Facebook
Bizarreries   
21/08/2010

Les dernières semaines auront été marqué par des faits  sociaux  qui interpellent la conscience (s’il y en a) des Nouakchottois. Il y a d’abord, l’affaire très récente  de ce jeune enseignant  qui a tué -à Sebkha- son père de trois coups de couteaux alors que ce dernier priait, après une journée de jeûne.



Un odieux parricide ! Il y a ensuite,  l’histoire de cette  respectable bonne dame,  mère de 8 enfants (dont nous tairons le nom) qui a été retirée des eaux de l’océan par des gendarmes  après une tentative de suicide.

Sauvée in extremis de la mort ,  elle dira avoir envisagé le suicide parce qu’elle ne « supportait plus la vue » du père de ses enfants .
La drôle de scène de ménage se serait finalement réglée devant la justice par une réconciliation noyée dans les  larmes. On n’a pu savoir à ce stade,  si la réconciliation était sincère  évitant un risque de récidive  ou si les larmes versées n’étaient autres que celles  de crocodiles.
Deuxième cas  social intéressant, celui d’une arnaque orchestrée par un commerçant filou contre l’un de ses collègues.

 Le filou qui travaille comme cambiste avait pris une somme dépassant 3000 000 d’Um avec un commerçant en vue de les échanger avec de l’Euro.

Puis notre filou est revenu raconter des balivernes du genre : « Alors que je marchais, une voiture s’est subitement garée  et des sénégalais en sont sortis et m’ont volé l’argent ».

L’acquéreur des devises n’a pas gobé l’histoire et est allé donc porter plainte devant la police (Arafatt 2). Mal lui en pris.

Le filou soutenu par sa tribu s’en est offusqué arguant qu’il est descendant d’une grande tribu "guerrière" et que la plaignant qui lui est "inférieur" car "marabout" devrait prendre cela en considération.

Après plusieurs jours de tensions marquées par des insultes contre le plaignant et sa tribu, ce dernier dut se résoudre à accepter la moitié de son argent volé et à faire le deuil du  reste.
Troisième fait, plus amusant cette fois,  l’histoire de ce grand commis de l’Etat marié et père de plusieurs bouts de bois de Dieu qui a été pris en flagrant délit d’ "activité sentimentale illégale" dans l’un des appartements meublés de Nouakchott. Et par qui ? Par le mari d’une jeune "gazelle" avec laquelle il s’était enfermé, certainement pas pour s’adonner à la vénération du créateur de l’Univers.
 Le mari floué qui aura révélé sa parfaite maîtrise du Kung-fu  a fait passer deux sales quarts heures aux tourtereaux.
Il y a   aussi  l’histoire de cet ex-secrétaire général de ministère surpris  dans son bureau par son ministre «la main dans le sac» (il faut être poli, ramadan oblige !).  Puis celle d’un  conseiller de ministère surpris  une soirée sur le littoral  par des flics dans une posture assez délicate, où  «la position était ridicule et l’instant bref», comme disait Paul Valery.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés