Facebook
Ely Ould Mohamed Vall à Abuja pour le sommet Afrique-Amerique du Sud : Obasanjo appelle à des liens Sud-Sud plus étroits   
30/11/2006

Le président du CMJD, chef de l’Etat, Colonel Ely Ould Mohamed Vall, s’est rendu mercredi à Abuja (Nigéria) pour prendre part au sommet Afrique-Amérique du Sud. Ce premier sommet du genre, prévu le 30 novembre, réunira une quanrantaine de chefs d’Etats autour des moyens de promouvoir la coopération économique et commerciale et le partenariat entre les deux continents.



Le chef d’Etat mauritanien est accompagné, notamment, des ministres des affaires étrangères, des affaires économiques, du commerce.
Le premier sommet Afrique-Amérique du Sud de l’histoire s’est ouvert jeudi à Abuja (Nigeria) dans la plus grande confusion, mais très vite la politique a pris le dessus avec une revendication forte d’une réappropriation des richesses naturelles.

Obasanjo appelle à des liens Sud-Sud plus étroits

Le président nigérian Olusegun Obasanjo a appelé jeudi à des liens Sud-Sud plus étroits  à l’ouverture du premier sommet Afrique-Amérique du sud à Abuja.
"Comme vous le savez, l’Afrique et l’Amérique du sud sont deux régions dotées de capacités immenses ainsi que de ressources humaines et matérielles", a-t-il dit dans son discours d’ouverture du sommet.
"Notre population combinée -1,2 milliard d’habitants -, des terres abondantes et cultivables, de vastes ressources minérales disponibles dans les deux régions devraient nous placer en position avantageuse dans le contexte plus large des engagements globaux, des responsabilités et des occasions multilatérales", a-t-il dit. "En conséquence, notre objectif doit être de donner plus d’élan et une expression pratique aux idéaux de la coopération Sud-Sud qui a depuis longtemps retenu l’attention des deux régions au sein de différents forums", a poursuivi le président Obasanjo. A ses yeux, les deux continents devraient prendre leur destinée en mains et ne pas dépendre de l’aide extérieure.
"En tant que pays en voie de développement, nous avons besoin de compter sur nos propres forces et cela reste important en raison du fossé économique et financier grandissant entre pays riches et pauvres du monde", a-t-il dit.
Le président Obasanjo a demandé instamment au sommet de créer un cadre permettant d’appliquer et de développer la coopération et un partenariat stratégique entre l’Afrique et l’Amérique du Sud.

Plaidoyers pour un meilleur contrôle des richesses

"L’Afrique et l’Amérique du Sud sont deux régions avec d’immenses possibilités tant par les ressources humaines que naturelles. Ensemble nous représentons 1,2 milliard d’habitants, ensemble nous avons d’abondantes terres cultivables et de vastes ressources minérales. Ceci devrait nous mettre dans une position avantageuse dans le contexte plus large d’engagements multilatéraux globaux", a déclaré dans son discours d’ouverture le président Olusegun Obasanjo du Nigeria. Très attendu, le Colonel Mouammar Kadhafi, chef lui aussi d’un puissant Etat pétrolier, n’a pas déçu en réclamant pour les deux continents un plus grands contrôle de leurs propres richesses: "80% des matières premières du monde se trouvent en Afrique et en Amérique du sud. Nous devons être capables de transformer ces matières premières au lieu de les vendre à bas prix comme nous le faisons aujourd’hui, de façon à ce que nos continents ne se réduisent pas à des mines", a-t-il déclaré à la tribune.
"Face au fossé de plus en plus large entre les nations riches et les nations pauvres, il est important pour nous, pays en voie de développement, de compter sur nos propres forces. Ce sommet doit donc avoir à l’esprit de déboucher sur plus grande unité et une plus grande solidarité entre les pays d’Afrique et d’Amérique du sud", a souligné Olusegun Obasanjo, dont le pays, 6e exportateur mondial de brut, importe la plus grande partie de ses besoins... en produits pétroliers.
Fraîchement réélu pour un second mandat, le brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, qui a eu un entretien privé avec Kadhafi jeudi matin, a mis en garde sur un échec du "Cycle de Doha" de l’OMC (organisation mondiale du commerce) sur la libéralisation du commerce mondial qui "condamnerait les deux continents à un extrême dénuement".
Conscient des critiques éventuelles sur l’efficacité d’une telle rencontre, le président de la commission de l’Union Africaine (UA) Alpha Oumar Konaré a tenu a déclarer qu’il ne s’agissait pas à Abuja "de trouver un partenariat de plus". "Nous sommes à la recherche d’un nouveau partenariat fondé sur les valeurs de respect mutuel et de co-développement".
Mouammar Kadhafi lui a fait écho: "nous devons être indépendants et responsables, et dire au monde que ce n’est pas un raout de plus". Olusegun Obasanjo a de ce point de vue souhaité que les sommets Afrique-Amérique du sud soient institutionnalisés et se tiennent alternativement sur chaque continent.
Sur un plan plus politique, le sommet s’est parfois transformé en tribune anti-américaine. Le bolivien Evo Morales a souhaité une résolution demandant "le retrait des troupes américaines d’invasion en Irak pour arrêter les massacres et le génocide". "Mettons nous ensemble pour que nous puissions faire face à l’Amérique" (du nord), a lancé le colonel Kadhafi. Kadhafi et Lula ont également critiqué le fonctionnement et la constitution actuels du conseil de sécurité de l’ONU. "Nous devons avoir une place dans les forums internationaux. Le conseil de sécurité est supposé être international. Nous devons y avoir une place", a déclaré Kadhafi. Pour Lula, le conseil de sécurité reflète "un système mondial qui n’existe plus". La réunion s’est ouverte jeudi matin dans la plus grande confusion à l’hôtel Hilton d’Abuja, un délégué africain allant jusqu’à parler d’un "sommet de boxeurs". Au moment même de l’ouverture, on ignorait encore la liste exacte des chefs d’Etat et de gouvernement participants, selon l’ AFP.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés