Facebook
Mohamed Ould Sweyna : L’étoile montante de la poésie Maure    
24/05/2007

Natif des années 70, à Aioun El Atrouss, instituteur bilingue de formation, Mohamed Ould Cheikh Sid’Ahmed Ould Sweyna est la nouvelle étoile de la poésie Maure. Après le départ des géants : Mohameden Ould Sidi Brahim et Bouki Ould Eleyatt -Qu’Allah leur accordent Sa miséricorde- Ould Sweyna a émergé en 2003, en animant la célèbre émission «Douroussoune Mine El Edebi Echa’eby» (cours de poésie populaire) qui fut animée par Feu Mohameden Ould Sidi Brahim qui a été longtemps la mémoire vivante de la poésie et de la culture Maures.



Pétri de culture et de poésie le jeune prodige Ould Sweyna a animé plusieurs autres émissions culturelles de grande écoute à Radio Mauritanie, notamment les émissions «Aghani we Ma’ani» (chansons et messages) puis «Nouz’het El Moughteribine» (qui peut se traduire littéralement par la promenade des expatriés). Son talent n’a pas échappé à Hamoud Ould M’Hamed le DG de la TVM, un homme inspiré et moderne qui a révolutionné la Télévision dans la forme et le fond. Ainsi, depuis 2005 Ould Sweyna anime à la TVM l’émission « Hikayett Leghna Taht El Menadher» qui se traduit par la citation des poèmes dédiés aux paysages Mauritaniens. Puis c’est l’émission de grande écoute «Douroussoune mine El Mewzoune» (cours de poésie). Spécialiste des «Lebtoute» (genres poétiques), Ould Sweyna a développé d’intéressantes recherches, par régions, les concernant. Il est aujourd’hui l’un des meilleurs professeurs de poésie Maure. Une poésie et une culture menacées par la mondialisation, le BreakDance, le Rap, le Patchinga, et la musique moyen orientale et arabe genre ROTANA fortement dominée par des stupides «Habibi»,  n’ayant rien à voir avec notre mémoire. A partir de la prochaine édition de «Tahalil Hebdo» nous aborderons avec Ould Sweyna des séries sur les «Lebtoute Echay’a» (les genres poétiques célèbres) notamment : Mreimida, Bouamarana , El Bet Lekbir, Lebeyr et Lebteit Ettam.. Les «Lebtoute» ont une relation étroite avec ce qu’on appelle «Edh’ houret Azawane» (les genres musicaux), tels Kar, Vaghou , Signime et Lebtetit. Pour tous ceux et celles qui sont intéressés par notre patrimoine, nous aborderons sous la supervision d’un grand connaisseur une série didactique sur la poésie, sa lecture et le comptage des «Moutaharikates» (les syllabes).
La rédaction


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés