Facebook
Mouvement des cadres de la Banque Centrale: L’équité enfin   
16/11/2006

La nomination  de M. Kane Ousmane au poste de Gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie a été bien accueillie par les observateurs agacés depuis belle lurette,  par le culte de la personnalité entretenue autour  de l’ex- gouverneur, Ould Zeidane.



Et ces observateurs sincères et désintéressés ont prié  justement,  pour que Kane Ousmane n’emprunte pas la voie suivie par son prédécesseur, dont le bilan magnifié à outrance,  se limite néanmoins  à une démonétisation coûteuse et techniquement critiquable, ainsi qu’un plan social par lequel la BCM a mis à la porte l’essentiel de ses cadres expérimentés, pour recruter des farceurs  sans expérience.
Evidement, les hagiographes attitrés  vous balanceront la fameuse rengaine du redressement du marché de change ! Oublient-ils à ce chapitre,   que tel fut  surtout  l’œuvre de l’Etat qui a envoyé la police et la douane au marché noir, arrêter les trafiquants. Depuis cette date, le marché noir est devenu noir. Il a cessé d’asphyxier le marché des devises  qui s’est vu ainsi  soutenu par une volonté politique forte. Et que l’on ne nous parle des performances économiques de l’après 3 août. Elles sont,  elles aussi, le fruit d’une volonté politique plus que d’une action individuelle. Ne parlons pas maintenant,  des contre-performances de l’avant et de l’après 3 août. Laissons  ce sujet,  aux futures  campagnes électorales.
Heureusement qu’avec l’arrivée de Kane Ousmane à la BCM tous les espoirs sont maintenant permis. L’homme est un brillant polytechnicien, doté d’une grande expérience -sans ambition débordante à ce que l’on sache- et jouant parfaitement son rôle de chef d’Etat major  de la deuxième grande muette de la République. C’est pour cela que  les articles dithyrambiques ont cessé d’occuper les manchettes de notre presse. C’est le temps de l’équité, de la rigueur et de diète. Et c’est dans ce cadre que s’inscrit le récent mouvement  des cadres de la BCM par lequel des directeurs de grade (depuis 21 ans !), ont pu finalement être nommés directeurs et des directeurs  adjoints ayant  galèré des décennies, fussent-ils des Bahah, des Mohamed ou des Ba, ont pu enfin, être  titularisés à  la satisfaction générale du personnel  de la BCM.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés