Facebook
Les troubadours et vautours adoptent un profil bas    
07/03/2007

L’intervalle 3 août 2005/11 mars 2007, a été l’amorce d’une révolution dans ce pays. Nous ne sommes pas devenus un «eldorado», mais nous avons quand même été contents de ne plus entendre de «direction nationale éclairée et à sa tête», nous n’avons versé aucune larme, même de crocodile, sur l’ex-parti-Etat, la langue de bois a disparu dans les médias officiels, les troubadours, les vautours et les aigris, qui nous ont tant fait mal, ont adopté un profil bas.



Et le plus important : pour la première fois dans notre Histoire, nous avons eu un président non candidat à sa propre succession.
En mars 2007, nous assisterons à un spectacle digne des grandes Nations : Un président qui quitte le palais présidentiel, sans coup d’Etat, sans intrigues, et sans communiqué d’une junte militaire. Ce sera là, le grand signe de rupture avec toute une époque. L’enjeu réside là. Nous aurons réussi une alternance pacifique au sommet. Quelqu’il soit, l’essentiel chez le futur président, sera son idée de la Mauritanie, son ambition pour la Mauritanie et ce qu’il apportera à la Mauritanie. Dans ce sens, l’expérience concluante, la légitimité des urnes et l’incarnation de la rupture avec le passé, au-delà des randonnées carnavalesques et du look «travoltesque», seront les principaux atouts dans la conquête des cœurs des Mauritaniens .
Isselmou Ould Moustapha


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés