Facebook
Les prêches de mauvaise augure   
20/06/2006

Il n’y a pas plus hypocrite que la fausse indignation qui se cache derrière l’épouvantail dressé autour des symboles de l’ancien régime, ou ceux hâtivement étiquetés les «Roumouz El Vessad». Certes il y en a parmi eux qui doivent répondre à une toute petite question du genre : ’’Min Eyne Leke Hadha’’ ?



Mais la campagne lancée dans les salons et sur le web contre des personnes assimilées à tort au profil ’’roumouz El vessad’’, n’a pas de sens. Les aigris et les manipulateurs ne peuvent pas se substituer à la justice, en décrétant que tel mauritanien ou tel autre, est un symbole de la mauvaise gestion. Seuls les idiots ou les naïfs peu regardants sur les faits probants se contenteront de noms jetés en pâture à la va-vite, et avec une arrière-pensée évidente. Cette campagne dénote la manie de certains de nos compatriotes d’entretenir les chicanes, de rester focalisés sur les détails, au détriment de l’essentiel. Et l’essentiel, c’est ce que nous propose la constitution du 25 juin institutionnalise l’alternance, met fin au putschisme, place le futur président de la république au dessus de la mêlée, en l’empêchant d’être un chef d’une faction (parti politique). Alors, retour à l’ancien régime? Tant pis ! Que le futur président soit un symbole de l’ancien régime, un cavalier du changement, un nationaliste sectaire, un abolitionniste hargneux, un anarchiste ou un ex-agent de la ’’securitate’’ nationale il ne pourra plus rester indéfiniment au pouvoir, et ne pourra plus, à travers un parti politique, domestiquer le peuple et l’Administration. Depuis 1960, notre problème ce sont ces présidents qui ne quittent le palais qu’à la faveur d’un communiqué militaire annonçant leur départ. Depuis 1960, la majorité des mauritaniens a été lobotomisée et s’est sentie obligée d’adhérer au Parti du Peuple Mauritanien, aux Structures d’Education des Masses ou au PRDS, pour se faire remarquer par le Chef.
Le 3 août, et le programme qu’il propose, a constitué une rupture avec cet état de fait. Et -qu’on se le dise-, si des dispositions constitutionnelles sont venues empêcher la présidence à vie et la moutonisation des mauritaniens, c’est grâce justement aux symboles de l’ancien régime. Les membres du CMJD et ceux du gouvernement transitoire symbolisent-ils autre chose que l’ancien régime? En tous cas, l’ex-opposition légale, l’ex-opposition radicale étaient le 3 août 2005 laminées, et cherchaient les larmes aux yeux, le dialogue avec l’ancien régime.
A bout de souffle, saignés par les défections, le nomadisme, le noyautage et la répression, nos ex-opposants qui réclament la chasse aux sorcières ont été –et qu’ils se le tiennent pour dit- d’un apport négligeable dans le changement du 3 août. Qu’ils cessent alors de demander un autodafé, dont les flammes pourraient les dévorer. Et qu’ils remercient les symboles de l’ancien régime, tombeurs de l’ancien régime, de leur avoir donné un second souffle dont ils auront besoin en novembre 2006, et en mars 2007. En attendant, refusons toutes les diversions et votons Oui, le 25 juin. L’urgence c’est la nouvelle loi fondamentale.Parceque c’est elle la rupture, le vrai nouveau départ. Soyons ambitieux pour notre pays.
IOM


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés