Facebook
Avec des avoirs bancaires chimériques d’un million de dollars : Le «plombier» se révèle être un faussaire   
02/12/2007

La serviette d’un camerouno-guinéen arrêté le 2 décembre à bord d’un taxi en partance pour Nouadhibou, ne comportait pas du matériel de plombier. C’est le moins, que l’on puisse dire. S’étant présenté à un contrôle d’identité comme plombier, les gendarmes ont découvert dans sa serviette un arsenal plutôt suggestif.
Bizarre, en effet, qu’un plombier trimballe dans sa serviette des papiers spéciaux aux dimensions des différentes monnaies ainsi qu’une seringue remplie d’un liquide rose et plusieurs tubes de liquides, dont le Mercure, généralement utilisé dans la falsification des billets de banque.



En somme, l’arsenal du faussaire artisanal des billets de banque de la catégorie de ces multiplicateurs de billets qui font énormément des victimes incrédules chez nous, et ailleurs. Interrogé sur son arsenal, le camerouno-guinéen dira : «ce sont des médicaments avec lesquels, je me soigne contre les blessures !». Voyant que cet argument a plus fait sourire les gendarmes qu’il ne les a convaincus, il tentera de les soudoyer en leur disant qu’il n’a pas d’argent à leur donner, mais qu’il peut leur faire multiplier des billets de banque. Pour l’enfoncer davantage, nos gendarmes acceptent de suivre une expérience. Mais, après avoir prouvé sa capacité à multiplier un billet, le camerouno-guinéen comprendra que les gendarmes n’étaient pas preneurs, mais cherchaient plutôt des preuves concrètes. Déçu, il se ravise : «j’étais en train d’imiter pour vous, ce que j’ai vu d’autres faire, moi je n’ai jamais multiplié les billets». Trop tard, le camerouno-guinéen (de ses deux noms figurant sur ces deux passeports, celui camerounais, où il s’appelle Fantcha Yehou Sadrak et le passeport guinéen, où il se dédouble, en devenant : Senoussy Saleh Abass), ainsi que son comparse malien ont été embarqués à la brigade de Gendarmerie mixte, où ils ont été entendus. Une fouille opérée l’après-midi du 2 décembre dans le domicile sis à Sebkha de ce prévenu à double identité a permis de découvrir une mallette contenant du matériel servant à la fabrication de faux billets, des passeports guinéens, ivoiriens et camerounais ainsi que des documents présentés comme étant des avoirs bancaires, figurez vous bien, à la Central Bank of America, à la Worl Bank en plus d’une soi disante attestation de l’ambassade américaine en Mauritanie, le tout, pour la somme d’un million de dollars. Ces documents étaient soigneusement dissimulés dans les recoins de la mallette trouvée à Sebkha. S’ils étaient authentiques, ils seraient certainement les bienvenus dans n’importe quelle banque de la place. Au contraire, tout porte à croire et fermement, que ces documents ont été conçus pour plumer un incrédule.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés