TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
Paroles   
08/11/2006

«Notre rôle, tous, est de défendre la loi, la transparence et que nous sachions tous que nous devons en tant que privés, journalistes, ministres, directeurs, rendre compte de nos actes. C’est ainsi que nous ferons un pays solide et développé»

Brahim Ould Boucheiba
Administrateur Délégué à Maghreb Oil



«Il faut rappeler une vérité souvent occultée ou ignorée, à savoir que "l’esclavage" invoqué en Mauritanie ne se réduit pas aux seules pratiques et coutumes considérées comme en relevant au sein de la communauté arabe (ou arabo-berbère) majoritaire. Même si ces pratiques sont plus vivaces, plus visibles aussi en raison de la connotation raciale qu’a historiquement revêtu ce système dans toutes les tribus maures, elles n’en restent pas moins partagées, dans des formes plus ou moins atténuées, dégradées ou camouflées, par les trois autres communautés ethniques négro-africaines : Haal Pulaar’en, Soninké et Wolof».

 

Lô Gourmo, Maître de Conférences, Université du HAVRE, France.

 

«L’opinion croit que les industries nationales nagent dans l’argent,  ne paient  aucun impôt et sont exonérés de tout. Tiviski paie chaque année  entre 58 millions  et 87 millions UM au budget de l’Etat,  et n’a même pas un égout, ni l’enlèvement des ordures, et surtout pas de  soutien face aux importations».

 

Nancy Abeiderrahmane, capitaine d’industrie


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2014 Tous droits reservés