Facebook
Série Histoire: Le pouvoir des hommes voilés (dernière partie), les Sanhadja, de la tribu à l’Etat(VII eme au XIeme siècles)   
25/01/2007

La prédication almoravide était, avant tout  celle d’un enseignement élémentaire des préceptes de l’islam destiné à des populations éloignées des centres de rayonnement culturel de la civilisation islamique de l’époque. Or cet éloignement a contribué à la stagnation du figh auquel manquait le bouillonnement  d’idées qui a permis le développement rapide des autres sciences religieuses  et, particulièrement,  celui de la parole dialectique



Bien que les données historiques confirment que  le fondateur  spirituel de l’Etat almoravide Abdallah bnou yacine fut un disciple de  Wejaj bnou Zelou alamty qui se trouve être le disciple de Abu oumran Alfassi lequel est un sortant de l’école de l’un des Maîtres de l’Acharisme ,l’illustre al-Baqillani (m.1013) et que d’autre part,le juge almoravide d’Azougui ,auteur d’un célèbre ’’miroir du prince’’ revendique ,sans ambages,son adhésion au rationalisme ascharite., rien n’indique cependant que l’Acharisme était la doctrine officielle de l’Etat almoravide.
A vrai dire, le rationalisme  des gens du Kalam sunnite (les Asharites) suppose  l’existence d’un milieu intellectuel émancipé qui tolère la logique, la dialectique ainsi que les subtilités liées à l’exégèse et la linguistique. L’absence du rationalisme  ascharite  dans l’islam almoravide résulte donc, essentiellement, d’une cause structurelle tenant au fait que leur prédication était destinée à des nomades peu réceptifs aux tendances philosophiques et aux doctrines rationalisantes qui sont inaccessibles au commun des mortels. 
D’ailleurs, parmi les prédicateurs qui se sont investis dans l’islamisation du Sahara, les dialecticiens du sunnisme ascharite étaient plutôt  peu nombreux et aucune preuve concernant l’usage qu’ils auraient fait de la science du Kalam (parole dialectique) n’a  été apportée.
Dans ce sens, il convient de souligner que Abu Bakr ibnou Mohamed Al Hassan Al Hadramy Al Mourady qui fut le plus célèbre de ces dialecticiens  et qui exerçait la délégation ou ministère de la justice en sa qualité de juge suprême de l’Etat almoravide, n’a pas pu ou n’a pas voulu propager, au Sahara, la pensée ascharite qu’il avait, lui même introduite au Maghreb occidental.
 En effet, les opinions et autres thèses rationalisantes de ce Maître almoravide bien connues ailleurs, n’ont été  étudiées et commentées au Sahara que par des générations d’une époque tardive. C’est, aussi, le cas de Brahim Al Amawi  (m. 1118 ap.JC) qui fut parmi les grands savants qui ont occupé des hautes fonctions dans l’Etat almoravide. Ce Savant d’origine omeyyade qui fut enterré à Nbaltoun prés de l’actuel Keur mécène (Sud mauritanien) s’occupait de la délégation ou ministère de l’enseignement. Le nom arabe de cette délégation appelée Majlis Al ilm (littéralement assemblée du savoir) fut, par la suite, employé pour designer  la famille, les descendants  et les disciples du Maître omeyyade. C’est d’ailleurs ce nom  que porte, jusqu’à nos jours, la tribu maraboutique des Medlich laquelle a,  joué un rôle fondateur dans l’établissement des traditions de spécialisation  religieuse et scientifique des tribus Sanhadja. Ce rôle fondateur continue, jusqu’à nos jours, de s’exprimer à travers le dicton , bien connu des milieux traditionnels lettrés , selon lequel : «Les Medlich sont l’origine des Zawiyas»
Dés ses premiers débuts, le projet almoravide a clairement opté pour l’ancrage du rite malikite. Dans ce domaine, la tache des prédicateurs  fut d’autant plus aisée que les gens du Sahara acceptèrent, visiblement,  sans aucune difficulté l’introduction du malikisme qu’ils ont, depuis lors, définitivement adopté.
Grâce à un sucées aussi rapide qu’inattendu,  les Almoravides ont ainsi posé les fondements d’une unité  spirituelle en propageant d’une manière ferme l’enseignement malikite. L’ancrage précoce de ce rite ,dont la capacité d’adaptation aux problématiques soulevées par les réalités locales, fut à l’origine d’une unité spirituelle laquelle a été, sans cesse, revendiquée et défendue contre les tendances ’’réformistes’’ et ’’fondamentalistes’’, par toutes les générations de jurisconsultes postérieures aux Almoravides.

La cohésion spirituelle

Il semble que la faiblesse du niveau d’instruction des populations visées par l’islamisation almoravide qui a été déterminante dans  l’occultation  de la pensée ascharite a, par contre, contribué à l’essor du malikisme dans le  Sahara.
 Les prédicateurs du mouvement  n’ont pas manqué de prendre prétexte de cette faiblesse pour  se contenter d’un enseignement du figh malikite et, pour la même raison,  mettre  en garde contre la vulgarisation de la parole dialectique censée égarer le commun des croyants. Ce n’est qu’à partir du XVIéme  siècle, avec le développement de la culture arabe, que le Kalam ascharite a été introduit dans les programmes didactiques des Mahdras.
Cet attachement au malikisme dans sa rigueur ’’salafite’’ correspondrait à la description faite par Ibnou Khaldoun pour lequel « La bédouinité était un trait marquant de la culture des Maghrébins, des Andalous et  autres gens du Sahara), qui étaient plus influencés par les usages et coutumes du Hijaz que par la civilisation irakienne, c’est pourquoi, ils ont gardé un rite malikite pur qui, contrairement aux autres rites, n’a pas été affecté par les mutations survenues ailleurs ».
En fait, la spécificité du rite malikite semble avoir  attiré  les nomades Sanhadja  qui ont trouvé dans les principes et les méthodes de ce rite des idées adaptables  aussi bien à la  rigueur qu’à la simplicité de leur mode de vie saharien.
Dans son application almoravide, ce rite a conservé son caractère idéal par le biais d’une sobriété qui a été simplement exprimée ainsi que par une piété qui s’est traduite  par le respect scrupuleux des normes contraignantes.
Néanmoins, ce rigorisme allait de pair, toujours conformément à l’esprit du rite, avec une  faculté d’adaptation aux réalités qui permet de faire face aux Nawazil (cas réellement survenus) lesquels sont , ainsi, résolues en référence aux Massa’il (cas d’espèces) répertoriés dans la célèbre  Moudawana de L’imam Malik..
Au niveau politique et social, ce rigorisme almoravide à instauré la tradition de l’autorité islamique et s’est traduit par une conception du pouvoir dont la légalité se fonde sur le consentement ainsi que sur l’allégeance des musulmans. Le modèle de l’idéal almoravide, érigé en utopie du commencement, a, toujours, été invoqué pour légitimer les mouvements idéologiques ou intellectuels qui prônent  l’unité spirituelle de l’ensemble saharien. De même, les qualités requises pour exercer la fonction d’Imam al mouslimin  (émir ou président)  sont, jusqu’à nos jours, définies par les Fughahas du pays en référence à celles de ’’la bonne gouvernance’’ almoravide.
En outre, l’imaginaire populaire attribue à ’’nos ancêtres les almoravides’’, la division sociale fondée , essentiellement, sur les trois couches suivantes : la couche guérierre qui sera, plus tard, connue sous l’appellation Hassan, la couche savante  (devenue Zawiyas) et la couche laborieuse (Zanagas).  Cette répartition, assez superficielle,  semble indiquer, d’un point de vue historique, que le mouvement almoravide a légué  à la société sanhadjienne et même, plus tard , à la société mauritanienne, une super structure composée de modèles, de cadres référentiels et autres concepts ressources qui se sont renouvelés, à travers les ages, et  sur lesquels se fondent diverses options à même  fonder les mutations d’ordre intellectuel, social et économique .

Hamahou Allah Ould Salem
Professeur  d’Histoire à l’université de Nouakchott

 

NB : Cher(e)s  lectrices et lecteurs,  vous aviez devant vous ci-dessus, la cinquième et dernière partie de la série «Le  pouvoir des homme voilés». Après ce numéro débutera, une troisième et nouvelle série intitulée : «La fin du Ribat» qui consacre le déclin des Almoravides.
La rédaction


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés