Facebook
Droles de stages de tirs   
21/08/2009

Sharon Gat, patron de l’entreprise "Calibre 3", aide à se maintenir une petite fille qui lui arrive à hauteur de ceinturon. Ils tiennent un fusil presque aussi grand qu’elle. Ils ajustent le tir et ouvrent le feu sur une silhouette de soldat en carton. La fillette fait partie d’un groupe...



..d’Israéliens, d’Européens et d’Américains venus suivre un stage de tir "antiterroriste" en Cisjordanie occupée. "Il est à mon avis important que chaque Juif sache utiliser une arme et se protéger", dit Gat, un réserviste israélien. "Et je ne donnerai ni dans le mensonge, ni dans l’hypocrisie - cela me rapporte aussi pas mal d’argent." La société de Gat organise en priorité des stages d’entraînement à la lutte antiterroriste et à l’autodéfense pour des firmes de sécurité privées et l’armée israélienne. Le cours de deux heures destiné aux touristes axés sur la sécurité est un ajout récent à son catalogue de ses prestations. Il ne fait pas l’unanimité parmi les Israéliens. Au champ de tir de Calibre 3, situé dans la colonie juive de Gush Etzion, près de la ville palestinienne de Bethléem, des volontaires venus d’Israël, du Canada, des Etats-Unis et de Belgique forment un groupe de 15 clients âgés de 10 à 50 ans. Ils s’exercent avec toutes sortes d’armes, du simple pistolet au fusil de combat M-16. James, un natif de l’Ohio qui refuse de voir publier son nom de famille, s’est inscrit au stage en rendant visite à des amis en Israël après un voyage d’affaires en Cisjordanie. "Le moment le plus choquant, c’est quand ils nous ont fait crier ’terroriste’ avant de nous mettre en position de tir", dit-il. James apprécie le cours et le juge sans risque, mais moralement discutable: "Cela peut inculquer aux enfants des convictions racistes. J’ai trouvé triste d’entendre des gamins exprimer un tel racisme. Cela réduit les chances de parvenir à un règlement pacifique de la crise" (du Proche-Orient).
DE PLUS EN PLUS DE CLIENTS
 Dans le groupe qui précédait le sien, James a dit avoir entendu des enfants se vanter auprès de leurs parents d’être capables de "descendre des Arabes". Sharon Gat a inauguré le stage il y a un an et demi, ce qui a fait augmenter de 15% les revenus de Calibre 3. Un millier de visiteurs sont venus le suivre l’an dernier et il s’attend à ce que leur nombre augmente en 2009. D’après ses instructeurs, la plupart des clients viennent en août et septembre, pendant les vacances scolaires. Ce cours, dit Gat, est une version simplifiée du premier mois d’entraînement destiné aux unités antiterroristes de l’armée. Le maître des lieux insiste sur l’essentiel avec sa classe: "Avec un terroriste, je ne veux pas jouer. Je veux le tuer." Rivka, Israélienne de 20 ans, vit à Toronto. Sa famille est venue célébrer la mémoire d’un parent tué dans l’un des avions précipités sur le World Trade Center de New York en 2001.

 "C’était un militaire et ses enfants sont ici aujourd’hui. C’est une chose qu’ils font pour leur père, en souvenir de lui.""Pour Rivka, cela s’inscrit dans la réalité israélienne: "Ils grandissent dans ce pays. Ils grandissent avec des militaires tout autour d’eux. Ils entreront dans l’armée un jour, alors pourquoi ne pas acquérir une expérience positive?"

Sharon Gat assure que son thème antiterroriste a surtout un rôle d’animation: "Le tir antiterroriste est ce qu’il y a de plus actif et de plus offensif. Si je leur enseignais le tir de précision, ils s’ennuieraient." "Lors d’un attentat terroriste, ce qui manque, c’est le temps.

A chaque fois, c’est effrayant. On craint pour sa vie." Mais le stage ne tourne pas qu’autour des armes, il a aussi pour fonction d’enseigner les "valeurs sionistes", dit Gat. "Dans l’ensemble, les Juifs de l’étranger ne nous ressemblent pas. Ils apprennent à devenir médecins et avocats. Ils donnent l’impression de vouloir gagner de l’argent, mais pas d’être des caractères forts. J’ai pensé qu’il était bien de se tenir près de ceux qui ont livré toutes les guerres et combattu pour Israël. Cela rend fier d’être juif."
Reuters


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés