Facebook
Renouvellement des accords de pêche RIM-UE    
25/07/2006

La commission européenne a annoncé samedi dans un communiqué que l’Union Européenne (UE) et la Mauritanie ont conclu un nouvel accord de pêche pour les six prochaines années. Le nouvel accord, qui prendra effet au 1er août prévoit d’autoriser 200 bateaux européens à pêcher dans les eaux mauritaniennes, grâce à des licences de deux ans concernant diverses espèces.



Ce nouvel accord fixe des plafonds de tonnages de captures autorisées par tranche de deux années, par exemple 9.440 tonnes pour les crustacés (homards exclus, 300 tonnes) ou 18.600 tonnes de mollusques. En échange, l’UE accordera 86 millions d’euros de contributions financières par an, dont 10 millions par an seront dédiés au développement du secteur de la pêche et à la mise en place d’une pêcherie durable dans les eaux du pays.
Les licences payées par les bateaux européens devraient en plus augmenter progressivement, et pourraient atteindre 22 millions d’euros par an. Selon les termes du communiqué, il s’agit du plus important accord de pêche avec un pays tiers, en termes financiers et d’opportunités de pêche pour les bateaux européens.
Comparé à l’accord qui régissait la période 2001-2006, il y a eu une réduction des espèces sensibles, en particulier pour les mollusques (d’environ 30%) et pour d’autres espèces vivant au fond des mers (d’environ 60%) indique le communiqué de la commission précisant que «cette décision avait été prise en raison d’études scientifiques sur l’état des stocks dans les eaux mauritaniennes.» Les européens pourront pêcher entre autres du thon, du merlu, de la crevette.
Le commissaire européen à la pêche Jo Borg a jugé que le nouvel accord est "le plus important avec un pays africain, et constitue une percée majeure".Selon lui "le nouveau partenariat apportera un bénéfice mutuel à l’UE et à la Mauritanie en termes d’emplois, de renforcement du contrôle et de la surveillance, de préservation des ressources en accord avec les estimations scientifiques et la protection de l’environnement".
La première réaction survenue suite à la signature du nouvel accord est venue de l’Espagne qui a exprimé samedi sa satisfaction après la signature d’un nouvel accord en vertu duquel 200 bateaux européens, dont une centaine espagnols, pourront continuer à pêcher dans les eaux mauritaniennes.
"L’Espagne, à travers le secrétariat général de la pêche maritime, a félicité la commission européenne pour la conclusion de cet accord de pêche d’une durée de six ans, le plus important jamais signé, aussi bien en terme financier qu’en terme de possibilités de pêche pour la flotte européenne", souligne un communiqué du Ministère espagnol de l’Agriculture et de la Pêche. Les institutions des vingt-cinq doivent encore donner leur aval à cet accord qui doit entrer en vigueur le 1er août. Toujours est-il que si le présent accord n’a pas encore été suffisamment analysé, il soulève déjà quelques questions.
D’abord avec l’augmentation du nombre de bateaux pêchant dans les eaux mauritaniennes qui étaient de l’ordre de 180 durant le précèdent accord et qui passent avec le nouveau à 200 au moment où les compensations financières qui étaient de 86 millions d’euros par an restent les mêmes.
Sur un autre plan, on signale une baisse de l’effort de pêche sur certaines espèces, mais on ne parle pas des mécanismes permettant à la Mauritanie de le vérifier du moment que l’obligation de débarquement des captures en Mauritanie ne semble pas avoir été prévue au terme du nouvel accord.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés