Facebook
Interpellations dans le milieu islamiste: De nouveau, dans le collimateur    
25/04/2005

Plusieurs interpellations ont eu lieu,  la journée du lundi 25 avril 2005, dans le milieu islamiste mauritanien. Ces interpellations qui se poursuivent  ont concernées  aussi bien des dirigeants connus de la mouvance islamiste...



...tels que Mohamed El Hacen Ould Dedew et Moctar Ould Mohamed Moussa ,  que d’autres personnalités dont  l’Imam de Toujounine Mohamed Lemine Ould Moustapha, Sidi Mohamed Ould Seyidi, un homme d’affaires propriétaire de l’immeuble Atlas , Me Mohamed Ahmed Ould Haj Sidi un avocat et deux figures du Salafisme mauritanien, Abdellahi Ould Eminou, Imam de la Mosquée de Tensoueilim et Mohamed Sidiya Ould Jdoud dit «Newewi».Ce dernier -on le rappelle- avait été arrêté en septembre 1994 dans le cadre de la première vague d’arrestations  ayant concernée les islamistes mauritaniens.
D’autres noms sont également avancés. Il s’agit de Bounenna Ould Bebbaha (professeur) et de Cheikh Ahmed Ould Mohameden Vall, cadre à la Cour des Comptes. Ainsi que Hassen Ould Habiboullah Imam de la Mosquée de Tewvigh au Carrefour, et Cheikhani Ould Beibe responsable de l’association «El Hikme». Ce qui porte à Onze, le nombre des interpellés parmi  lesquels ne figure pas pour le moment, un dirigeant islamiste, habitué des interpellations, Jemil Ould Mansour, entré en clandestinité.
Ce groupe a rejoint à l’école de Police de Nouakchott, un premier  groupe de présumés salafistes arrêtés depuis la mi-mars 2005.   Ce premier groupe comprenant  El Khadim Ould Semane, Hamada Ould Mohamed Khairou, Sidi Mohamed Ould Mohamed Vall, Abderrahmane Ould Ghowth, Sidi Ould Habott et Ahmed Ould Hine est accusé par les autorités d’avoir eu une expérience militaire, au sein d’un groupe islamiste algérien : Le  Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC), auteur de plusieurs attentats meurtriers en Algérie et du rapt en 2003, de dizaines de  touristes occidentaux. 
Sur les causes   des dernières arrestations, aucune raison officielle n’a été fournie. Les observateurs avancent néanmoins, plusieurs raisons. Et se demandent si ces interpellations  seraient  liées au déploiement impressionnant  d’un dispositif de  sécurité lors du retour du président de la République de Paris en  fin de semaine dernière laissant supposer une menace, ou  si elles seraient   plutôt liées à l’évolution de l’enquête avec les présumés salafistes arrêtés la mi- mars.  On évoque en outre,  la véhémence de la réaction des islamistes vis-à-vis  de  la récente décision du Gouvernement concernant le décalage du week-end.  D’autres observateurs établissent  par contre, un lien entre ces dernières interpellations  et   la visite prévue  en Mauritanie de Sylvain Shalom le  ministre israélien des affaires étrangères. Cette  hypothèse  est retenue  par les milieux  islamistes sur la base d’une déclaration diffusée en début de soirée du même lundi, et attribuée à Jemil Ould Mansour.
Par ailleurs une autre cause  plutôt anodine est avancée. Des sites d’informations proches de la mouvance  s’étaient  prises tout récemment  à la Police dans sa gestion des procédures d’octroi des passeports, revelant que des sommes astronomiques sont exigées pour leurs délivrances.
Mais que les raisons de ces interpellations soient liées à l’une de ses raisons ou d’autre, elles marquent un nouvel nouveau tournant  dans la confrontation ouverte depuis mai 2003, entre le pouvoir et les islamistes. Accusés de tentative de renversement du régime constitutionnel, de complicité avec les mutins du 8 juin 2003, d’accointance avec les «Cavaliers du Changement» en raison de la présence au sein de  ces derniers, de certains de leur éléments, ré arrêtés plus tard dans le cadre de l’affaire des photos montrant des scènes  de maltraitance, les islamistes dans leur diversité (Frères musulmans et Salafistes ) sont de nouveau, dans le collimateur du Pouvoir.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés