Facebook
Les Touaregs Maliens se disent en guerre contre le GSPC Algérien   
08/11/2006

 Les touaregs du nord du Mali se sont déclarés jeudi "en guerre" contre les islamistes armés algériens du groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) qui piétinent leurs espaces sahariens.



Le GSPC, qui a fait allégeance le mois dernier à Al Qaïda, est le dernier groupe islamiste encore actif en Algérie et l’on croit qu’il recrute un peu partout en Afrique de l’ouest des  hommes qu’il entraîne dans des camps itinérants au sahara.

En étendant ses activités au nord du Mali, le groupe armé  algérien est entré au contact des touaregs, les nomades de  tradition guerrière qui contrôlent depuis des siècles les routes caravanières du sahara. Les "hommes bleus", qui se sont eux-mêmes rebellés contre les administrations centrales à dominante négro-africaine du Mali et du Niger, dépendent en grande partie pour leur survie de tous  les trafics dont le Sahara est le théâtre propice. Ils craignent, dès lors, que l’intrusion des islamistes  venus d’Algérie, d’abord tolérée, n’entraîne une immixtion
malvenue de l’Etat central dans leurs affaires. "Nous sommes obligés de les attaquer. Nous ne pouvons plus  différer les choses. Nous ne pouvons plus négocier avec eux leur  présence dans notre zone. Tout est fini. Nous sommes en guerre", a déclaré à Reuters le chef touareg Eglasse Ag Idar. Ag idar, contacté dans son désert par téléphone  satellitaire, représente l’alliance démocratique pour le  changement (ADC), un front de tribus touaregs qui a repris en
mai dernier à Kidal les armes contre le gouvernement central malien. Le mois dernier des guerriers touaregs ont affrontés les  fondementalistes, près de la frontière algérienne, tuant un  des lieutenants de Mokhtar Belmokhtar, le chef du GSPC  pour le  sud du Sahara, considéré par les Etats-Unis comme une véritable  danger pour la sécurité de la région.  Le GSPC a riposté en lançant la semaine dernière une attaque  meurtrière contre les rebelles touaregs près d’Arouan, à 150 km  de Kidal, tuant une dizaine d’entre eux. "Aucun des deux camps ne va faire ses paquets et simplement  s’en aller", estime un haut responsable militaire américain.  "Les touaregs ont l’avantage d’être sur leur terrain, mais le  GSPC a un long passé de marché noir, de trafic d’armes et ne va  pas se laisser bousculer comme ça." La déclaration de guerre touareg au GSPC fournit aux  rebelles maliens une rare cause commune avec le gouvernement  malien et les Etats-unis, dont les forces spéciales forment les  armées des pays riverains du Sahara à la contre-guérilla  islamiste.
Le responsable américain se félicite de "constater que les  touaregs ont entrepris de faire le ménage dans leur  arrière-cour". Les rebelles touaregs restent des hors-la-loi, convient-il,
mais, "il y a un intérêt commun objectif dans ce cas précis." Si une alliance entre touaregs et l’armée malienne est  exclue, Ag Idar envisage en revanche d’en nouer une avec l’Algérie, pays sensible à la cause touareg, qui s’est interposé  plusieurs fois dans le passé pour faciliter des accords mettant  fin aux rébellions des hommes du désert. Ag Idar a précisé qu’il rencontrerait dans les jours à venir  des responsables militaires et politiques algériens. "Notre
alliance démocratique pour le changement a besoin de  partenaires. Nous avons besoin de l’aide et du soutien  algériens."L’Algérie accueillera d’autant mieux cette requête, selon le
responsable américain, que le GSPC utilise sa logistique  malienne pour acheminer des armes vers l’agglomération d’Alger où deux attentats à la bombe meurtriers ont été commis encore
mardi dernier. "Si on tarit cette source en rendant le nord du Mali  inhospitalier, alors on contribue aussi à réduire la capacité du GSPC dans le nord de l’Algérie. Le gouvernement algérien ne pourra, j’en suis sûr, qu’en être reconnaissant", ajoute-t-il.
Nick Tattersall (Reuters)


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés