Facebook
Banques : La fin des banques pour riches?   
02/05/2006


Les banques occidentales qui s’installent en Mauritanie cette année, et pour les années à venir, s’adossent sur de puissantes structures mauritaniennes ayant la main mise dans ce secteur. C’est de notoriété publique, que la BNP n’aurait eu son visa d’ouverture à la BCM, qu’à travers l’aval du boss de la compagnie pétrolière STAR, Ould Tidjanni. De même, on dit le groupe hollandais ING avoir pactisé indirectement avec l’ex-dictateur, à travers ses parents, principaux actionnaires des principales banques mauritaniennes, pour son implantation à Nouakchott.
Dans ces conditions, on se demande si cela mènera à une réelle concurrence bancaire qui favorise l’éclosion d’un véritable système de prêt de la part des banques.
En effet, une économie, sans la création d’un système de crédit bancaire stable, ne saurait créer la consommation nécessaire à une augmentation de l’offre des entreprises. Or, de tous temps, les banques mauritaniennes ne prêtent qu’aux riches, et encore, à des taux de 20 à 25%! Impossible dans ce cas pour le citoyen moyen, même pour un cadre mauritanien, d’acheter honnêtement une voiture, une maison, de se projeter simplement dans l’avenir.
L’exemple de ce cadre est éloquent. Vers la fin des années 1980, Abdoul, avec un des plus gros salaires du pays, (128 000 ouguiyas), n’a obtenu un crédit pour sa voiture, que grâce à ce que la banque prêteuse a considéré comme un service, en payant des mensualités de 64 000 ouguiyas, à un taux de 18%. Une situation qui n’a guère changé depuis. Les familles riches continuent à acheter cash avec des valises d’argent, maisons et voiture. Elles financent leurs projets de commerce avec des prêts de la " banque de la tribu " qui facilite la création du projet, à des " taux d’amis " de 25%!
Dès lors, qu’attendre des banques étrangères, quand on apprend que l’ouverture d’un compte à la Banque International d’Investissement nécessite un acompte de plus de 1000 euros ? Autant dire que 90% de la population est éliminée d’office…
Peut mieux faire… selon The Heritage Foundation
L’université de Sherbrooke aux USA a instauré un indice de liberté relatif au système bancaire des pays dans le monde. Cet indice va du système le plus libre (1) au plus répressif (5). En Mauritanie, pour l’ensemble de la période 1996-2004, on enregistre une moyenne annuelle de 4. C’est en 2000 qu’on a enregistré le plus haut niveau (5) et en 2004, le plus bas niveau (2).
The Heritage Foundation est un institut de recherche et d’éducation fondé en 1973 dont la mission consiste à formuler et à promouvoir des politiques conservatrices basées sur les principes de la libre entreprise. À cet égard, The Heritage Foundation est favorable à un gouvernement peu interventionniste. Dans ce sens, la Mauritanie a encore de gros progrès à faire, même s’il faut noter quelques embellis.
Le changement enregistré entre la première et la dernière année est de 60%. Pour mesurer ce changement l’université dispose des résultats pour toutes les années de la période 1996-2004. Cet indicateur développé par l’organisme américain Heritage Foundation évalue l’intervention de l’État à l’endroit du système bancaire et financier. Plusieurs critères sont retenus, dont la propriété d’institutions par l’État, les restrictions à l’implantation de filiales de banques étrangères ou les régulations qui limitent l’activité financière.
L’arrivée de ces banques étrangères pourra peut-être permettre l’éclosion d’un système bancaire favorisant une vie économique plus active par l’octroi plus aisé de crédits aux salariés.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés