Facebook
Barak Obama prix Nobel de la Paix   
09/10/2009

Le Nobel de la paix a été attribué à Barack Obama. Moins d’un an après son élection, le chef de la Maison Blanche a été récompensé vendredi pour «ses efforts extraordinaires en vue de renforcer la diplomatie internationale et la coopération entre les peuples». Depuis son entrée en fonction, le président américain a notamment appelé...



...à un monde sans armes nucléaires et s’est attelé à la relance du processus de paix au Proche-Orient, défendant une approche des relations internationales fondée sur le dialogue et le multilatéralisme. Si son nom était cité parmi les lauréats potentiels, nombre d’experts considéraient qu’il était trop tôt pour le récompenser. Elu en novembre dernier, Barack Obama, âgé de 48 ans, a prêté serment en janvier, moins de deux semaines avant la date-limite pour le dépôt des candidatures au Nobel. Le choix du Comité Nobel a l’apparence d’une claque pour George W. Bush. Le prédécesseur d’Obama avait en effet été vivement critiqué par le comité pour avoir décidé d’interventions militaires largement unilatérales après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. Plutôt que de couronner des réussites concrètes, le prix Nobel de la paix 2009 semble destiné à soutenir des initiatives qui doivent encore porter leurs fruits: réduire les stocks d’armes nucléaires à travers le monde, apaiser les conflits entre les Etats-Unis et les pays musulmans et renforcer le rôle des Américains dans la lutte contre le changement climatique. Le Comité Nobel, qui avait reçu 205 candidatures cette année, un record, a notamment « attaché beaucoup d’importance à la vision et aux efforts d’Obama pour un monde sans armes nucléaires’’. «Il n’est arrivé que très rarement qu’une personnalité de la stature d’Obama retienne l’attention du monde et donne à son peuple l’espoir d’un avenir meilleur’’, a déclaré Thorbjoern Jagland, président du Comité Nobel à Oslo. «Sa diplomatie est fondée sur le concept que ceux qui mènent le monde doivent le faire sur la base de valeurs et d’attitudes partagées par la majorité de la population mondiale’’, a observé le Comité Nobel à Oslo, en annonçant le prix doté de 10 millions de couronnes suédoises (près d’un million d’euros). « Obama a, en tant que président, créé un nouveau climat en politique internationale. La diplomatie multilatérale a repris une position centrale », et l’accent a été mis sur «le rôle que les Nations unies et d’autres institutions internationales peuvent jouer», a-t-il ajouté, évoquant la préférence accordée au «dialogue et aux négociations » pour résoudre « les conflits internationaux même les plus difficiles » ainsi que « la vision d’un monde » sans armes nucléaires qui a « stimulé » les discussions sur le contrôle des armements. « Grâce à l’initiative d’Obama, les Etats-Unis jouent désormais un rôle plus constructif pour répondre aux grands défis climatiques auxquels le monde est confrontés», a encore jugé le Comité Nobel. Le président Obama s’est réveillé vendredi matin en apprenant la nouvelle. Son porte-parole Robert Gibbs, informé par des journalistes que le chef de l’exécutif américain était le lauréat 2009, a téléphoné à la présidence tôt vendredi pour lui en faire part. La Maison Blanche n’a pas fait de commentaire dans l’immédiat, l’annonce ayant pris l’administration par surprise. «L’important, c’est que ce prix soit attribué à une personne qui a le pouvoir de contribuer à la paix », a commenté le Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg. Adressant ses «plus chaleureuses félicitations’’ au président américain, Nicolas Sarkozy a de son côté estimé dans une lettre que le comité récompensait ainsi l’ «engagement déterminé » de Barack Obama «pour les droits de l’Homme, pour la justice et pour la propagation de la paix à travers le monde » et consacrait, «enfin, le retour de l’Amérique dans le coeur de tous les peuples du monde’’. Barack Obama est le troisième président américain en exercice à recevoir la prestigieuse distinction après Theodore Roosevelt en 1906 et Woodrow Wilson en 1919. Dans les rangs même du Parti démocrate auquel il appartient, deux dirigeants ont également été distingués en ce début du XXIe siècle: l’ancien président Jimmy Carter en 2002 et l’ex-vice-président Al Gore qui a partagé la récompense en 2007 avec le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Avant Barack Obama, premier Afro-Américain élu à la Maison Blanche, d’autres dirigeants internationaux se sont vu décerner le Nobel de la paix pour leur action, dont les Israéliens Yitzhak Rabin et Shimon Pérès ainsi que le Palestinien Yasser Arafat en 1994, les Sud-Africains Nelson Mandela et F.W. de Klerk en 1993, l’ancien président de l’Union soviétique Mikhaïl Gorbatchev en 1990, l’Egyptien Anouar el-Sadate et l’Israélien Menachem Begin en 1978. AP


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés