Facebook
Chenouf, le journaliste qui ne se laisse pas faire   
02/10/2011

Le journaliste Chenouf Ould Maloukif directeur du site Tawary.com qui a signé il y a quelques jours une lettre ouverte au président Aziz lui demandant de réagir aux défis soulevés par l’enrôlement, et critiquant à l’occasion, l’immobilisme en la matière a reçu en guise de réponse, un pamphlet de grossièretés anonymement signées par un mercenaire de la plume.



Chenouf a publié les déjections de cet anonyme, en fait, l’un des nombreux mercenaires du web qui offrent leurs services en pareille circonstance au gouvernement et aux puissants du moment, en contrepartie d’un petit strapontin, de l’argent et même de quelques bières , nous a-t-on dit.

Ces mercenaires faut-il le rappeler  ont surgi avec force (et cynisme) avec le putsch du 6 Aout 2008.

De culture moyenne, sans vergognes et pusillanimes, ils inondent les sites internet d’articles insultants à l’endroit de ceux qui ont le courage de critiquer le président Aziz ou la dignité de s’opposer à sa politique.

 Bon nombre de mauritaniens ont été stigmatisés   par ces internautes vulgaires utilisant des prête-noms, auxquels des sites internet poubelles et corrompus leur offrent des espaces.
Un petit jeu dégoutant maintenant assez connu . Le journaliste Chenouf,  ancien officier plutot brillant n’a donc pas eu à fournir d’efforts pour comprendre d’où provient le pamphlet qui l’a visé.

Il s’agirait d’un article pondu par un "gay" et "un pote" deja cité dans une sordide histoire de bijoux volé,  a-t-on compris de la reaction de Chenouf à cette agression cybernétique . 

 Bizarre, même  du haut de leurs piédestals, certaines petites frappes préferent rester anonymes!

IOM

 


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés