Facebook
Signature d’une convention pour l’enlèvement de 55 épaves   
20/10/2006

Une convention portant sur l’enlèvement de 55 épaves de bateaux de la zone du Port Autonome de Nouadhibou a été signée  vendredi 13 octobre entre la Mauritanie et l’Union Européenne (UE). Le coût global du projet, objet de la convention, est de l’ordre de 9 milliards d’ouguiyas. Côté mauritanien, la convention a été signée par  Mohamed Ould Abed, ministre des affaires économiques et du développement qui avait à ses côtés son homologue des pêches et de l’économie maritime,  Sidi Mohamed Ould Sidina et par SEM Jean Eric Paquet, ambassadeur, chef de la délégation de l’UE à Nouakchott, du côté européen.



e ministre des affaires économiques et du développement a, quant à lui, estimé que ce projet apporte une solution définitive aux problèmes des épaves qui constituaient un risque pour l’environnement et un handicap pour les activités du port. Intervenant pour l’occasion, Le ministre des pêches et de l’économie maritime a indiqué que ce projet permettra de dégager les épaves qui empêchaient la navigation et menacent la sécurité des bateaux. Il a aussi exhorté l’administration du port à réaliser le projets dans les meilleures conditions.. Le chenal d’entrée des navires vers le port de Nouadhibou sera bientôt dégagé et nettoyé, c’est ce qui ressort des termes du Cadre d’Obligations Mutuelles (COM) signé hier à Nouadhibou entre notre pays et l’Union Européenne.
Les habitants de notre capitale économique, marins, propriétaires de navires et tous ceux qui vivent de l’économie maritime ont accueilli avec satisfaction cette convention.L’opération, objet de cette convention vise l’enlèvement  de  55 épaves jugées dangereuses", la réalisation de relevés bathymétriques pour repérer d’autres épaves éventuelles et la mise aux normes de la sécurité maritime.
L’Union européenne s’engage, à cette fin, à fournir  26,21 millions d’euros soit environ 6 milliards d’ouguiya.
La Mauritanie, quant à elle, s’engage à assurer la découpe de la totalité des 107 épaves recensées dangereuses dans la baie y compris les 55 épaves qui seront enlevées dans le cadre du présent projet. Dans la perspective de la mise en oeuvre de cette convention, la Mauritanie a signé un contrat avec une société internationale visant, en première phase, la dépollution, la découpe des 52 épaves échouées sur les plages dans la rade de Cansado.
Les travaux de la deuxième phase, qui concernera la découpe des 55 autres épaves, débuteront après la mise en oeuvre du présent cadre d’obligations mutuelles. Il convient de noter que les actions en vue pour entreprendre l’assainissement de la baie permettront non seulement de sécuriser la navigation maritime mais faciliteront aussi l’exécution d’autres projets importants comme le balisage du Port de Nouadhibou ou les extensions des quais de pêche de commerce en plus du renforcement institutionnel des parties prenantes.(AMI)


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés