Facebook
Hommage à Kane Saydou : Par Abdel Kader Ould Mohamed, juriste, ancien secrétaire d’Etat   
11/11/2006

En ce  mois béni de Ramadan où il est vivement recommandé d’améliorer les pratiques cultuelles ( ibadat), le devoir du croyant vis à vis de son coreligionnaire décédé devrait se limiter à une rapide présentation des condoléances aux proches de celui-ci. La vanité du discours sur les morts pourrait, de ce point de vue, affecter tout ce qui se dit ou s’écrit en dehors des formules canoniques qui consistent à implorer, au profit du défunt, la miséricorde divine ou à réciter, pour la bénédiction de son âme,  la sourate de la religion foncière.



On éprouve, dans ces conditions, quelque réticence à  l’idée d’amplifier une littérature funèbre déjà bien abondante. Mais parce qu’il est l’expression d’une solidarité nationale, l’hommage aux  hommes publics disparus (Politiques, Ecrivains, Intellectuels etc.) relève de l’obligation quasi religieuse de témoigner en faveur de ces figures, hélas bien éphémères , qui de temps en temps, osent la prétention d’ influencer, par des mots, par des idées ou par des actions, l’évolution de notre nation.
  Sur ce plan, l’hommage au regretté  Kane Saydou  qui découle d’un irrésistible sentiment, ressenti en premier lieu par ses proches alliés, d’avoir  perdu un valeureux combattant s’impose également  à ceux qui sont censés être ses irréductibles adversaires.
 Viendra, peut être, le moment où d’autres générations  pourraient, en toute sérénité,  se pencher sur le passionnant débat contradictoire qui, depuis plusieurs décennies, continue d’agiter notre pays et dans lequel le professeur Kane Saydou s’est, nettement, distingué.
 Néanmoins,, il conviendrait de constater, dés à présent, l’énorme préjudice subi par cet indispensable débat à la suite de la tragique disparition de celui qui en fut l’un des plus fervents contradicteurs. Dans son ensemble, la petite communauté  agissante des porteurs
 d’ idées ne peut, donc, que ressentir une lourde perte  dans ses rangs.
 Ce sentiment de tristesse se trouve, en outre, accentué chez ceux qui ont été les témoins de la sympathie que feu Kane Saydou portait à ses semblables en général et à ses compatriotes en particulier.  A ce titre, l’image que je conserve du regretté disparu est celle d’ «un bel esprit».  De son vivant, j’ai eu à glisser,  cette formule élogieuse à son égard dans les confidences d’un journal de la place, lequel, sous le titre  belliqueux de «la guerre  des tranchées», avait
couvert «l’une des conférences des droits de l’homme» des plus tumultueuses  . Pourtant, c’est bien, à  partir de cette rencontre et, en partie, sous l’impulsion du Professeur Kane Saydou que les contacts dans les coulisses  entre les divers activistes mauritaniens sont devenus de plus en plus fréquents et surtout de plus en plus courtois. Il avait, manifestement,
cette louable qualité de ne pas prendre ses adversaires politiques ou culturels pour des ennemis non fréquentables. Les profondes divergences de vue qui ont crée un fossé entre les activistes mauritaniens enclins à se chamailler à l’extérieur ont, d’ailleurs, fini par susciter, dans plusieurs rencontres,  une certaine lassitude  des organisateurs et des participants.
C’est dans cette ambiance ennuyeuse que le professeur s’efforçait, souvent, de se joindre à ses présumés adversaires  pour refléter, ne serait ce que dans les couloirs, la fraternité, hautement, revendiquée par la République
. Dans ce beau rôle, il semblait d’autant plus à l’aise qu’il s’y était préparé  en plantant dans l’un des vastes champs de sa mémoire, un gigantesque  arbre généalogique qui renseignait sur les origines les plus confuses de l’actuelle  société mauritanienne .
L’auteur de ces lignes à qui feu Kane Saydou ne manquait pas de rappeler une filiation légendaire qui le rattache à un  mystérieux ommeyade  enterré, quelque part, aux environs de Keur Macene ne pouvait être insensible au discours de ce Walid Ould Khalouna des temps modernes qui prétendait que  «les Kane» étaient , eux aussi, originaires de Damas.
 Le parallèle  est bien saisissant  En effet, si  nous savons par  Walid Ould Khalouna ( m 1797.     ) que de nombreuses familles maures ont des ancêtres  «négro-africains» , nous retenons des fabuleux récits de Kane Saydou, une volonté de remonter les affluents qui mènent aux sources d’une parenté inexplorée. Il était, en tout cas, passionné d’une histoire dans laquelle, il pensait découvrir des racines, profondément enfouies, de la fameuse unité nationale. Sa séduisante lecture du passé, conduisait, souvent , ses adversaires à se demander si , au final, il n’était pas  en train de leur indiquer les lumières d’une cité perdue tout en choisissant un autre chemin.
 Certes, il y’avait, toujours, un litige sur les  questions soulevées lors des forums  (identité culturelle, régime foncier, passif humanitaire, esclavage etc.) mais au bout du compte  on découvre que les divergences tiennent, globalement, plus à la forme de l’action entreprise ou au degré  d’appréciation par les différents  activistes qu’au fond ou à la nature du problème posé. 
Peu importe l’écho agaçant de ce bruyant  front dans lequel le souci de remporter «une victoire politique» conduisait, souvent, les protagonistes à user des manœuvres peu orthodoxes,  l’image que nous garderons est celle  d’un aimable Kane Saydou s’excusant au prés de ses «petits frères»  d’un possible écart de langage tout en leur signifiant son admiration pour tous ceux qui, disait-il, «ont le courage de leurs idées».
C’est précisément  de cette dernière qualité, assez rare dans un pays qui a été construit sur la route de la peur laquelle incite les gens à la méfiance et à la complaisance, que se réclament  les esprits qui, à l’instar de feu Kane Saydou, ont vu dans la contestation, un fondement pour le progrès d’une nation.
Je dois préciser que ce témoignage est relatif à une expérience politique  qui n’est plus dans l’air du temps mais dont le souvenir reste bien vivace. Dans le nouveau contexte où le sentiment du déjà vu demeure, néanmoins, envahissant, j’ai suivi  par la télévision nationale, une brève intervention  de Feu Kane Saydou lors d’une cérémonie d’accueil  réservée à l’actuel chef de l’Etat.
Il se peut que le génie  rebelle  aie eu, à travers cette apparition, l’intention de réduire son élan combatif en revenant au stade de l’intelligence  rusée, politiquement plus rentable,  mais ce qui est certain c’est qu’en évoquant Maqamat Al Hariri, il avait adressé, au sujet du patrimoine culturel commun, un subtil clin d’œil qui ne pouvait pas passer inaperçu.
Je regrette de n’avoir pas eu l’occasion de l’interpeller sur cette lapidaire intervention et je suis sûr  qu’il aurait bien accepté de ma part ce qu’il est convenu, dans «le milieu», de prendre, sympathiquement, pour de «la provocation». Il en faut pour perpétuer le débat contradictoire qui constitue un buisson ardent intimement lié à l’espérance au- delà de laquelle, comme aimait répéter feu Kane Saydou en paraphrasant son ami Mohamed Hondo : Nous avons toute la mort pour dormir.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés