seul responsable.

Je lui souhaite sincèrement pour son avenir, de se faire occulter et de se débarrasser, pendant qu’il est encore temps, de deux éléments de son environnement professionnel en l’occurrence, son fameux Sherlock Holmes (IG) et de son ombre collante et égérie de Secrétaire.

Qui sème le vent récolte la tempête

Sidy Ould Ahmed Ely


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés