Facebook
Joseph Le Baron ambassadeur des USA en Mauritanie : «La Mauritanie est sur la voie de devenir un modèle de démocratie»   
16/05/2006

C’est la première prise de position américaine clairement favorable au Conseil Militaire pour la Justice et la Démocratie (CMJD) arrivé au pouvoir le 3 août 2005 après avoir renversé l’ancien président Maaouya Ould Taya. Joseph Lebaron ambassadeur des USA en Mauritanie a déclaré tout récemment dans une interview à Radio Mauritanie à l’issue d’une tournée menée à l’intérieur du pays, que la Mauritanie va réaliser le pari de devenir un modèle de démocratie dans la zone, dans le monde arabe et au Maghreb et que les Etats-Unis lui apporteront toute l’aide et le soutien nécessaires à travers le système des Nations Unies et l’ONG américaine NDI (Institut International pour la Démocratie).



Rien à voir donc avec les premières déclarations ayant suivi le coup d’état du 3 août quand le Department of State avait exigé le retour immédiat de Ould Taya, avant de se ranger par la suite, derrière la position de l’Union Africaine (UA). Entre-temps, les choses ont évolué. Lisez l’entretien réalisé par nos confrères de Radio Mauritanie.


M. l’Ambassadeur, quel regard portez-vous, Excellence, sur la période de transition en cours?
La période actuelle est, sans nul doute, une période importante de l’histoire de la Mauritanie. Importante parce qu’elle est marquée par l’organisation prochaine d’élections transparentes et honnêtes, et par le déblocage de la situation politique en Mauritanie. Pour cette raison, je suis heureux d’être en Mauritanie en cet instant décisif. Mon objectif est d’encourager la tenue de ces élections mais aussi de développer les excellentes relations qui unissent les deux pays.
Vous avez pu constater lors d’une récente tournée qui vous a conduit dans certaines régions du pays le volume du travail réalisé au cours de la période de transition particulièrement les préparatifs liés à l’organisation des élections et les conditions dans lesquelles s’est déroulé le recensement administratif à vocation électorale. Quelle appréciation faites vous de ce travail ?
J’ai visité il y a un mois le Nord mauritanien. Au cours de ce déplacement, je me suis entretenu avec les représentants des partis politiques et de la CENI qui m’ont confirmé que le RAVEL s’est passé dans d’excellentes conditions, dans la mesure où l’occasion a été donnée à tous les électeurs de se faire enregistrer pour les opérations de vote. C’est un pas important qui a été franchi dans la mise en œuvre du processus politique, lequel prévoit l’organisation d’un référendum constitutionnel le mois prochain.


Quelle est la nature du soutien que les Etats-Unis apportent au processus de transition en cours ?
C’est une question importante. Les Etats-Unis d’Amérique apportent leur soutien au processus de transition démocratique en cours à travers les agences du système des Nations Unies et les initiatives d’une ONG américaine le NDI (Institut International pour la Démocratie). Notre appui va également aux partis politiques mauritaniens. Le NDI leur apporte l’encadrement nécessaire en matière d’expérience démocratique et de mise en place d’institutions constitutionnelles véritables. J’ajoute à ce sujet que la Mauritanie a aujourd’hui la possibilité d’être considérée comme un modèle de démocratie dans la zone, dans le monde arabe, en Afrique et dans le Maghreb. Et je puis vous dire en toute sincérité que la Mauritanie, je le sens, est sur la voie de réussir ce pari.

Les relations entre la Mauritanie et les Etats-Unis d’Amérique ne datent pas d’hier. La coopération et les échanges fructueux entre les deux pays remontent à plusieurs années. Force cependant est de constater que ces relations se sont développées davantage depuis que vous avez pris vos fonctions à Nouakchott. Aussi, j’aimerais évoquer avec vous la coopération mauritano américaine au sens large du terme. Comment se présente cette coopération à l’heure actuelle et quelles sont ses perspectives?


Les relations entre le peuple américain et le peuple mauritanien sont excellentes. Déjà dans les années soixante, elles étaient au beau fixe. A mon arrivée ici, j’ai été agréablement surpris par l’estime dont jouissait en Mauritanie, l’ancien président américain John Kennedy. Sous son mandat, il est vrai, l’aide humanitaire américaine à la Mauritanie était importante. Je rappelle, pour l’histoire, que les relations entre les deux pays étaient bonnes du temps de la seconde guerre mondiale. Voyez vous-même, il existe à Atar un quartier qui porte le nom de l’Amérique, le quartier d’Aghnemritt. Tout près de nous, à Nouakchott, l’une des avenues principales de la capitale porte le nom du Président Kennedy.
Avec la mise en place d’institutions démocratiques, les relations américano-mauritaniennes, déjà très bonnes, se développeront davantage. Actuellement, les efforts des Etats-Unis, du CMJD, du Président, du Gouvernement de Transition, de la CENI, de la Communauté Internationale et du peuple mauritanien tout entier convergent vers un même objectif : le retour à la légalité constitutionnelle à travers l’organisation d’élections honnêtes, libres et transparentes, le renforcement des institutions démocratiques et la garantie de la liberté d’expression. Il existe aujourd’hui en Mauritanie un consensus autour de tous ces points.


La coopération Etats-Unis d’Amérique/Mauritanie couvre aussi certains domaines de développement?
Comme par le passé et ceci est valable pour l’avenir, l’aide humanitaire américaine à la Mauritanie va se poursuivre. J’ai effectué récemment une tournée à l’intérieur du pays pour m’imprégner des réalités de la Mauritanie profonde, des problèmes et difficultés auxquels sont confrontées les populations. Je suis allé dans des zones reculées et enclavées et je puis vous dire que j’en suis revenu tout à fait conscient de la nécessité de poursuivre l’aide humanitaire accordée à la Mauritanie, singulièrement aux nomades qui vivent dans des conditions difficiles.

Passons à autre chose maintenant, à un sujet qui intéresse la Communauté Internationale : la paix et la sécurité dans le monde. Quels moyens, à votre avis, quels mécanismes doit-on mettre en place, pour que règnent la paix et la sécurité dans le monde?
Cela est possible à travers le dialogue et la concertation. Mon opinion sur ce point est identique à celle des mauritaniens, un peuple dont le mode de vie et les relations sont basées sur la tolérance. Celle-ci est le fondement même de la culture des mauritaniens. La tolérance, telle que la vivent les mauritaniens, peut être, avec les échanges de visite et la concertation un élément essentiel dans la dynamisation du dialogue des civilisations.
Propos recueillis par Radio Mauritanie

Bosseur, n’en déplaise au bloggeur
Décidément en Mauritanie, on n’aime pas les bosseurs ! Si chacun a le droit de critiquer ce qui ne va pas, il faudrait également qu’on commence à cultiver le goût du travail bien entamé ou tout au moins la volonté de faire mieux que les autres.
Dans un pamphlet qui en réalité n’en est pas un, publié dans le blog de X ould Y, on s’attaque à la méthode de travail du Directeur de la TVM et remet en cause son intégrité et celle de quelques membres de son équipe.
Un texte contre-courant, délétère, truffé d’inexactitudes et de faits non avérés qui cachent mal une volonté de calomnier, d’une imagination retorse et aigrie. Une démarche perfide de l’anonymat, lâche qui n’assume qu’un tissu de mensonges.
On peut ne pas aimer la personne du Directeur, mais lui reconnaître son combat pour la modernisation de la TVM. Tout le monde s’accorde à reconnaître en lui, l’instigateur d’une nouvelle gestion, qui rompt avec les pratiques anciennes. Avec lui, seule la compétence a de la valeur. Le respecte des règles administratives et des responsabilités priment sur toutes les considérations de personne. Les chiffres et les faits parlent d’eux mêmes : recrutement et hausse de salaire de plus de 200% de tous les agents pigistes qui vivaient mal leur maigre salaire. Le personnel technique est aujourd’hui constituait exclusivement de titulaires dont certains sont aujourd’hui en formation continue et d’autres en stages de perfectionnement. On décrivait dans les colonnes de notre précédente parution la fainéantise et la flemmardise de nos compatriotes mauritaniens. Aujourd’hui à la Télévision, le travail professionnel prive sur tout le reste : montée à 8 h 30 et descente à 17h. Ce qui a eu pour vertu de déboucher sur un rendement efficient et une conscience professionnelle reconnue. Si c’est cela que notre bonhomme appelle soumission, ne faudrait-il pas y voir plutôt une difficulté à composer avec la discipline administrative.
Le "blogeur" ou blageur, peut être les deux à la fois, évoque dans son texte, quelques noms de responsables de la TVM qu’il qualifie de personnalités influentes, tout en ignorant que l’entreprise ne verse plus dans le culte de la personnalité. Il n’existe guère de chasse gardée, les débats sont ouverts, les émissions se multiplient et il faut apprendre à donner du temps au temps. De tout façon on ne peut pas tricher avec les médias, de surcroît la télévision. Le public est unique juge.
Le Directeur et son staff s’en tiennent à une grille de programme dicté par des impératives de cohésion sociale, motivé par l’intérêt de servir la collectivité nationale.
En tout état de cause, X ould Y semble parler d’une autre télévision qu’il a connue dans ses cauchemars et qu’il projette sur la TVM. La meilleure preuve du chemin parcouru par la TVM et la mutation de ses structures est à chercher dans la bouche de son personnel et de son public de la Mauritanie profonde. La réconciliation entre la TVM, son personnel et son public est réelle. l
IOM


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés