Facebook
Pétrole :Des déconvenues et de l’opacité   
18/05/2007

Les traders qui auraient avancé les 500 millions de dollars nécessaires au développement du champ pétrolier de Chinguetti regarderaient avec effroi la production en chute libre après un pic à 70.000 b/j, vers 30 000 b/j, a révélé «La Lettre du Continent» n° 517 du 10 mai 2007.
De plus, le brut contiendrait 0,85% de soufre et non 0,15% comme espéré, rapporte la même source, qui indique que notre pétrole «ne trouve preneur qu’en Chine».



Et le journal d’ajouter qu’il s’agit d’une grosse déconvenue pour Woodside qui a, en plus, payé 300 millions de dollars ‘‘d’amende’’ au régime de la transition dont seulement 100 millions de dollars ont atterri dans les caisses du Trésor. Où sont allés donc les 200 millions de dollars restants ? « La Lettre du Continent» ne le dit pas.Il s’agit là d’une information grave parce que le gouvernement de la transition n’avait parlé à l’époque du règlement de son différend avec Woodside que d’un bonus de 100 millions de dollars !
Mohamed Ali Ould Sidi Mohamed l’ex-ministre du pétrole avait déclaré le 10 juin 2006 quelques jours après que gouvernement mauritanien et Woodside aient signé quatre nouveaux "contrats de partage de production révisés" que le "bonus" de 100 millions de dollars allait être géré avec transparence et contrôlé par une commission nationale. "C’est un bonus qui sera versé au Fonds national des hydrocarbures au vu et au su de tout le monde, qui sera audité par un expert international et contrôlé par une commission nationale" avait-il indiqué. A présent, nous ne savons rien de ce compte. Le dernier rapport présenté par l’initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) un machin présidé par Mohamed Ould Nani (ancien gouverneur de la BCM, longtemps ministre sous Ould Taya et président de la commission nationale d’arbitrage du PRDS de laquelle il démissionnera quelques secondes après le putsch du 3 août), n’a parlé que des revenus de …2005. Eh oui ! Mis en place en janvier 2006, un mois avant le démarrage de l’exportation du pétrole ce comité pouvait bien s’intéresser aux revenus de la production pétrolière. Il a préféré se focaliser sur l’année 2005 où il n y avait de pétrole. Comme s’il craignait d’évoquer un tel sujet. Pourtant il en sera question tôt ou tard. A bon entendeur….


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés