Facebook
A Sydney : Un documentaire australien sur l’esclavage à Tindouf   
16/06/2009

Un documentaire australien dénonçant la pratique d’esclavage dans les camps de Tindouf a été projeté lors du Festival du Film de Sydney (03-14 juin), en dépit de fortes pressions des séparatistes (Polisario, ndlr). "Depuis plus d’un an, le Front Polisario a essayé par tous les moyens d’empêcher la projection du documentaire", a affirmé l’australo-bolivienne, Violeta Ayala, coréalisatrice avec l’Australien Dan Fallshaw, de ce film documentaire, intitulé "Stolen" (Volés).



"Nous n’avions pas l’intention de tourner un documentaire politique, mais nous nous sommes rendus compte que ces gens vivaient dans une prison politique", a précisé Ayala, citée par l’Agence de presse espagnole EFE. Lorsque le Font Polisario s’est rendu compte de la tournure des événements, il a commencé à exercer des pressions sur Ayala et Fallshaw, qui après six jours de rétention à Tindouf, ont réussi à prendre la fuite vers Paris, à l’aide de l’ONU et de l’ambassade australienne, selon EFE. Ces pressions ont été exercées également sur les deux réalisateurs en Australie. Les séparatistes ont adressé des lettres aux producteurs du film, accusant les auteurs de mensonges, de manipulation et de pressions sur les interviewés. Le Front Polisario avait invité les deux réalisateurs à visiter en 2007 les camps de Tindouf pour le tournage d’un documentaire sur le programme d’échange de visite familiale, organisé sous l’égide de l’ONU, rappelle la même source. Le documentaire expose plusieurs cas d’esclavage à Tindouf, notamment celui d’Embarka, qui raconte avoir été esclave du père de Deido Ambark Omar, avec qui elle a eu plusieurs enfants. "Quand on procède à l’enlèvement d’un enfant blanc, il s’agit d’un crime qui se transforme en coutume sociale quand il s’agit d’un noir", a souligné Ayala en se référant à l’explication donnée par une représentante de l’ONU dans le documentaire sur cette situation. En 2008, Ayala et Fallshaw avaient évoqué le problème devant Human Rights Watch (HRW), qui a procédé à l’ouverture d’une enquête sur cette question, dont les conclusions relèvent que certains sahraouis de race noire sont la "propriété" de personnes ou de familles de race blanche. Emirik Olud Salem, une autre victime d’esclavage, montre devant la caméra son certificat de libération datant du 29 septembre 2005, et dans lequel peut-on lire "Emirik Olud Salem est libre à partir d’aujourd’hui". "Si tu parles d’esclavage, ils te jettent en prison. Tu disparais simplement", s’indigne-t-il. "ça n’a rien à voir avec le conflit politique, c’est de l’esclavage. Je refuse d’être la propriété de quiconque", souligne Matala, un ami d’Emirik, formulant le v£u de voir "le monde connaître notre histoire et nous aider".

(Map) 


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés