Facebook
Guinée/coup d’Etat: L’ére du Capitaine après celle du Colonel   
23/12/2008

Un capitaine de l’armée guinéenne a annoncé mardi 22 décembre la suspension de la Constitution et la dissolution du gouvernement ainsi que des institutions républicaines en Guinée, après le décès dans la nuit de lundi du président Lansana Conté des suites d’une longue maladie. "A compter d’aujourd’hui, la Constitution est suspendue, ainsi que toute activité politique et syndicale", a déclaré le capitaine Moussa Dadis Camara sur les ondes de Radio Conakry.



"Le gouvernement et les institutions républicaines sont dissous", a-t-il ajouté en annonçant qu’un "conseil consultatif" allait bientôt être mis en place, "composé de civils et militaires". "Les institutions républicaines se sont illustrées par leur incapacité à s’impliquer dans la résolution des crises" que traversent le pays, a notamment déclaré ce militaire. Le président Lansana Conté, 74 ans, au pouvoir depuis 1984, est décédé dans la nuit de lundi à mardi, "des suites d’une longue maladie", avait annoncé plus tôt le président de l’Assemblée nationale, Aboubacar Somparé. Un deuil national de 40 jours en Guinée a été décrété à compter de ce jour, 23 décembre 2008, avait par ailleurs annoncé le Premier ministre guinéen Ahmed Tidiane Souaré.
Cet officier, qui était jusqu’à présent chef de la section carburant à l’intendance des armées, a lu un communiqué de teneur résolument sociale, évoquant le "désespoir profond de la population" et accusant les gouvernants d’en être responsables. "La Guinée a fêté le cinquantenaire de son indépendance le 2 octobre avec un classement dans la catégorie des pays les plus pauvres de la planète. Avec les immenses ressources naturelles dont elle est dotée, la Guinée aurait pu être beaucoup plus prospère, mais l’histoire et les hommes en ont décidé autrement", a-t-il dit. "Les détournements de deniers publics, la corruption généralisée, l’impunité érigée en méthode de gouvernement, l’anarchie dans l’appareil de l’Etat ont fini par plonger notre pays dans une situation économique catastrophique, particulièrement dramatique pour la grande majorité des Guinéens", a-t-il poursuivi. "Les membres de l’actuel gouvernement sont en grande partie responsables de ces crises sociales et économique sans précédent, de même les institutions républicaines ont brillé par leur incapacité à s’impliquer dans la résolution de cette crise", a-t-il accusé. Dans la nuit de lundi à mardi, le président de l’Assemblée nationale, Aboubacar Somparé, avait annoncé à la télévision d’Etat le décès de Lansana Conté, 74 ans. Le Premier ministre Ahmed Tidiane Souaré avait alors demandé au président de la Cour suprême de constater la vacance du pouvoir et de faire appliquer la Constitution. Via la télévision d’Etat, le chef du gouvernement avait lancé aux populations un appel au "calme" et à "la retenue", relayé par le chef d’état-major de l’armée général Diarra Camara, qui se trouvait à son côté.

Le président guinéen Lansana Conté est des suites d’une longue maladie après 24 ans d’un pouvoir sans partage. Il laisse une Guinée minée par la corruption, la pauvreté, l’inflation et le chômage et contrainte d’importer de la nourriture. Le deuxième président de Guinée, depuis l’indépendance du pays en 1958, dirigeait d’une main de fer, depuis son coup d’Etat en 1984, fomenté une semaine tout juste après la mort du premier président, Ahmed Sékou Touré. En prenant le pouvoir par la force, Lansana Conté a mis fin au socialisme révolutionnaire de son prédécesseur. Mais, comme son prédécesseur, il avait supprimé toute dissidence. A la fin de la Guerre froide, il a formé un parti politique et organisé en 1993 les premières élections multipartites du pays. Il a été ensuite élu, puis réélu en 1998 et en 2003. L’opposition a à chaque fois dénoncé des élections truquées. Nul ne connaît la date exacte de sa naissance, mais son âge est évalué à environ 74 ans. Il serait décédé des suites de complications cardiaques et du diabète, mais aucune information n’a été communiquée. Les rumeurs concernant sa disparition revenaient régulièrement sur le devant de l’actualité, la première fois en 2002 et la dernière début décembre, après sa traditionnelle apparition à la télévision nationale où il semblait très amaigri, à l’occasion de la fête de la Tabaski, l’Aïd el-Kébir en Afrique de l’Ouest. Mercredi dernier, un journaliste de l’hebdomadaire «Le Lynx» avait été arrêté, puis relâché pour avoir montré une photo de Lansana Conté très amaigri par la maladie, ce qui « dégrade » l’image du président, avait alors déclaré la présidence. Le journal avait été retiré des kiosques. Et le magazine a été obligé de publier une photo du président en bonne santé. Le transfert du pouvoir sera difficile, dans cette ancienne colonie française, qui a connu de nombreux coups d’Etat depuis son indépendance. Conformément à la Constitution guinéenne, le président de l’Assemblée nationale devait  président par intérim. Il a deux mois pour organiser une nouvelle élection. Un capitaine de l’armée guinéenne en a décidé autrement. Comme quoi après l’ére du Colonel conté  c’est apparemment celle du capitaine  Camara qui s’ouvre. Pauvre Afrique !


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés