Facebook
Pouvoir/Islamistes : Retour à la case départ   
27/04/2005

Dans   cette  nouvelle chasse à l’islamiste  engagée depuis le 25 avril, un groupe de treize figures de l’islamisme mauritanien sont entre les mains de la Police. En plus d’un premier groupe de présumés djihadistes interpellés la mi-mars et des douze personnes arrêtées le 25 avril ,



un  treizième, Habib Ould Hemdeit , conseiller du ministre de la Culture a été interpellé  la journée du 26 avril. Tout au long des journées du 26 et 27 avril, aucune interpellation n’a eu lieu, semble-t-il. On parle néanmoins  dans les milieux islamistes de quelques dizaines de  recherchés.

D’ailleurs, certains  dirigeants islamistes recherchés  sont toujours en  clandestinité d’où ils sortent sur les chaînes satellitaires et d’où ils diffusent des déclarations. Il s’agit de Jemil Ould Mansour, de Mohamed Ghoulam Ould El Haj Cheikh (secrétaire général du «Ribat», une association anti-normalisation avec Israél) et de  Khattri Ould Hamed.

Ces deux derniers ont d’ailleurs, une expérience de la clandestinité : Ils  avaient, tous les deux, pu échapper  à la rafle de mai 2003.

Dans les rapports Pouvoir/Islamistes, les  récentes interpellations nous ramènent  à la case départ. Les autorités qui n’avaient  pu, au mois d’octobre 2004, établir un lien entre les dirigeants islamistes et des jeunes islamistes  complices  des putschistes en fuite, estiment  cette fois, tenir  la preuve du radicalisme du mouvement islamiste sur la base des aveux et de la dénonciation de salafistes djihadistes inscrits à l’école du GSPC algérien.


Guerre de communiqués

Le 25 avril,  la Police a rendu public un déclaration signée de son porte- parole, le Commissaire Yahfdou Ould Amar, directeur de l’Inspection et de l’Ethique dans laquelle il est dit  que «les services de sécurité ont reçu  il y a trois semaines spontanément, les  aveux de quelques éléments affiliés à une organisation terroriste, qui leur ont revelé l’existence d’une structure dangereuse pour le pays. Et  de poursuivre que «l’enquête menée par la Police a  d’ores et déjà  établi que ce groupe a envoyé une vingtaine d’éléments en formation militaire auprès du GSPC, dont un premier contingent  de 7 éléments est  revenu au pays». Eléments qui ont donc été arrêtés et placés sous enquête. A la fin de la déclaration, nous apprenons que «le démantèlement de cette structure rentre dans une phase nouvelle, avec l’arrestation, sur dénonciation des principaux chefs de cette organisation».
Ainsi,  et si l’on comprend bien, les dirigeants islamistes ont été arrêtés sur la base d’une dénonciation «spontanée» d’éléments qui étaient en formation au sein du Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat  (GSPC). 
Fondé en 1998 par Hassan Hattab, le GSPC est une organisation créée pour prendre le relais  du  Groupe Islamique Armé (GIA algérien). Son émir national  Nabil Sahraoui a été abattu par les services de sécurité algériens en juin 2004, et la loi sur la concorde nationale en Algerie a débauché l’essentiel de ses troupes. Le numéro deux du GSPC Abderrazak le Para avait été capturé par des rebelles tchadiens en mars 2004  et livré aux autorités algériennes. Malgré sa présentation  comme une organisation terroriste par le département d’Etat américain et comme mouvement affilié à Al Qaida,  auteur de multiples attentats sanglants en Algérie et du kidnapping  entre février et août 2003 de touristes  européens, de nouvelles révélations troublantes concernant le GSPC  ont été  publiées récemment  par « Le Monde Diplomatique » dans son édition de février 2005, sous le titre : Enquête sur l’étrange «Ben Laden du Sahara».

Très troublant en effet, car Abderrazak le Para est présenté dans cette enquête, plus comme un outil de la raison d’Etat, que du Terrorisme.  En outre, un deuxième groupe supposé être affilié au GSPC  fait du Nord du Mali sa base de repli. Ce deuxième groupe dirigé par Moctar Bel Moctar alias Bélaouar (le borgne) est considéré comme étant plus contrebandier que dogmatique.

 

Réaction des Islamistes
 «A chaque fois que la pays surpasse une épreuve,  il est tiré vers une dérive»
Dans une déclaration diffusée  le 27 avril, les islamistes ont réagi au communiqué de la Police soulignant que «malgré l’espoir suscité dans un contexte global, pour le  rapprochement et la  compréhension, en dépit des  divergences de vues  et après que les acteurs politiques aient appelé au dialogue comme seule issue aux tensions sécuritaires, politiques et économiques, la Police a procédé à l’arrestation d’oulémas et des personnalités prétextant l’existence d’une organisation terroriste, un procédé qui rappelle les mises en scènes de la brigade de Moussa’b Ibn Oumeir*, l’anti-malékisme, le soutien aux putschs et la diffusion de photos portant atteinte aux valeurs».
Décrivant un contexte national marqué par les tensions de tout ordre, dénonçant le décalage du week-end , la visite du ministre israélien des Affaires Etrangères , la  hausse des prix,  les détournements des deniers publics , rappelant  la grève des employés de la SNIM, le cas de détenus de Ouadnaga, les islamistes affirment qu’en prenant pour cible le mouvement islamiste réputé pour «son centrisme et sa  retenue», les autorités et les lobbys dévoilent  leur véritable nature. Selon les islamistes, «ces lobbys  ne veulent pas que les mauritaniens aient un quelconque répit», car soulignent-ils, à chaque fois que la pays surpasse une épreuve,  il est tiré vers une dérive et ce dans le but de  «perdurer un système d’exception duquel certains lobbys tirent profit, pour dilapider les ressources et préserver des intérêts personnels».

Les islamistes se déclarent en outre, attachés à la voie qu’ils se sont tracés, affirmant que  la répression ne les entraînera pas à l’encontre de leur volonté de suivre une voie centriste modérée et pacifique, loin de toute formes de violence et de troubles .

A la fin de leur déclaration, les islamistes   appelleront toutes les forces politiques à défendre les libertés, à s’ériger contre l’arbitraire, et à dénoncer la future visite du ministre israélien des Affaires Etrangères.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés