Facebook
GIMTEL:"Prêt en Septembre prochain!"    
17/07/2006

Première structure Interbancaire regroupant la Banque Centrale de Mauritanie, Mauripost et toutes les banques primaires nationales, le groupement a été créé le 26 mai 2005 par un apport de capital à part égale entre tous ses membres. 
Le groupement vise à mettre en place un système monétique interbancaire national permettant de couvrir l’ensemble des besoins de retrait et de paiement par carte bancaire aux niveaux national et international.



Grâce à l’importante couverture nationale envisagée, les mauritaniens pourront désormais, à l’aide de leur carte bancaire, retirer de l’espèce auprès des distributeurs automatiques et surtout de procéder à des achats dans les magasins, les hôtels, les stations de services, les pharmacies etc. De même, les touristes et hommes d’affaires étrangers utiliseront leur carte bancaire internationale pour le retrait d’espèces, et le paiement de leurs achats et leurs dépenses effectuées en Mauritanie, d’autant plus que depuis fin mai, GIMTEL est devenu membre acquéreur de VISA, ce qui permettra à un secteur tertiaire mauritanien encore larvé, de s’épanouir encore plus, avec cette nouvelle modalité de paiement offerte.
Ces transactions pourront être effectuées, quelque soit la banque du porteur (carte bancaire), de manière sécurisée et auprès de n’importe quel distributeur automatique de billets ou terminal de paiement.
Cette étape importante dans le développement de notre système financier permettra selon Nani Ould Chrougha, directeur général du projet, de "limiter fortement la circulation de la monnaie fiduciaire, de sécuriser et de réduire les coûts des transactions financières, de développer l’intermédiation financière et de tirer profit des possibilités offertes par le commerce international, et en particulier le commerce électronique."
Dans ce sens, depuis sa création, le GIMTEL a achevé la mise en place du volet institutionnel et réglementaire qui régira les futures transactions électroniques. Sur le plan technique, il a fini la connexion de toutes les banques entre elles (tous les sièges sociaux des membres sont reliés par un réseau en fibre optique), travail effectué par Mauritel, ainsi que l’installation du serveur monétique (Solution MultiXpax de la société S2M) qui règlera en temps réel toutes les connexions au réseau de paiement électronique. Le GIMTEL met en place aussi, une carte interbancaire à puce et aux normes internationales EM, se mettant ainsi à la pointe des progrès technologiques dans le domaine, contrairement aux autres pays de la sous-région qui fonctionnent pour le moment avec des cartes à bandes magnétiques, plus facilement falsifiables.
"Considérez que nous comptons réussir en 9 mois fin septembre, ce que la plupart des pays de la sous région et du Maghreb, ont réussi en 2 à 3 ans! Et personne ne croyait en ces délais au départ, voire même en ce projet!" jubile Nani Ould Chrougha derrière son bureau. Et selon lui, l’adhésion de la Banque Internationale d’Investissement, et celle programmée de BNP Paribas prochainement, sont des signes forts de la bonne marche et des perspectives du projet GIMTEL. "Une vaste campagne de sensibilisation va être lancée dès le début du mois d’août auprès des clients, notamment commerçants, pour les informer de ce nouveau mode de paiement, et les accompagner dans la découverte de cet univers de l’argent immatériel" m’explique Alioune Sall, directeur de la branche juridictionnelle du projet. Le siège du groupement situé juste derrière la BCM. Le rez-de-chaussée déjà quasiment prêt est déjà occupé. Les salles fortes qui abritent les serveurs monétiques, et la machine conceptrice des cartes à puces, seront surveillées par une douzaine de caméras voire plus. "Comme vous le voyez, l’aspect sécuritaire n’a pas été laissé au hasard non plus" me dit le directeur technique qui a ses locaux sur le chantier du siège du GIMTEL, en me montrant du doigt l’emplacement futur des sas blindés de sécurité qui protègeront les salles fortes de toutes intrusions.
D’ici fin septembre donc, tous les mauritaniens désireux d’acheter une voiture par exemple, ne seront plus dans l’obligation de trimballer une mallette de plusieurs millions d’ouguiyas, mais juste une petite plaquette de plastique de quelques grammes à peine, où résideront toutes les informations relatives à son identité et à sa situation bancaire.

 


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés