Facebook
Dépénalisation? mon œil!   
24/06/2011

Le nouveau projet de loi adopté le 22 juin en conseil des ministres et présenté comme "dépénalisant" les délits de presse est un véritable attrape-nigauds. Normal, le ministre de la Communication est un excellent  juriste. Le texte a supprimé l’emprisonnement des journalistes dans quelques cas...



...maintenu les amendes prévues à cet effet, et l’emprisonnement des "plumitifs" comme on dit de nous,  dans bien d’autres cas. De l’arnaque haut débit!


Les communiqués de satisfaction de l’Union pour la République (parti au pouvoir) et ceux des organisations de medias auront donc été rédigés,  dans la perspective d’applaudir ou de plaire. 


Les amendes restent prevues et les journalistes continueront à aller en prison pour des délits d’expression ayant trait par exemple, à l’incitation à la haine, aux atteintes à l’unité nationale, et aux valeurs universelles.


Et parceque  que ce genre de délits donnent aux juges le pouvoir d’interpréter et de qualifier, ils leur confèrent donc celui de nous envoyer  derrière les barreaux. 
Les modifications apportées n’ont donc pas dépénalisé les délits de presse en Mauritanie comme tentent vainement de nous le faire croire des confrêres ou des griots patentés ou autoproclamés.

Ce qui s’est passé, c’est que des articles de la loi 2006-017 qui prévoyaient des peines d’emprisonnement pour l’injure et la diffamation envers les particuliers ont été supprimés alors que les amendes pour ces mêmes délits restent et que sur la base de certaines exceptions, les journalistes vont toujours -ya vadhma- continuer à être emprisonnés.


Le maintien des amendes qui s’explique dit-on, par le souci de protéger les particuliers contre les actes diffamatoires donne la possibilité de condamner les journalistes -le plus souvent pauvres- à de fortes amendes, et à confisquer leurs maigres biens, s’ils sont dans l’impossibilité de payer. 


Plus la peine  donc de condamner un journaliste à 6 mois de prison pour avoir diffamé une personne, il suffit de le sommer à casquer 600 millions de dommages et intérêts à cette même personne. Vous imaginez?


Et si un article de presse pourra être perçu par un juge aux ordres, comme portant atteinte à l’unité nationale, ou incitant à la haine, alors là, embarquement immédiat pour la prison. Dépénalisation disent-ils ? Mon œil…!
IOM

 


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Commentaires
tekoussou
tekoussou@gmail.com
2011-06-26 10:28:47

Que les plumistes écrivent et les autres commentent. Pouvoir publier les noms des complices de Maaouya fait du bien:SMBOBACAR,CH AVIA,LOUL.,EL

Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés