Facebook
L’attaque de Lemgheity racontée par un ex-combattant du GSPC : «L’Algérien Amar Sbaï, a appelé le Capitaine Ould El Kory et l’a tué de sang-froid»   
04/11/2007

Le 4 juin 2005 une unité militaire mauritanienne était attaquée à l’extrémité Nord-Est du pays. Le GSPC a aussitôt revendiqué l’attaque qui a fait 15 morts et autant de blessés parmi nos militaires. Malgré leurs profondes divergences, les mauritaniens étaient descendus dans la rue condamner la barbarie et exprimer leur solidarité avec l’Armée.Pourtant dans le contexte de l’époque, des élites mauritaniennes étaient restées sceptiques et avaient exprimé des doutes en juillet 2005 sur la responsabilité du GSPC dans une «étude internationale sur l’attaque de Lemgheity». Il a fallu attendre mai 2006, un peu moins d’une année après l’agression, pour que le vrai film de l’attaque soit enfin découvert.



Le film tourné dans le feu de l’action par un salafiste tunisien membre du GSPC est aujourd’hui disponible. Dans la consternation totale, on apprendra que cinq de nos concitoyens ont participé au carnage dont ont été victimes nos soldats. Comment l’attaque de Lemgheitiy a-t-elle été menée? Comment s’est-elle terminée ? Lisez, les aveux d’un ex-combattant du GSPC –appelons-le «Mos’ab»- , détenu depuis plus d’une année à Nouakchott.

 

                  Les aveux de «Mos’ab»
«J’ai participé à la préparation et à l’exécution de l’attaque avec quatre mauritaniens qui sont : Youssouf, Jouleïbib, S…. et Ahmedou Bamba. Le groupe que dirige Khaled Abou El Abbass dit Bellaewar nous a informé de son intention d’attaquer l’unité de Lemgheity et ce, trois jours avant son exécution, parce que, dit-il, le pouvoir mauritanien arrête et emprisonne les Oulémas et Imams et collabore étroitement avec les Américains. C’est ainsi qu’il a envoyé deux éclaireurs, un Malien nomme Azam et un nigérien appelé Mohamed pour une mission de renseignement et de reconnaissance auprès de l’unité mauritanienne et leur a remis un appareil téléphone Thuraya pour lui transmettre toute l’information relative à celle-ci. Après leur départ, notre groupe composé de 39 éléments s’est rapproché du camp de Lemgheity pour se positionner derrière les dunes d’à côté. De là, les éclaireurs ont signalé le mouvement de quatre véhicules mauritaniens équipés d’armes lourdes en patrouille, nous avons pris position sur les hauteurs des dunes pour parer à toute éventualité. Un jour après, les mêmes éclaireurs nous informent du retour des dits véhicules à leur base. Khaled Abou El Abass a réuni tous les Algériens de côté et je ne sais pas ce qu’ils se sont dits, mais je sais qu’après la réunion, il a demandé aux Mauritaniens de se joindre à eux. Il nous a demandé en tant que Mauritaniens qu’est-ce que nous pouvons apporter à la réussite de l’opération. Nous avons répondu que l’Armée et le peuple mauritanien sont très différents de l’armée et du peuple algérien, car l’Islam en Mauritanie n’est pas le même qu’en Algérie, du fait qu’en Algérie, ils sont musulmans, mais pas pratiquants. Pour le GSPC, l’essentiel c’est de récupérer les armes et les véhicules et que pour nous les Mauritaniens, nous avons demandé avant d’attaquer de s’adresser aux militaires par hauts parleurs de libérer le camp et de ne pas opposer de résistance. Bellaewar a répondu ne pas accepter cette proposition de crainte d’alerter les militaires mauritaniens et que la seule solution s’est de les prendre par surprise. Nous avons encore proposé qu’au moment de l’attaque, de crier aux militaires de rendre pour garder la vie sauve. Au début, Bellaewar a accepté mais les Algériens du groupe ont refusé cette proposition et ont dit qu’on doit égorger tout le monde, ce qui a fait protester le groupe de Mauritaniens. Bellaewar a donné l’ordre de ne pas tuer tout celui qui dépose son arme ou tout celui qui prend la fuite. Nous avons commencé l’attaque avant la prière de l’aube et n’a duré que 15 minutes. L’opération a été filmée par le nommé Ahmed Tounissi, se trouvant actuellement dans l’unité de Boukhaïl. Pendant que je me dirigeais vers les prisonniers Amar Sbaï, Algérien actuellement dans l’unité de Boukhaïl a appelé le Capitaine Ould El Kory et l’a tué de sang-froid. Ils ont appelé un Lieutenant qui a accepté de collaborer à leur demande qui leur a remis des clefs de voitures et l’armement qui était en place. Enfin, les agresseurs se sont retirés en apportant cinq tués parmi leur rang et des blessés et ont laissé sur place un camion en panne. Au cours de leur repli, le Mauritanien Ahmedou Bamba alias Ahmed El Mouritany a succombé à ses blessures.
Nous étions au nombre de 39 combattants au total, répartis comme suit (1) Tunisien du nom de Ahmed Tounoussi, (2) Nigériens : Abdarahmane et Abou Hajer, (2 ) Nigérians : Abou Bilal et Khaled, (2 ) Maliens : Mohamed et Azam, (5) Mauritaniens : SH, Youssouf, S…, Jouleibil et Ahmedou Bamba et (27) Algériens, Khaled Abou El Abass dit Bellaewar, chef du groupe, Abou Ishagh, Abou Doujane, Abd El Hagh Abou Khaled, Ami Abdel Hamid, Assem, Ziyad, Abdel Aziz, Saad, Moussab, Abdel Hakim, El Bechir, Amou, Abdel Hagh El Joumoua, Yahya, Yahya, Bilal, Abou Hafs, Abou Khouzeime, Salah, Selmane, Abdallah Khoula et les cinq autres, je ne retiens pas leurs noms.
Il y a eu six morts durant l’opération, parmi eux cinq Algériens qui sont : Abou Ishagh, 2ème chef du groupe après Bellaewar, Abou Doujane, chef du groupe de Boukhaïl, Abou Hakem, adjoint de Abou Doujane, El Bechir et Assem.. Un Mauritanien du nom de Ahmedou Bamba dit Ahmed El Mouritany est décédé lors du repli des suites de ses blessures. Le groupe a emporté 7 voitures Land Cruiser et toutes les armes trouvées sur place à l’exception d’un camion citerne. Au moment de l’attaque, il y avait dans les alentours des véhicules Sahraouis. Nous avons enterré toutes les armes lourdes récupérées dans un endroit du Sahara malien qui ne peut être localisé par GPS et ensuite, nous nous sommes rendus vers Hassi Atilla en territoire malien où j’ai passé un mois avec le groupe de Abdel Hamid, avant de rentrer en Mauritanie. Abdel Hamid m’a remis le montant de 2.400 Euros représentant ma part du butin».


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés