Facebook
Une mort héroïque   
02/01/2007

La justice des Vainqueurs qui vient d’offrir en guise de cadeau de la nouvelle année chrétienne la tête de Saddam Hussein Al Majid peut bien se consoler d’avoir mis fin aux jours d’un homme qui symbolisait, à ses yeux, le mal absolu.
Elle peut bien compter sur l’accueil favorable à l’exécution  qui s’est traduit par l’expression hystérique d’une  vengeance primitive. Elle peut même se targuer d’avoir expérimenté la sanction du crime contre l’humanité.



Mais dans ses annales, elle gardera comme une honte ce qui ressemble à un lâche assassinat.

En violant sa propre loi qui interdit l’exécution pendant les jours de fête, elle est apparue sous son visage hideux celui d’une  justice de la force d’occupation dont le but est d’humilier et de provoquer une spirale de la haine.
A cet effet, elle a offert aux musulmans du monde entier l’image d’un héros qui affronte la mort avec une splendide sérénité, cette  mort  qui a fait le tour de la planète  et qui équivaut à celle que tout pieux musulman souhaite, en son for intérieur, est un échec retentissent pour la justice des Vainqueurs.
Le Héros des vaincus est désormais incarné par cet homme qui défie la mort en criant l’arabité de la Palestine et qui dans son ultime souffle prononce la profession de foi  laquelle  correspond, selon une tradition authentifiée, à une assurance pour aller au Paradis.

La mort  que cette justice  aussi sélective que bâclée a offert  au monde, n’est pas celle d’une vieille nation  dont le temps est révolu. Bien, au contraire, cette mort héroïque, annonce  une  redoutable résurrection (Baath) du nationalisme arabe.
Isselmou Ould Moustapha


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés