Facebook
La Société Générale arrive : A bon entendeur, salut !   
02/01/2007

Les usagers Mauritaniens des banques vont-ils enfin sortir de l’économie d’usure à laquelle ils sont condamnés depuis la privatisation des banques tombées pour certaines dans les fourches caudines des monopoles commerçants ?
Alors que nos voisins Maliens ont décrété une grève nationale il y a trois années lorsque les taux de crédit ont atteint 13% l’an pour les crédits les plus chers, les demandeurs de crédits chez nous doivent se séparer d’entrée de jeu de près de 30% des montants qu’ils reçoivent sous forme de prêt de nos banques. 30%, voire plus encore ! C’est le taux appliqué chez nous.



Après la BNP, voilà donc que la Société Générale  arrive chez nous, en Mauritanie après une prise de participation dans la BII. Mais il faut rappeler tout de même aux banquiers de l’Hexagone venus s’installer chez nous qu’en France, les taux usuraires sont passibles de sanctions pénales pour les dirigeants bancaires et d’amendes pour les banques.
Aucune économie ne peut décoller avec des tarifications pareilles et c’est ce qui explique que toutes les entreprises mauritaniennes ont mis clé sous paillasson et que les régions de l’intérieur vivent encore comme aux calendes grecques.
La Société Générale arrive, c’est le signe que nous vivons sur une seule planète  avec le monde civilisé et que l’espoir de lendemains meilleurs est possible.
A présent, la Banque Centrale de Mauritanie (BCM)  devra se préoccuper des taux bancaires et instaurer à son tour un taux d’usure fixé par elle et non par nos apprentis banquiers. A bon entendeur, salut !


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés