Facebook
Lettre ouverte à Monsieur le Ministre de l’Environnement   
28/11/2008

Après pratiquement une quarantaine de jours de vaines tentatives, afin de vous rencontrer, il m’est à plusieurs reprises, venu à l’esprit, qu’il fallait s’acquitter d’une taxe de consultation, auprès de votre secrétaire, pour pouvoir être ausculté par le Ministre- médecin, que vous êtes.Car apparemment, tous les visiteurs se plaignent  d’une fin de non recevoir, et votre porte pratiquement, hermétiquement close, ne s’ouvre que devant des individus triés d’avance.



 Le miracle se produisit enfin et le sésame  s’ouvra, grâce à l’intervention  de l’un de vos proches collaborateurs.
Vous m’aviez reçu dans votre bureau et après une longue discussion, vous m’aviez demandé de m’occuper des problèmes de la Campagne de chasse 2008-2009 et de superviser toutes les actions de contrôle afin d’éviter, les situations désastreuses, des campagnes 2006-2007 et 2007-2008 caractérisées par l’anarchie, la corruption, la complaisance et l’arnaque des arabes du Golf.
Au  cours de nos entretiens, j’ai réellement eu la conviction, qu’enfin le redressement du Département allait voir le jour et surtout que vous cherchiez en ma personne, une bouée de sauvetage, afin de vous permettre, vous et votre équipe de carents de sortir de l’impasse, créée par l’approche de la Campagne de chasse.
Ce pressentiment, malheureusement s’avéra rapidement, utopique.
Je n’ai pas compté, sur les dangereux éléments qui gravitent autour de vous et qui sont parvenus, en moins d’une heure et ce, après  notre dernier entretien de mise au point de la campagne, à vous faire faire, un revirement spectaculaire, digne d’une girouette, jusqu’à vous poussez à  demander,  aux gardes nationaux, de m’empêcher de m’introduire dans le Département.
Monsieur le Ministre, si vous l’ignorez encore, je suis un citoyen Mauritanien et pas des moindres et que le Département de l’Environnement est un bien national et non le votre ni d’ailleurs celui de votre fameux Directeur de la protection de la Nature et de l’épouvantail, qui vous serre de particulière, rescapée des magouilles des campagnes de chasse précédentes.
Comment pouvez vous être, totalement satisfait du programme, que je vous ai soumis et répondant  comme vous le dites, parfaitement à vos exigences de transparence et du devoir bien accompli et quelques heures plus tard comme si de rien été, vous faites chavirer la barque, seule capable d’éviter l’instauration de l’anarchie pendant la campagne de chasse et seule susceptible, de juguler la corruption et l’arnaque, des citoyens arabes du Golf.?
 Vous réussissez avec prouesse à amorcer, en un laps de temps, un virage digne d’un bolide de formule 1 et surtout, que rien ne justifie cette acrobatie particulièrement néfaste, pour le secteur que vous gérez..
Votre réaction, Monsieur le Ministre reste pour moi, incompréhensible et je ne peut  admettre, qu’une autorité ayant une si grande responsabilité, place le patrimoine cynégétique national en danger, parce que son épouvantail de secrétaire, lui a déversé, des calomnies mensongères.
Je vous assure, que si réellement, ce que votre épouvantail vous a rapporté émanait  de ma personne, je vous l’aurai personnellement dit en face, car je suis d’une espèce, qui ne recule devant aucun obstacle, quel qu’en soit les conséquences.
Personnellement, je ne lui, en veux  pas à cette mégère , car la nouvelle stratégie, qui devait être mise en place, pour gérer sainement la campagne de chasse, va à l’encontre de ses intérêts de photocopieuse…. !

Mais en toute sincérité, je lui tire le chapeau, car elle est parvenue, en un tour de langue fourchue, à renverser la vapeur de votre locomotive, Monsieur le Ministre, c’est du jamais vu, dans les annales de l’Administration Mauritanienne.
Il faut diviser pour régner et elle l’a toujours compris et ça marche pratiquement sans faille, du moins avec certains.
Certes le programme de contrôle et les spécimens de Permis de chasse que je vous ai présenté, vont à l’encontre, des intérêts de certains membres de votre Département mais restent seuls, garants de la pérennité de la campagne et seuls capables, de contrecarrer les opérations de fraude, de corruption et surtout d’arnaque de nos frères Arabes.
Mais, Monsieur le Ministre, cette dissuasion va dans l’intérêt national et particulièrement dans la protection de la faune sauvage, menacée par un braconnage intensif et votre volte face négatif, ne va pas de pair, avec les objectifs assignés au Département de l’Environnement, mais au contraire favorise, le maintien de l’anarchie déjà en place et particulièrement un signe d’encouragement des activités d’enrichissement illicite.
Œuvre de tant de jours, en un jour effacée, ou plus tôt, en une heure, effacée.
Tout un programme abandonné, et pour cause, les chimères d’un épouvantail en chiffon qui, je ne sais par quel miracle, parvient à se maintenir en position statique dans l’antichambre du Ministre.
Monsieur le Ministre, la Loi n° 97.006 du 20 Janvier 1997 portant code de la chasse et de la Protection de la nature est claire et classe certaines espèces fauniques, comme  Intégralement protégées et pourtant, vous  autorisez le carnage, en délivrant des permis de chasse dans l’Est du pays et dans le Nord, loin des biotopes des espèces partiellement protégées.
Votre position de Ministre vous place-t-elle au dessus de la Loi ou votre fauteuil, de patron de l’Environnement fait-il, force de loi ?
Est-ce que, vous êtes vous posé la question suivante Monsieur le Ministre, la campagne n’étant ouverte, que pour la chasse aux gibiers d’eau, aux  phacochères dans les zones humides et l’autorisation est délivrée moyennant le paiement de 100.000 UM ?
Pourquoi alors dans le cadre de la même campagne, on fait payer aux fauconniers arabes du Golf une Taxe de 4.000.000 UM et aux européens de Nouakchott, la modique somme de 100.000 UM, alors que seul l’abattage du gibier ci haut énuméré est autorisé.
Vous délivrez  deux permis de chasse, autorisant l’abattage des mêmes espèces, classées comme partiellement protégées par la loi et vous affichez une différence de  3.900.000 UM sur le dos de nos frères les Arabes.
Vous me répondrez certes, que vous avez trouvé à votre arrivée, ces montants et qu’ils sont fixés par Décret, ici vous avez raison, mais en  retour, êtes vous obligé d’appliquer, ce qui vous semble illogique,
Votre Directeur de la Protection de la nature, a-t-il un jour attiré votre attention, sur ces anomalies contraire à la loi en vigueur ? Certes non.
Monsieur le Ministre,  avez-vous l’idée du nombre de chasseurs, actuellement en activité dans les zones reculées du Pays, munis d’autorisations du Département ? Certes oui, parce que vous les avez vous-même délivré.
Jusqu’à quand, Tous les arabes du Golf resteront pour vous, des Hôtes de l’Etat  Mauritanien donc autorisés par vos soins à enfreindre la Loi  et chasser illicitement, la faune intégralement protégée, sous la bénédiction de documents du Département de l’Environnement ?
Les autorités des pays  frères Arabes, considéreront elles, une personnalité Mauritanienne en vacance, comme Hôte de leur Etat et l’autorisent-elles  ainsi à détruire leur faune ? La réponse est non, Monsieur le Ministre.
Pour votre information, un hôte de l’Etat est une haute personnalité invitée de l’Etat, et s’il en fait la demande l’Etat, lui accorde cette faveur, mais le tout reste dans le cadre de la Loi.

A ma connaissance, l’Etat Mauritanien n’a pas invité officiellement, les dizaines de fauconniers en activité de chasse ou plutôt de braconnage, sous la bénédiction de vos documents.
Alors pourquoi cette faiblesse de votre part, dés qu’on vous parle de ce sujet dans votre bureau, votre seule riposte est, nous devons ménager la suscessibilité des étrangers arabes Qataris, au détriment de notre patrimoine cynégétique. ?
Je vous pose la question suivante, pourquoi vous ouvrez toutes les Portes à un Diplomate Qatari qui, annuellement fait partir des hordes de Fauconniers en majeure partie des Citoyens Emiratis, à l’intérieur du pays, pour chasser notre faune sauvage, intégralement protégée ?
Ces fauconniers ne sont-ils pas ceux mêmes qui, chaque année prennent d’assaut les Dhars de Nema et Walata ainsi que le Tagant et le Tiris Zemmour?
Ces Emiratis, n’ont-ils pas une représentation Diplomatique, qui puisse s’occuper de leur séjour et se charger de leur autorisation de chasse au lieu et place, d’un Diplomate Qatari?
N’avez-vous, avant même la sortie de l’Arrêté ouvrant la campagne de chasse, octroyé plusieurs  permis de chasse,  sous prétexte que le sommet vous accule, que faites-vous alors de la législation en vigueur, Monsieur le Ministre ?
Pensez-vous réellement, que le patrimoine forestier et cynégétique national, peut éternellement supporter, le manque de civisme de certains  de nos responsables ? Je pense que non, monsieur le Ministre.
Le sabordage de notre patrimoine cynégétique par nos propres citoyens, ne peut être qualifié que de trahison.
Ce que je peux vous confirmer, Monsieur le Ministre, c’est que je ne ménagerais  aucun effort, pour contrecarrer en tant que citoyen, toutes activités d’arnaques, susceptibles de permettre, l’instauration de l’anarchie, dans la gestion de cette campagne de chasse.
Vous m’excuserez, j’ai combattu  tous vos prédécesseurs à la tête de ce département, chaque fois que la pérennité de notre patrimoine forestier et cynégétique est menacée et vous ne faites pas exception à la règle.
Vous avez encore une cartouche (licenciement) dans votre arme, si vous n’êtes pas pris par l’euphorie des dîners de son Excellence, monsieur l’Ambassadeur du Qatar.

 (A suivre)
Sidy ould Ahmed Ely
Nouakchott le 27/11/08


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés