Facebook
La fin des Blé Goudé*   
27/05/2011

La "Coalition de la jeunesse du 25 février" a manifesté le 24 mai à la "Place des Blocs" au centre de Nouakchott dans le cadre de sa journée dite de "refus" (du régime). Mais des groupes de délinquants armés de couteaux se sont attaqués aux manifestants...



...et en ont blessé certains. Ce qui a influencé sur la mobilisation.
La "Coalition" comme la "Coordination" du 25 février manifestent épisodiquement depuis plusieurs mois pour demander des reformes et parfois le départ du régime.
Cette fois, c’était la "Coalition" qui était montée au créneau car la "Coordination" adopte depuis quelque temps un profil bas qui peut relever du tactique, s’il n’est pas lié aux informations relatives aux accointances de certains de ses membres, avec le pouvoir.
Sous la menace d’armes blanches, des délinquants se sont , en cette journée du 24 mai, assignés la sale tache de dépouiller les manifestants de leurs maigres objets personnels ( téléphones portables, porte monnaies) devant des policiers qui ont refusé d’intervenir dans plusieurs cas.
Drôles de forces de l’ordre qui laissent des délinquants terroriser des manifestants pacifiques, en plein jour et sur place publique.
Et la protection des citoyens ? Et le maintien de l’ordre public ? Et la liberté de manifester, garantie en Démocratie?
Les manifestants agressés (et ce n’est pas la première fois) se retrouvent comme appelés à s’armer pour se défendre.

En pareil cas, ils cessent d’être pacifiques: Ils deviennent de vulgaires casseurs.

Est ce vers cela qu’on les pousse ? Et qui les pousse donc à adopter la violence en lieu et place des banderoles et slogans parfois creux ?

Ce sont naturellement ceux qui voudraient allumer un contre feu, ou créer un nouveau passif humanitaire pour s’en dissocier à l’heure des comptes. Du déjà vu!
Les potentats, c’est connu, détestent leurs opposants démocrates parce que pacifiques. Ils craignent par contre, leurs opposants violents et armés.
De par le monde, les contestations évoluent de plus en plus vers la militarisation. Une perspective à éviter.

Les adeptes d’une telle sombre option avancent que le statu quo se serait maintenu si l’opposition ivoirienne s’était limitée aux communiqués de presse et aux marches pacifiques et si les libyens en avaient fait de même.

Gbabo et Kadhafi en auraient, disent-ils, fait des bouchées.
Le Quai d’Orsay, le State Département et Amnesty s’en seraient certes indignés, et le dossier de la contestation aurait été clos. Mais, du moment, avance-t-on, sur des forums proches de la rébellion libyenne que tonnent les armes de la résistance en face de celles de la répression, les choses finissent par changer, même si cela peut prendre du temps, comme au Yémen et en Syrie,. Inquiétant, non ?
A cause de l’entêtement, Gbagbo et sa Simone ont été tirés de leur trou sans que Blé Goudé ne leur serve à quelque chose.

Kadhafi, lui, est en train de changer chaque jour de "Beit-Beit" et de "Dar-Dar" pour éviter les frappes de l’Otan.
Lui, qui frappe son peuple depuis 42 ans et comptait principalement sur le soutien de Russie avec le début de l’insurrection.
Un soutien tiède qui a vacillé le 27 avril une journée seulement après que la Russie put décrocher un contrat de fourniture de quatre "Mistral" (des BPC- Bâtiment de Projection et de Commandement) avec la France.

La Russie a alors réclamé le départ de Kadhafi.
"La communauté mondiale ne le voit plus comme le leader", a déclaré le président Medvedev. "Oui, nous sommes prêts à l’admettre... il doit partir", a affirmé le vice-ministre russe des affaires étrangères, tout en se posant en médiateur.

La suite sera tragique. L’Otan a intensifié ses bombardements et Kadhafi dit qu’il n’acceptera plus d’ initiative en dehors de l’UA, laquelle, ne peut lui offrir que l’asile dans l’un de ses pays membres, du reste incertains.

Bien évidemment sans couverture devant les poursuites du TPI.

Peut-on encore compter, sur le «Blé Goudisme»?
IOM
* Homme politique ivoirien Pro-Gbabgo connu pour son arrogance et son zèle violent, aujourd’hui porté disparu

 


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Commentaires
sidi
sabd@hotmail.com
2011-05-31 09:29:56

Impeccable, article sans précédent, vous n’avez dis que la réalité des choses. Cet article montre la différence entre un journaliste compétent et un pechmarka

Ahmad-Mohamed
mad@yahoo.fr
2011-05-29 16:07:09

Merci pour cet excellent point de vue. J’espère que d’autres dirigeants comprendront le sens de ton message.

Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés