Facebook
Les raisons d’une présence militaire américaine au nord du Mali    
20/06/2006

Débuté depuis le mois de mai dernier, l’exercice militaire conjoint entre les forces armées maliennes et les forces spéciales américaines tire vers sa fin. Pour clore cette opération, un parachutage combiné des deux forces s’est déroulé avant hier à Kati. Cet exercice a concerné une centaine de para-commandos dont une soixantaine de Maliens.



L’épreuve consistait à effectuer des missions et autres opérations en zones difficiles. Les éléments du 34e bataillon de la Compagnie parachutiste ont investi les collines de Kati, après leur largage. Les instructeurs américains ont apprécié la manoeuvre et surtout le professionnalisme de nos parachutistes.
C’est ainsi que, les forces de Défense maliennes dès 1ère et 5è zones de défense (Gao et Tombouctou) ont accueilli des GI’S pour des opérations communes. Il s’agissait pour les deux forces de "travailler étroitement pour un niveau élevé d’aptitude et de stabilité dans les zones au nord du Niger, de Tombouctou à Gao", indique le département de la Défense. A Gao et Tombouctou, des exercices d’assistance médicale et humanitaire aux populations, en cas de troubles ou de conflit ont constitué le programme des forces maliennes et américaines.
Ces manoeuvres ont-elles des liens avec la situation à Kidal ? Aucun, indique-t-on du côté de l’armée. Il s’agit d’exercices qui entrent dans le cadre de la coopération militaire entre le Mali et les Etats-Unis et il est dans l’intention de ce programme "d’augmenter la sécurité régionale Trans-Sahara au Mali et de maintenir la coopération de défense entre le Mali et les Etats-Unis" indique le ministre de la Défense.
En sommes ces opérations qui se sont déroulées du 15 mai au 13 juin, sont la continuation "d’exercices conçus à travers des exercices passés au cours des années précédentes".
Et l’armée américaine, depuis des années, a un programme de formation à destination de notre pays. Ainsi, le présent exercice vise à former des unités dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et le banditisme, entre autres. Le programme qui s’achève ainsi à Bamako, Gao et Tombouctou, entre dans un cadre global de formation initiée et financée par les Etats-Unis en vue de lutter contre le terrorisme en Afrique. Il s’agit de l’Initiative PAN-Sahel (devenu Trans-Sahara) qui concerne le Mali et plusieurs autres pays de la bande Saharienne menacée par la fièvre terroriste.(Le Républicain)


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés