Facebook
Le Président du HCE en visite au Tiris Zemmour   
25/11/2008

Le général Mohamed Ould Abdel Aziz,  président du Haut Conseil d’Etat (HCE-junte)  est arrivé mardi 25 novembre, aux environs de 11 heures à Zouérate, capitale du Tiris Zemmour. Zouerate constitue la deuxième étape, après Rosso, des visites  de contact et de travail entamées à l’intérieur du pays depuis le coup d’Etat du 6 août , par le général Ould Abdel Aziz.



Le général Mohamed Ould Abdel Aziz,a quitté Nouakchott mardi matin à destination de Zouerate pour y effectuer une visite d’un jour. Il a été salué à son départ de l’aéroport de Nouakchott par le Premier ministre, M. Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, des membres du gouvernement et le directeur de cabinet du chef de l’Etat, M. Cheyakh Ould Ely.
Au cours de cette visite, le président du Haut Conseil d’Etat, Chef de l’Etat, est accompagné d’une délégation comprenant notamment le colonel Mohamed Ould Meguet, membre du Haut Conseil d’Etat, inspecteur général des forces armées et de sécurité nationales, les ministres de la fonction publique, de l’emploi et de la formation professionnelle, du pétrole et de l’énergie et de la santé ainsi que par Mohamed Mahmoud Ould Brahim Khlil le conseiller chargé de la communication à la présidence du Haut Conseil d’Etat et d’autres personnalités.
Le général Mohamed ould Abdel Aziz, a supervisé, mardi après-midi dans la ville de Zouerate, la cérémonie de pose de la première pierre du projet de réalisation du réseau électrique de cette ville
Devant les populations de Zouerate le général Mohamed Ould Abdel Aziz, a affirmé que pour réussir, tout effort de développement a besoin de la préservation de la sécurité qui n’a bénéficié d’aucun intérêt de la part des régimes qui se sont succédés sur le pays et notamment durant la période précédant le 6 août 2008 marquée par l’anarchie, le laisser aller et des erreurs qui ont failli coûter cher à notre armée.
Le chef de l’Etat qui parlait au cours d’un meeting tenu mardi matin à Zoueirate a ajouté que " les citoyens, chacun de la position qu’il occupe, doivent contribuer, aux côtés de nos forces armées et de sécurité, à la sécurité du pays et au contrôle de nos frontières".
Il a ajouté que le Haut Conseil d’Etat est déterminé à lutter contre la gabegie et ceux qui s’adonnent à ce mal, à rapprocher l’administration des administrés, et à disponibiliser les services de base aux citoyens, dans le cadre d’une stratégie de renforcement des infrastructures, d’élargissement de la couverture sanitaire, de disponibilisation de l’eau, de l’électricité et de l’habitat adéquat.
Le chef de l’Etat a ensuite passé en revue les raisons qui ont conduit au changement du 6 août 2008 et les politiques menées par l’ancien régime et qui ont eu des répercussions négatives sur le développement du pays et ouvert la porte devant la corruption, la gabegie et la confiscation des biens du peuple.
Il a, dans ce cadre, rappelé les tentatives de l’ancien régime visant à brader la SNIM, relevant que cette opération visait à satisfaire des intérêts personnels, contraires aux intérêts réels du pays et à la préservation de ses ressources.
Le Chef de l’Etat a indiqué que " notre peuple doit comprendre la réalité et contribuer à la construction de la patrie avec responsabilité, de manière à barrer la voie devant la gabegie et ceux qui s’adonnent à ce mal".
Il a insisté sur l’importance du rôle de l’enseignement dans la formation de générations aptes à faire progresser le pays et à lui garantir un développement durable et sur la nécessité pour les jeunes de s’armer de savoir pour contribuer au progrès du pays, affirmant la nécessité de mettre fin aux politiques marquées par le laisser aller dont ont fait preuve les anciens régimes et d’adopter une politique viable dans le domaine de la formation professionnelle de nature à résorber le chômage, à lutter contre la pauvreté et à garantir aux citoyens l’habitat adéquat.
Le chef de l’Etat a affirmé q’une autorité qui ne s’intéresse pas aux affaires de ses citoyens et respecte leurs intérêts ne mérite aucune considération, avant d’indiquer que le problème des quartiers précaires hérité des régimes précédents fait l’objet aujourd’hui d’un grand intérêt de la part du Haut Conseil d’Etat et trouvera les solutions appropriées dans les plus brefs délais.
(Source : AMI,  Agence d’Etat)


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés