Facebook
Peinture et sculpture : Attention, talents à côté!   
02/05/2006


N’diaye Souleymane peint depuis 6 ans, et puise la matière de son art dans son enfance rythmée par les activités agricoles, mais aussi dans l’actualité. Ses tableaux sont figuratifs, comme " rêve brisé ", mettant en scène la vision utopique de certains jeunes africains qui lorgnent l’Europe, quitte à y perdre la vie en mer. Des œuvres qui peuvent aussi être abstraites comme " force mystique ", représentant les connexions invisibles qui lient notre univers matériel à l’invisible.
Ses teintes douces, les titres poétiques (" main et merveilles "), marquent l’empreinte digitale d’un talent mauritanien en pleine maturité artistique. " l’actualité me marque et j’en parle. C’est dans l’actualité que l’inspiration m’est venue pour décrire l’impuissance qui touche toujours l’homme devant la Nature et ses éléments déchaînés, comme à travers le tableau " l’imprévisible ", une description du tsunami de 2004 ". Ou avec le tableau " plus jamais ça! " pour dénoncer l’excision, création à travers laquelle, les exciseuses apparaissent comme de menaçants fantômes penchés sur l’innocence.
Les couleurs vives, jaunes, rouges, bleu clair qui parsèment les œuvres de Souleymane, dénotent "un espoir qu’il ne faut jamais abandonner, quelque soit la condition du moment" martèle-t-il.
Soum, quant à lui, utilise le pinceau comme "une arme fatale" depuis l’âge de 9 ans. La technique complexe du "bogolan", qui associe peaux de moutons à des teintes argileuses, plus des ajouts de collage, rend sa création saisissante de vie.
En face du tableau "l’amour", on a l’impression de saisir l’espace d’un instant, la nature profonde de ce sentiment si proche de nous, et pourtant si insaisissable! "La nature, les animaux et la vie quotidienne au village m’inspirent beaucoup; la vie qui y fourmille m’a donné envie de traduire cette essence dans toute sa plénitude" précise-t-il avec un sourire enthousiaste.
L’idée de la matière de peaux et de la teinture lui est venue de son travail de teinturier de boubous. Le cheminement vers la peinture lui parait naturel. Ses sculptures, toutes féminines, montrent la femme africaine dans l’effort: au fourneau, avec son enfant, au marigot. En fer, ou sur toile, on sent le respect profond qui lie Soum à la Femme Africaine, qui devient une véritable icône de référence, sacrificielle.
Les difficultés que les deux artistes ont rencontré pour produire d’abord, puis pour être exposés, montrent l’angle mort dans lequel la culture est délaissée en mauritanie.
" Les autorités publiques de la culture ne nous ont jamais aidé, pas plus que d’autres artistes d’ailleurs, par le biais de la maison des artistes ou autre. Toutes les aides que nous avons décrochées, et les expositions effectuées, sont toutes venues de structures étrangères, dont le Centre Culturel Marocain, ou Français " racontent-ils, un chouya énervés.
" Une toile peut frapper l’imaginaire, le conscient comme l’inconscient, beaucoup plus que ne le ferait une campagne de sensibilisation, ou un long discours. A notre niveau, notre rôle est de participer à l’émancipation de nos sociétés, à travers nos toiles" insistent-ils, presque en chœur.
Seul Soum, s’active à temps plein dans les dédales colorés de l’art. Souleymane s’y dédie dans ses heures creuses. Sinon, il travaille comme calligraphe dans son agence de publicité PUBLICIS, qu’il a fondée depuis 1995. Cette structure, située à la médina 3 dans la zone industrielle, s’occupe de la production de banderoles, d’autocollants, de t-shirts personnalisés.
Par Mamoudou Lamine Kane
mamoudoukane@hotmail.com


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés