Facebook
Le policier cité par la MAP nie catégoriquement avoir remis une valise ou un sachet, au pirate !    
17/02/2007

Mohamed Mahmoud Ould Beyguene, un policier en service au commissariat spécial de la Police de l’aeropot de Nouakchott a catégoriquement nié au cours d’un entretentien effectué tard dans la soirée du 17 février, avec «Tahalil Hebdo», avoir remis un quelconque objet au pirate de l’air à son embarquement de Nouakchott à bord du bœing 737 détourné le 15 février.



«Je n’ai jamais vu le pirate, je ne lui ai rien remis» nous a déclaré Ould Beyguene en réaction à l’information parue dans une dépêche de l’Agence de presse marocaine (MAP) citant une source non identifiée au sein la commission d’enquête à Nouadhibou, selon laquelle, il aurait été identifié par sept témoins (toujours non identifiés) comme étant le policier qui a remis au pirate Mohamed Ould Abderrahmane la valise qui contenait l’arme utilisée dans le détournement. Les enquêteurs mauritaniens avaient transférés à Nouadhibou cinq policiers pour une confrontation avec des passagers qui avaient déclaré avoir vu un policier remettre au pirate un sachet en plastic au contenu indéterminé avant le décollage.
Après avoir certainement écarté une possible défaillance des systèmes de détection des armes à l’aéroport de Nouakchott les enquêteurs, ont dû estimer qu’une «valise» ou un «sachet en plastic» pourraient avoir servis de moyens de transport à bord de l’avion, des pistolets trouvés en possession du pirate de l’air. Il s’agit d’une piste qui accréditerait la thèse de complicité dont aurait bénéficiée le pirate, à Nouakchott. Une piste qui a néanmoins, été balayée par le pirate lui-même, qui a déclaré après son arrestation à l’aéroport de Las Palmas à la garde civile espagnole, qu’il n’avait aucun complice et que son intention avait été de forcer l’avion à se rendre en France, où il voulait demander l’asile politique.
Le pirate, Mohamed Ould Abderrahmane, a été transféré samedi vers 11h30 devant une juge de la cour d’instruction de Telde, il a avoué aux enquêteurs avoir "agi seul". La juge Espagnole Isabel Rodriguez a ordonné son incarcération en isolement pour détournement d’avion, menaces et détention illégale d’armes, après l’avoir entendu pendant deux heures.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés