Accrochage de Nampala: Des morts, des blessés et des otages   
20/12/2008

«L’accrochage de Nampala a été un véritable carnage» a déclaré sous l’anonymat  une source sécuritaire mauritanienne qui a suivi l’évolution de la situation, après l’accrochage entre l’armée malienne et un groupe armé, à  Nampala, localité malienne riveraine de la Mauritanie. Les combats  ont opposés soldats maliens et un groupe armé présenté comme étant des  "Touareg" est survenu  samedi 20 décembre dans cette localité située à 500 km au nord-est de Bamako, et à 25 kilomètres des frontières mauritaniennes avec le Mali, du coté de Fassala.



Les affrontements ont fait des morts, des blessés et abouti à des prises d’otages par les "rebelles", qui ont pu s’enfuir. L’attaque a été attribuée au groupe de rebelles touareg dirigé par Ibrahim Ag Bahanga (photo). Les assaillants venus à bord d’une quinzaine de véhicules, sont repartis, sans avoir été arrêtés.Présenté  par les autorités comme le "cerveau" de l’opération, Ibrahim Ag Bahanga, qui détenait déjà trois militaires de l’armée malienne, se retrouverait donc avec de nouveaux otages entre les mains. Les observateurs s’interrogent néanmoins sur les raisons de ces nouvelles violences, six jours après l’appel à la paix lancé par le chef de l’Etat aux groupes rebelles, lors d’un déplacement dans le nord désertique du pays. "Je suis formé pour faire la guerre, mais je préfère la paix. J’invite mes frères qui sont dans les montagnes (rebelles) à venir faire la paix", avait notamment déclaré le président malien, militaire de carrière. Selon des analystes cités par l’Afp, ces hostilités sont l’initiative de "faucons" au sein des groupes rebelles qui accusent le gouvernement de "traîner" dans l’application de l’accord d’Alger de 2006. Cet accord stipule notamment que les Touareg ne doivent plus réclamer l’autonomie de leur région tandis que Bamako doit pour sa part accélérer le développement des régions du Nord. Mais le plus radical des chef de groupes rebelles, Ibrahim Ag Bahanga, a toujours demandé, depuis 2007, que l’armée malienne se retire de «Tinzawaten», localité située à la frontière avec l’Algérie, à plusieurs centaines de kilomètres de Nampala .


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2022 Tous droits reservés