Facebook
La Loi de finances 2008 approuvée en conseil des ministres   
01/12/2007

Le projet de loi de finances 2008 arrêté à un montant global de 228.825.000.000 Ouguiyas a été approuvé par le conseil des ministres
Ce projet de budget qui sera soumis à l’approbation du Parlement a enregistré une hausse de 9% par rapport au budget de 2007 a indiqué Mohamed Abderahamane Ould Hamma Vezzaz ministre de l’Economie et des Finances au cours d’une conférence de presse organisée jeudi dernier.



Ould Hamma vezzaz a souligné que le projet de budget intervient dans un contexte international marqué par les fluctuations des marchés financiers et une hausse continue des prix du pétrole et de certains produits de grande consommation, .tels le blé.
Selon le ministre des Finances , la projection des indicateurs d’activité économique pour l’année 2008 donne une croissance économique de 5, 7% hors pétrole, croissance dont l’impulsion se justifie par les apports des secteurs des mines, de l’agriculture et de la construction. Le taux d’inflation sera ramené à moins de 7%.
L’augmentation du niveau du budget de l’Etat est expliquée par les «ressources budgétaires substantielles» allouées au programme de lutte contre la pauvreté, de solidarité nationale et de cohésion sociale conformément aux priorités définies au Gouvernement dans les domaines de la consolidation de l’unité nationale notamment les programmes d’insertion des réfugiés pour lesquels plus deux milliard d’ouguiyas sont prévus et les programmes spécifiques en faveur des victimes de l’esclavage pour lesquelles des budgets de plusieurs milliards d’ouguiyas sont mobilisés au titre d’un programme triennal..
Les priorités du nouveau budget englobent également la refonte de l’Etat, l’ancrage de la culture démocratique, la moralisation de la vie publique, de la croissance économique et la lutte contre la pauvreté, de la promotion des ressources humaines et de l’amélioration de l’accès aux services de base.
Le budget l’année 2008 sera marqué par le lancement du Programme d’accueil et d’insertion des rapatriés mauritaniens ainsi qu’un programme de solidarité nationale en faveur des couches défavorisées pour l’éradication des séquelles de l’esclavage lesquels constituent, deux des axes majeurs de l’action gouvernementale.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés