Facebook
Bosseur, n’en déplaise au bloggeur   
16/05/2006

Décidément en Mauritanie, on n’aime pas les bosseurs ! Si chacun a le droit de critiquer ce qui ne va pas, il faudrait également qu’on commence à cultiver le goût du travail bien entamé ou tout au moins la volonté de faire mieux que les autres.
Dans un pamphlet qui en réalité n’en est pas un, publié dans le blog de X ould Y, on s’attaque à la méthode de travail du Directeur de la TVM et remet en cause son intégrité et celle de quelques membres de son équipe.



Un texte contre-courant, délétère, truffé d’inexactitudes et de faits non avérés qui cachent mal une volonté de calomnier, d’une imagination retorse et aigrie. Une démarche perfide de l’anonymat, lâche qui n’assume qu’un tissu de mensonges.
On peut ne pas aimer la personne du Directeur, mais lui reconnaître son combat pour la modernisation de la TVM. Tout le monde s’accorde à reconnaître en lui, l’instigateur d’une nouvelle gestion, qui rompt avec les pratiques anciennes. Avec lui, seule la compétence a de la valeur. Le respecte des règles administratives et des responsabilités priment sur toutes les considérations de personne. Les chiffres et les faits parlent d’eux mêmes : recrutement et hausse de salaire de plus de 200% de tous les agents pigistes qui vivaient mal leur maigre salaire. Le personnel technique est aujourd’hui constituait exclusivement de titulaires dont certains sont aujourd’hui en formation continue et d’autres en stages de perfectionnement. On décrivait dans les colonnes de notre précédente parution la fainéantise et la flemmardise de nos compatriotes mauritaniens. Aujourd’hui à la Télévision, le travail professionnel prive sur tout le reste : montée à 8 h 30 et descente à 17h. Ce qui a eu pour vertu de déboucher sur un rendement efficient et une conscience professionnelle reconnue. Si c’est cela que notre bonhomme appelle soumission, ne faudrait-il pas y voir plutôt une difficulté à composer avec la discipline administrative.
Le "blogeur" ou blageur, peut être les deux à la fois, évoque dans son texte, quelques noms de responsables de la TVM qu’il qualifie de personnalités influentes, tout en ignorant que l’entreprise ne verse plus dans le culte de la personnalité. Il n’existe guère de chasse gardée, les débats sont ouverts, les émissions se multiplient et il faut apprendre à donner du temps au temps. De tout façon on ne peut pas tricher avec les médias, de surcroît la télévision. Le public est unique juge.
Le Directeur et son staff s’en tiennent à une grille de programme dicté par des impératives de cohésion sociale, motivé par l’intérêt de servir la collectivité nationale.
En tout état de cause, X ould Y semble parler d’une autre télévision qu’il a connue dans ses cauchemars et qu’il projette sur la TVM. La meilleure preuve du chemin parcouru par la TVM et la mutation de ses structures est à chercher dans la bouche de son personnel et de son public de la Mauritanie profonde. La réconciliation entre la TVM, son personnel et son public est réelle. l
IOM


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés