Facebook
Quel sort pour les otages français?   
23/07/2012

Au moment où des Européens et Algériens enlevés récemment sont libérés la mi-juillet, six otages français enlevés en septembre 2010 au Niger, et novembre 2011 au Mali restent détenus par Al-Qaida au Maghreb Islamique (Aqmi). Ces recentes libérations sont intervenues à la faveur des arrangements du fameux "marché noir" des otages florissant...



...au Nord-Mali avant et après son occupation par les radicaux islamistes (Ansar Dine, Mujao, Aqmi). 

Cette partie du Mali  a été le théâtre d’une rébellion armée déclenchée en janvier par les indépendantistes du MNLA, laquelle, a eu entre autres conséquences, un putsch militaire atypique qui a destitué en mars 2012, à Bamako l’ancien président Amadou Touré.

Mais pendant que 6 otages français  entament pour certains d’entre  eux , leur deuxième année de captivité, d’autres Européens (deux Espagnols et une italienne) kidnappés fin octobre 2011 au sud de l’Algérie sont libres  depuis le 19 juillet. Trois des 7 otages algériens, enlevés au Mali en avril 2011 ont eux aussi retrouvé la liberté  depuis le milieu de juillet.

L’Espagne, l’Italie et l’Algérie se sont donc «débrouillés» pour tirer leurs ressortissants des griffes du "Mouvement Unicité et Jihad en Afrique de l’Ouest" (Mujao, en fait une excroissance d’Aqmi) suivant les usages habituels:  discrétion, négociations, concessions et rançons.

Connaissant pourtant mieux la région, la France tarde à trouver la solution pour libérer ses administrés, alternant à l’occasion, des approches fort différentes.

On l’a vu quand elle avait opté fin 2009 pour des pressions sur le Mali, lequel, à contre cœur, avait  accédé  aux exigences d’Aqmi  en élargissant  quatre dangereux terroristes pour faire libérer Pierre Camatte.

On l’a vu aussi, quand la France avait tenté en juillet 2010 de libérer Michel Germaneau par la force.
Dans le premier cas, Camatte avait recouvert la liberté. Et c’est tant mieux. Dans le second, Germaneau fut effroyablement tué par ses ravisseurs, en représailles au raid franco-mauritanien. Et c’est dommage. 
Aujourdhui,  la France a  changé d’Exécutif,mais probablement pas de méthodes  et on ne sait quel sera le choix entre les trois options qui s’offrent à tout pays, ayant des ressortissants en captivité : négocier, mener un raid, ou ignorer ses otages.
Négocier, disais-je? Eh bien, qu’est-ce qui empêche de le faire car la France l’a déjà fait «indirectement» avec Aqmi. Mener un raid? Là aussi, elle a essayé en 2010 et pourrait être tentée de le refaire, malgré, ses conséquences désastreuses sur la vie de ses ressortissants en détention.
Mais  si l’Hexagone ne veut ni négocier, ou  agir sur le terrain, il ne reste plus que la dernière option, qui consiste à  ignorer les otages. Et à présent, tout laisse penser que c’est là,  le choix fait par l’Elysée.
Qu’est ce qui peut amener à le croire? Il y a d’abord les déclarations incendiaires des officiels français sur le nord-Mali, puis, le soutien «logistique» que la France promet d’apporter à une éventuelle force ouest-africaine chargée de reconquérir la partie  nord du Mali alors que  la partie sud de ce pays  n’est pas  sous un ordre constitutionnel légitime,  et devrait elle aussi, être reconquise.
En s’engageant sur la voie de l’escalade verbale et des tendances bellicistes ,  la France aura probablement décidé de sacrifier ses 6 ressortissants séquestrés au Sahel, refusant  en quelque sorte,  de rester  otage,  de ses otages.
Isselmou Ould Moustapha

 


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Commentaires
Tegal

2012-07-26 20:31:58

La France ne négociera pas les affaires fabriquées de toutes pièces par Sarkozy. Le kidnapping des français et des algériens, c’est du tout fabriqué.

Claro

2012-07-25 12:58:24

Analyse fort pertinente.Mais le France demeure le Maitre des lieux dans ces contrées et a toujours plus d’un tour dans son sac...

Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés