Facebook
Détenus salafistes : Les Familles dénoncent les conditions de détention   
22/05/2006

Le collectif des familles de 18 détenus islamistes a dénoncé mercredi dernier au cours d’une conférence de presse organisé au FONADH, à Nouakchott, le durcissement des conditions de détention de leurs proches à la prison centrale de Nouakchott, suite à l’évasion de trois prisonniers le 27 avril dernier.
Après cette évasion, les visites avaient été suspendues pendant 15 jours durant lesquels les 18 islamistes restés en prison "ont été affamés et empêchés de tout contact avec l’extérieur", a déclaré Laanad mint Zerrough, la Porte-parole du collectif.



Lorsque le droit de visite a été rétabli, «il l’a été à travers des grilles qui ne permettent au visiteur de voir qu’une simple silhouette du détenu, ce qui a mené à des scènes dramatiques pour les femmes et les enfants privés du contact direct avec les leurs", a-t-elle précisé. Selon Laanad, les prisonniers ont suspendu de leur propre initiative ces visites, et ont commencé une "grève illimitée" pour réclamer l’amélioration de leurs conditions de détention, et l’accélération des procédures judiciaires les concernant. Leur dossier de mise en liberté provisoire est "séquestré depuis 8 mois par le parquet", a-t-elle poursuivi. Outre le durcissement des conditions carcérales, l’évasion des trois islamistes le 27 avril avait entraîné la révocation du régisseur de la prison, ainsi que des poursuites judiciaires contre plusieurs responsables de la sécurité du centre pénitencier. Vingt et un islamistes avaient été emprisonnés en avril 2005, et ont été accusés d’entretenir des liens avec le GSPC (Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat), groupe algérien affilié à Al-Qaïda. En octobre 2005, soit deux mois après le renversement du président Ould Taya par une junte militaire, le nouveau pouvoir avait confirmé les accusations contre les islamistes et décidé de les maintenir en détention. Depuis quelques jours, on indique que la date du 10 juin a été retenue pour le jugement des salafistes.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés