Facebook
Réintégration des intégristes chrétiens: émotion des juifs, trouble des catholiques   
28/01/2009

La réintégration samedi 27 janvier par le pape Benoît XVI de quatre évêques intégristes excommuniés il y a vingt ans, parmi lesquels un négationniste, a provoqué des remous  dans l’Eglise catholique tandis que les critiques des représentants juifs ne faiblissaient pas.



Face à ce tollé, le supérieur général de la communauté intégriste de la Fraternité Saint Pie X, Mgr Bernard Fellay, a demandé pardon au pape après les propos négationnistes de Mgr Richard Williamson. "Les affirmations de Mgr Williamson ne reflètent en aucun cas la position de notre société. C’est pourquoi je lui ai interdit, jusqu’à nouvel ordre, toute prise de position publique sur des questions politiques ou historiques", écrit-il dans un communiqué transmis par le Vatican. "Nous demandons pardon au Souverain Pontife et à tous les hommes de bonne volonté, pour les conséquences dramatiques d’un tel acte", ajoute-t-il. Radio Vatican et l’Osservatore Romano, le journal du Vatican, ont aussi fermement condamné les déclarations de Mgr Williamson, rappelant le pèlerinage accompli par Benoît XVI à Auschwitz en mai 2006 et son attachement au dialogue avec le judaïsme. Mais alors que l’Europe commémorait la libération du camp d’extermination d’Auschwitz le 27 janvier 1945, le président de l’Union des communautés juives italiennes Renzo Gattegna réclamait une clarification officielle et "un geste positif". Le dialogue judéo-catholique a déjà été compliqué par le retour d’une prière pour la conversion des juifs dans la messe en latin, réhabilitée par Benoît XVI, et le projet de béatification du pape Pie XII. Des juifs et des catholiques se sont inquiétés d’un geste du pape en direction d’un courant religieux connu pour son hostilité au judaïsme. Ce mouvement "n’accepte pas les positions théologiques du concile Vatican II sur les juifs", a rappelé le grand rabbin de Rome Riccardo Di Segni. Vatican II (1962-1965) a rompu avec la théologie du peuple juif "déicide" (coupable de la mort du Christ), qui a alimenté deux millénaires d’antisémitisme. La Fraternité Saint Pie X, communauté intégriste fondée en 1970 par Mgr Marcel Lefebvre (aujourd’hui décédé), a provoqué un schisme en 1988 après avoir refusé les enseignements du concile (liberté religieuse, pluralisme), notamment la déclaration "Nostra Aetate" selon laquelle les juifs sont les "frères aînés" des chrétiens. "Williamson représente la pointe extrême mais on ne peut pas faire semblant d’ignorer que l’antisémitisme (...) est un élément constitutif de ce courant", a relevé l’historien catholique italien Alberto Melloni dans La Repubblica. Rappelant que l’Eglise catholique interdit la communion aux divorcés remariés, l’essayiste Matthieu Grimpret estime qu’elle donne "la détestable impression que pour les catholiques il vaut mieux être antisémite que divorcé" dans une tribune au quotidien La Croix. Interrogé par le quotidien, Mgr Maurice Gardès, chargé des relations avec le judaïsme, a trouvé "étonnant" que la décision de lever l’excommunication des lefebvristes n’ait "pas été accompagnée de manière explicite de l’énoncé des conditions". En Allemagne, Heinrich Mussinghoff, évêque d’Aix-la-Chapelle, a exhorté les évêques intégristes à faire allégeance "sans ambiguïté et de manière crédible" à Vatican II et à "Nostra Aetate". "Il y a une grande confusion" dans l’Eglise, estime Alberto Melloni, selon lequel "les fidèles, les évêques, les cardinaux se demandent si Vatican II est devenu un élément facultatif". Depuis le début de son pontificat, Benoît XVI a mis l’accent sur les éléments de continuité dans l’histoire de l’Eglise avant et après Vatican II en en gommant les éléments de rupture. (reuters)


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés