Facebook
Récente mission d’évaluation du FMI en Mauritanie : La bonne nouvelle pour juin ?   
16/05/2006

Les progrès réalisés par la Mauritanie suggèrent que le FMI sera à même d’évaluer la qualification de notre pays à l’annulation de sa dette à la mi-juin prochain. Tel est le constat d’une mission du FMI qui vient de séjourner 15 jours chez nous. Les institutions de Brettons woods avaient annoncé la mise sous observation du gouvernement mauritanien pendant le premier semestre 2006 pour l’amener à prendre des "mesures correctives" afin de profiter de cette annulation de dette.



C’était en décembre 2005 quand le FMI et la Banque Mondiale avaient annoncé la suspension de l’annulation de la dette multilatérale mauritanienne, d’un montant global de 830 millions de dollars, qui avait été décidée par le G8 en juillet 2005 et visait 17 pays pauvres. La décision avait soulevé un tollé général en Mauritanie. Dans une conférence de presse organisée le 8 mai à Nouakchott les ministres des affaires économiques des Finances et le Gouverneur de la Banque Centrale ainsi que Jean Le Dem en charge du dossier de la Mauritanie au FMI ont expliqué comment la Mauritanie a progressé sur la voie de la transparence, du retour à la stabilité macroéconomique et des réformes. D’où l’espoir de voir le bout du tunnel, avec l’annulation de sa dette multilatérale au mois de juin 2006. Le FMI le laisse entendre dans le communiqué de presse qui suit.

Fonds Monétaire International : Communiqué de presse

Une mission du Fonds Monétaire International conduite par Jean Le Dem, Chef de mission pour la Mauritanie au Département du Moyen-Orient et de l’Asie Centrale, a visité la Mauritanie du 25 avril au 8 mai 2006. Elle avait trois objectifs : tenir les discussions pour la consultation annuelle au titre de l’Article IV des Statuts du Fonds monétaire international (FMI) ; évaluer la mise en œuvre du programme économique et financier couvrant la période du premier janvier au 30 juin 2006, programme qui est suivi par les services du FMI, à la demande des autorités ; et évaluer en collaboration avec la Banque Mondiale les progrès réalisés dans la mise en œuvre des mesures correctives qui doivent permettre à la Mauritanie de se qualifier pour l’allègement de la dette envers le FMI dans le contexte de l’initiative pour la réduction de la dette multilatérale (IRDM).
La mission a constaté que le gouvernement de transition a fait progresser la Mauritanie sur la voie de la transparence, du retour à la stabilité économique et des réformes. La mise à jour du cadre stratégique de lutte contre la pauvreté se poursuit.
Au cours du premier trimestre du programme suivi par les services du FMI, la discipline budgétaire et une politique monétaire prudente ont permis d’atteindre les indicateurs quantitatifs de performance établis pour fin mars, indiquant que le retour à la stabilité macroéconomique initié par le gouvernement de transition se confirme. La vigilance reste de mise cependant, en particulier pour éviter que les hausses de prix observés en mars et avril ne se traduisent par un retour aux anticipations inflationnistes. Les mesures structurelles prises durant les quatre premiers mois du programme vont permettre une meilleure information économique et financière et un meilleur suivi des finances publiques, notamment des dépenses de lutte contre la pauvreté.
Les efforts entrepris pour améliorer la transparence se sont concrétisés notamment par un important travail de révision et d’analyse des données macroéconomiques et financières sur les années 1992 à 2004 rendu nécessaire pour corriger les erreurs systématiques qui entachaient les données officielles. Le Conseil National de la Statistique récemment mis en place a été saisi de ce travail qui devrait faire l’objet d’une publication d’ici fin juin. Par ailleurs, la mise en place du dispositif pour assurer la transparence et la bonne gestion des revenus (en croissance très rapide) que tire l’Etat des activités pétrolières et minières s’est poursuivie. Outre la mise en œuvre de l’initiative pour la transparence des industries extractives, ce dispositif comprend un Fonds National des Revenus des Hydrocarbures qui centralisera les revenus pétroliers et devrait être opérationnel sous peu. Le gouvernement a fait état de son intention d’engager dès maintenant une réflexion et une concertation publique sur la préparation d’une loi sur la gestion optimale des revenus pétroliers.
Le conseil d’administration du FMI a décidé le 21 décembre 2005 que la Mauritanie pourrait se qualifier au titre de l’Initiative de Réduction de la Dette Multilatérale une fois que certaines mesures correctives seront prises. En plus d’une période de performances macroéconomiques satisfaisantes pendant six mois, les mesures comprennent des actions dans le domaine de la préparation, de l’exécution et du suivi du budget de l’Etat, et la résolution des problèmes de données. Les progrès réalisés jusqu’à présent suggèrent que le conseil d’administration du FMI sera à même d’évaluer la qualification de la Mauritanie au titre de cette initiative dans la deuxième quinzaine de juin 2006.
Une mission de suivi du programme se rendra de nouveau à Nouakchott pour constater les réalisations des objectifs établis pour le 30 juin 2006.

C’était en décembre 2005 quand le FMI et la Banque Mondiale avaient annoncé la suspension de l’annulation de la dette multilatérale mauritanienne, d’un montant global de 830 millions de dollars, qui avait été décidée par le G8 en juillet 2005 et visait 17 pays pauvres. La décision avait soulevé un tollé général en Mauritanie. Dans une conférence de presse organisée le 8 mai à Nouakchott les ministres des affaires économiques des Finances et le Gouverneur de la Banque Centrale ainsi que Jean Le Dem en charge du dossier de la Mauritanie au FMI ont expliqué comment la Mauritanie a progressé sur la voie de la transparence, du retour à la stabilité macroéconomique et des réformes. D’où l’espoir de voir le bout du tunnel, avec l’annulation de sa dette multilatérale au mois de juin 2006. Le FMI le laisse entendre dans le communiqué de presse qui suit.

Fonds Monétaire International : Communiqué de presse

Une mission du Fonds Monétaire International conduite par Jean Le Dem, Chef de mission pour la Mauritanie au Département du Moyen-Orient et de l’Asie Centrale, a visité la Mauritanie du 25 avril au 8 mai 2006. Elle avait trois objectifs : tenir les discussions pour la consultation annuelle au titre de l’Article IV des Statuts du Fonds monétaire international (FMI) ; évaluer la mise en œuvre du programme économique et financier couvrant la période du premier janvier au 30 juin 2006, programme qui est suivi par les services du FMI, à la demande des autorités ; et évaluer en collaboration avec la Banque Mondiale les progrès réalisés dans la mise en œuvre des mesures correctives qui doivent permettre à la Mauritanie de se qualifier pour l’allègement de la dette envers le FMI dans le contexte de l’initiative pour la réduction de la dette multilatérale (IRDM).
La mission a constaté que le gouvernement de transition a fait progresser la Mauritanie sur la voie de la transparence, du retour à la stabilité économique et des réformes. La mise à jour du cadre stratégique de lutte contre la pauvreté se poursuit.
Au cours du premier trimestre du programme suivi par les services du FMI, la discipline budgétaire et une politique monétaire prudente ont permis d’atteindre les indicateurs quantitatifs de performance établis pour fin mars, indiquant que le retour à la stabilité macroéconomique initié par le gouvernement de transition se confirme. La vigilance reste de mise cependant, en particulier pour éviter que les hausses de prix observés en mars et avril ne se traduisent par un retour aux anticipations inflationnistes. Les mesures structurelles prises durant les quatre premiers mois du programme vont permettre une meilleure information économique et financière et un meilleur suivi des finances publiques, notamment des dépenses de lutte contre la pauvreté.
Les efforts entrepris pour améliorer la transparence se sont concrétisés notamment par un important travail de révision et d’analyse des données macroéconomiques et financières sur les années 1992 à 2004 rendu nécessaire pour corriger les erreurs systématiques qui entachaient les données officielles. Le Conseil National de la Statistique récemment mis en place a été saisi de ce travail qui devrait faire l’objet d’une publication d’ici fin juin. Par ailleurs, la mise en place du dispositif pour assurer la transparence et la bonne gestion des revenus (en croissance très rapide) que tire l’Etat des activités pétrolières et minières s’est poursuivie. Outre la mise en œuvre de l’initiative pour la transparence des industries extractives, ce dispositif comprend un Fonds National des Revenus des Hydrocarbures qui centralisera les revenus pétroliers et devrait être opérationnel sous peu. Le gouvernement a fait état de son intention d’engager dès maintenant une réflexion et une concertation publique sur la préparation d’une loi sur la gestion optimale des revenus pétroliers.
Le conseil d’administration du FMI a décidé le 21 décembre 2005 que la Mauritanie pourrait se qualifier au titre de l’Initiative de Réduction de la Dette Multilatérale une fois que certaines mesures correctives seront prises. En plus d’une période de performances macroéconomiques satisfaisantes pendant six mois, les mesures comprennent des actions dans le domaine de la préparation, de l’exécution et du suivi du budget de l’Etat, et la résolution des problèmes de données. Les progrès réalisés jusqu’à présent suggèrent que le conseil d’administration du FMI sera à même d’évaluer la qualification de la Mauritanie au titre de cette initiative dans la deuxième quinzaine de juin 2006.
Une mission de suivi du programme se rendra de nouveau à Nouakchott pour constater les réalisations des objectifs établis pour le 30 juin 2006.

Nouakchott, le 8 mai 2006


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés