Facebook
Nouakchott: Commémoration de la journée africaine des Droits de l’Homme et des Peuples   
21/10/2021

Le commissariat aux Droits de l’Homme, à l’Action Humanitaire et aux Relations avec la Société Civile a commémoré, jeudi matin à Nouakchott, la journée Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, sous le thème:



 « Les droits de l’homme en Afrique, 40 ans après l’adoption de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples ».

Dans son discours prononcé à l’occasion de la cérémonie de commémoration, le Commissaire aux Droits de l’homme, à l’Action humanitaire et aux Relations avec la Société civile, M. Cheikh Ahmedou Ould Ahmed Salem Ould Sidi, a indiqué que la Mauritanie compte parmi les premiers pays africains qui ont ratifié la convention de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.

Le commissaire aux Droits de l’Homme a souligné que le but de cette Charte est d’avoir une convention tenant compte des spécificités africaines. C’est pourquoi notre pays a intégré dans le préambule de sa constitution des aspects de la convention africaine des Droits de l’Homme.

La Mauritanie prend en compte, dans les différents aspects de son arsenal juridique les impératifs de cette convention et a abrité même dans sa capitale, Nouakchott une des séances de travail de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.

Il a souligné que la Mauritanie a, à cet effet, présidé l’Union Africaine sans oublier la participation des forces de sécurité dans le maintien de la paix et de la sécurité au niveau du continent africain. Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a pris dans le domaine des Droits de l’Homme plusieurs autres initiatives surtout dans l’effacement de la dette Africaine et la lutte contre la covid-19 sans parler des efforts importants déployés dans le Sahel dans le domaine de la sécurité et du crime organisé, a-t-il conclu.

La journée a été marquée par un exposé sur la situation des Droits de l’homme, l’esclavage, l’exclusion sociale et toutes ses formes, les défis et la capitalisation des opportunités pour la promotion et la défense des Droits de l’Homme en Afrique.

Rappelons que la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples a été adoptée en 1981 à Nairobi (mais appelée Charte de Banjul) par la Conférence des chefs d’État de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) devenue aujourd’hui l’Union africaine (UA).

L’ouverture de la cérémonie s’est déroulée en présence du ministre de la justice, du wali de Nouakchott- Ouest, les organismes des Droits de l’Homme en Mauritanie : MNP, PFANE et des représentants de la société civile.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés