Facebook
Deuxieme album de Diam Min Tekki: Encore, des vérités brûlantes …   
25/01/2010

Chose promise, chose due. Voilà comment on peut qualifier la sortie du deuxième album des rappeurs mauritaniens de Diam Min Tekki le 21 janvier dernier à l’ancienne maison des jeunes de Nouakchott. Cette maison a refusé du monde ce soir. Les vendeurs de billets ont été contraints d’arrêter la vente...



...tellement la salle ne pouvait plus contenir du monde. C’était l’extase pour un trio qui se confirme.
Les rappeurs, Mar, Ousmane et Hane de Diam Min Tekki ont tenu leur promesse le 21 janvier dernier à l’ancienne maison des jeunes. Depuis 21 heures, le public venu de tous les horizons de Nouakchott, pour la plupart des jeunes et des femmes, ont pris d’assaut le lieu indiqué pour la cérémonie de lancement du nouvel album Goonga … (vérité). Pendant ce temps, les autres rappeurs invités pour la circonstance ont tenu en haleine le public par des prestations dignes de ce nom. Des talents cachés en gestation ont montré leur savoir-faire de la musique hip hop.
A 23 heures, une foule en délire, dans une salle très surchauffée jusqu’à l’ébullition accueille le trio en provenance de leur quartier général du 6ème arrondissement. Scène en direct sous la complicité des techniciens, c’était l’apothéose et l’effervescence des grands jours pour la jeunesse assoiffée de rap et fans du groupe Diam min Tekki.
Dès l’entame du concert, le trio d’artistes comme à son habitude, a fait bouger la salle. La première chanson « Ko min Sekk mbe » (nous sommes en colère …) fait ressortir la colère des rappeurs face à la cherté de la vie, au manque d’espace d’épanouissement pour les jeunes, de liberté d’expression et de justice sociale. Encore une fois, la virulence du ton était au rendez-vous, notamment quand les rappeurs parlent des douloureux évènements de 89, 90 et 91. Là, par une chanson émotionnelle, Mar et compagnie loin d’aller dans le sens du pardon et de l’unité, ont réveillé la mémoire des gens. Plus jamais ça, tonnent les rappeurs. Une chanson qui, certes, aurait prôné, malgré ce douloureux rappel, l’unité nationale dont cette nouvelle Mauritanie a tant besoin et appelle ses fils de tous les vœux. C’est là où le bât blesse. Cette Mauritanie qui a traversé une période sombre de l’histoire humaine, a besoin des hommes de culture comme des artistes pour tourner cette page après une reconnaissance de ce hideux tableau par l’Etat.
Certes, Mar et compagnie sont encore à l’état de jeunesse et il faut pour eux, montrer leur engagement dans la dénonciation. Cependant, il faut aussi aller dans le sens de la réconciliation comme on a souvent coutume de dire : « Vérité réconciliation ». C’est pourquoi, certains observateurs présents, n’ont pas manqué de critiquer ce comportement des jeunes au moment où le peuple mauritanien va droit vers le pardon et la réconciliation. « Je suis contre de ce morceau, c’est maladroit et discriminatoire pour ne pas dire raciste » déclare un invité sous couvert de l’anonymat tout en reconnaissant les progrès effectués par les jeunes rappeurs.
Plusieurs autres morceaux du répertoire de 12 titres ont été chantés avec brio et très applaudis par le public qui lançait des « you you ». Demba Dia, l’artiste sénégalais du Rock Mbalax venu à Nouakchott dans le cadre de l’implantation d’une entreprise musicale, était l’invité surprise. Encourageant les jeunes pour leur parcours, il a esquissé un pas de danse avec son « boom boom » sous les applaudissement du public.
Enfin, Mar, Ousmane et Hane ont été rejoints sur le podium par d’autres rappeurs pour chanter en chœur et mettre fin à la cérémonie de lancement du deuxième album qui sera véhiculé, selon le manager Madou Fall dans toutes les capitales régionales de la Mauritanie.
Ibou Badiane


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Commentaires
amadou toure
toure49@live.fr
2010-02-12 15:44:14

amadou toure djeol sarre je suis en france an diam min tekky ko gonga ko pulaar

bilal
bilal_malal@yahoo.fr
2010-01-26 10:53:55

Hello soyons serieux, de quelle réconciliation parlez-vous? voulez-vous que les gens oublient et pardonnent sans raffraichir les mémoires? qui pardonner et pourquoi pardonner ?avec qui se réconcilier? vous savez très bien que le noeud du problème à savoir le racisme d´Etat est toujours de rigueur.Nous refusons les compensations financières, nous revendiquons la justice et c´est après seulement qu

Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés