Facebook
In Mémorium : Maria, l’attachée culturelle de l’Ambassade d’Espagne nous a quitté   
23/01/2007

Moins de six mois après le début de sa mission en Mauritanie, l’attachante diplomate chargée des affaires culturelles de l’Ambassade d’Espagne, Maria Marqués (photo, au centre),  a trouvé la mort dans un tragique accident survenu ce weekend  sur la route de  chinguitti . Affable, intelligente et sympathique, la disparue a marqué de son empreinte  la relance de la coopération culturelle entre l’Espagne et la Mauritanie. Son activisme débordant ainsi que son engouement pour le dialogue des cultures s’est manifesté à travers les remarquables manifestations culturelles qui ont été organisées au cours de son bref séjour dans notre pays.



Outre la conférence débat sur les relations mauritano canariennes, qui s’inscrit dans le cadre des journées culturelles espagnoles à Nouakchott et à Nouadhibou, et dont il est question ci-dessous dans le deuxième élément d’information  la scène culturelle de Nouakchott a été marquée ces derniers mois, pour la première fois depuis 1996, par l’organisation par le  festival national Cante de La Minas et le ministère de la Culture mauritanienne des concerts de flamenco. De même, une exposition sur l’architecture d’Andalousie a été également réalisée par la Fondation El Legado Andalousie en collaboration avec le ministère mauritanien de la Culture et une cérémonie de  présentation du livre « la Mauritanie et l’Espagne : une histoire en commun » a  été organisée le 17 octobre 2006.  Durant toutes ces manifestations, Maria assurait un contact de proximité avec le public de la culture. Elle avait, manifestement, comme par  un souci prémonitoire de l’urgence, la volonté de faire passer un message qui tient à l’impérieuse nécessité de consolider, par des actions concrètes, l’amitié entre les peuples mauritanien et espagnol.  Elle aimait, particulièrement la calligraphie   motivée des anciens manuscrits   notamment celle du Coran et ne cachait pas son éblouissement  devant ce trésor jalousement conservé par les Mauritaniens.   A cette fin elle avait effectué de nombreuses visites dans les bibliothèques privées et elle tenait, disait elle, à restituer le souvenir de la relation amicale entre les deux peuples  par le biais d’une action urgente en faveur des manuscrits.  Elle envisageait de réaliser cet objectif avec un engagement optimiste comme en témoigne son dernier discours public dans lequel elle avait souligné que « la richesse des deux cultures et la volonté politique des deux gouvernements sont autant de facteurs favorables à la réalisation des objectifs fixés dans le domaine du renforcement de la coopération culturelle entre la Mauritanie et l’Espagne».


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés