Facebook
Air Mauritanie: Malgré une lueur d’espoir, toujours pas de solution    
25/09/2007

Le conseil d’administration d’Air Mauritanie se réunira incessamment à Nouakchott pour tenter de trouver une issue à la crise provoquée par l’immobilisation en France de deux avions depuis le 5 septembre 2007. "Aucune solution n’a encore été dégagée pour récupérer les avions cloués au sol depuis le 5 septembre, mais le conseil d’administration se tiendra incessamment autour de la question et nous espérons une fin de crise rapide, a déclaré à l’afp une source d’Air Mauritanie ayant requis l’anonymat.



Selon cette source, les différents partenaires doivent "en principe" débloquer 2,7 millions de dollars, montant total dû à International Lease Finance Corporation (ILFC), société américaine de crédit-bail à l’origine d’une procédure judiciaire contre Air Mauritanie pour non-paiement. "Chacun doit contribuer suivant ses parts en actions, l’E4tat étant le plus grand contributaire avec 39% du capital d’Air Mauritanie, a-t-on précisé. Le Directeur Général d’Air Mauritanie, Isselmou Ould Khattry, a quitté Nouakchott samedi soir pour Paris. Cette mission est destinée sans doute à déblayer le terrain et s’informer davantage et de façon directe des exigences de ILFC.
La semaine dernière, le Directeur Général d’Air Mauritanie avait déclaré à l’afp qu’il espérait "une fin de crise rapide", affirmant qu’Air Mauritanie envisageait la mise en place d’un "plan d’assainissement accepté par les différents actionnaires". Il avait également annoncé un plan stratégique de redressement qui nécessitera "10 à 12 millions de dollars environ". Ce plan comporte un volet social prévoyant une réduction de plus 25% des 400 personnes qui composent l’effectif global. En attendant la sortie de cette crise héritée des gestions antérieures, Air Mauritanie achemine ses passagers par des avions loués auprès de compagnies européennes et sud-africaines notamment.

 

Le Président de la République assiste à la 62 eme AG des Nations Unies

Le Président de la République Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi s’est rendu samedi à New-York pour prendre part aux travaux de la 62ème session de l’assemblée générale de l’ONU. Le Président de la République présentera devant l’Assemblée Générale l’expérience démocratique que vit la Mauritanie et qui a conduit à des élections législatives et présidentielles libres et transparentes. La participation du Président de la République à cette session est la première depuis plus de 30 ans d’un chef d’Etat mauritanien Le programme du Chef de l’Etat comporte une série de rencontres et d’entretiens avec des dirigeants du Moyen Orient, d’Afrique et d’Europe. Il prendra part aussi à une rencontre sur la démocratie dans le monde, prévue le 25 Septembre courant, entre 25 dirigeants africains et le président des Etats Unis d’Amérique, M. Georges Bush. En marge de cette session, le Président aura un entretien avec l’adjointe du sous-secrétaire d’Etat américain, chargée des affaires africaines et une autre rencontre avec le secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki Moon. Le chef de l’Etat aura également des rencontres avec plusieurs de ses homologues, dont le président sénégalais, Me Abdoulaye Wade.
Le Président de la République, est accompagné de son épouse, Madame Khattou Mint El Boukhary. En marge des travaux de cette 62ème session, l’épouse du Chef de l’Etat assistera, sur invitation de Mme Lora Bush, à un atelier sur le thème "santé et alphabétisation" en même temps que les épouses des Chefs d’Etat participant à cette session.

 

Les Gouverneurs incités à s’impliquer en faveur de l’unité nationale
Peu avant son départ pour New York et au cours d’un entretien avec les gouverneurs des treize régions de Mauritanie le Président de la République , Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi a exprimé son désir de voir les Gouverneurs s’impliquer, de manière très forte à la résolution des problèmes ayant trait à l’unité nationale, notamment par rapport au retour digne de nos concitoyens à l’étranger et l’application de la loi portant répression des pratiques esclavagistes.
Le Président de la République dont les propos ont été repris par le très compétent nouveau Porte-parole de la Présidence, Abdallahi Amadou Ba, a également demandé aux premiers responsables de l’administration territoriale d’être vigilants quant à l’application de la loi portant incrimination et répression de l’esclavage.
Le Président a, transmis aux gouverneurs les instructions nécessaires pour veiller à l’application des textes réglementaires régissant l’Etat de droit pour préserver les droits et libertés des citoyens qui ne peuvent être limités que par la loi.
Ainsi le Chef de l’Etat recommande aux gouverneurs de briser la barrière qui existe entre eux et le citoyen et de faire de l’administration «une administration de développement qui puisse contribuer par ses moyens, ses idées et son engagement à aider le citoyen à s’adonner aux activités productives qui pourront avoir un impact positif dans leur vie quotidienne ». La Mauritanie compte 13 gouverneurs dont deux femmes.

 

Le Président de la République reçoit des leaders l’Opposition : Ce qu’ils en disent
Le Président de la République, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi a reçu en audience, jeudi 20 septembre au palais, trois leaders de partis politiques de l’opposition mauritanienne. M Ahmed Ould Daddah, Chef de l’Opposition démocratique et Président du RFD ainsi que Jemil Ould Mansour Président du RNRD (Islamistes) et Mohamed Ould Maouloud Président de l’UFP ont été reçus séparément par le Chef de l’Etat en présence de Mohamed Killy Ould Cheikh Sidiya conseiller principal et Abdoulaye Mamadou Ba, conseiller et Porte-parole de la Présidence de la République.
A leur sortie d’audience, les leaders politiques ont fait des déclarations qui renseignent sur la nature de l’entrevue et sur leurs préoccupations.
M. Ahmed Ould Daddah a déclaré avoir exposé au Chef de l’Etat les questions de l’heure dont celle de la création d’un parti qui pourrait être un parti du gouvernement.
Exprimant sa crainte que ce parti soit «un parti de l’Etat», Ould Daddah a souligné que le Président de la République lui a précisé dans ce cadre, que son souhait est que les personnalités qui le soutiennent «s’organisent, mais que lui-même, en tant que Chef de l’Etat, restera au dessus des partis et un arbitre entre les partis et entre les citoyens».
A son tour Jemil Ould Mansour, a indiqué avoir exposé des questions relatives aux affaires publiques, et notamment aux conditions de vie des populations déclarant avoir constaté.
que le Président de la République est conscient de ces questions, et qu’il espère que les discussions avec le Président vont avoir des répercussions positives sur la situation politique et sociale du pays.
Enfin, M. Mohamed Ould Maouloud, a indiqué que les entretiens ont porté sur les questions d’intérêt national et en particulier sur l’avenir de la ville de Tintane.
D’autres questions comme la hausse des prix, l’affaire de la drogue, et la situation politique et son évolution ont également été au menu
Soulignant «l’intérêt énorme» que le Président de la République accorde à ces questions, Ould Maouloud a estimé que l’entretien était positif et qu’il espère qu’il aura une suite positive.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés